Jean-Michel Brunet, Eric Apathie, Ruth Barbier, Christophe Elkrief, Brice Quatremer, Jean Couturier etc…

Jean-Michel Brunet, Eric Apathie, Ruth Barbier, Christophe Elkrief, Brice Quatremer, Jean Couturier etc…

 

  • Essayez, petit exercice mental, de distinguer l’une ou l’autre de ces perruches ? Difficile, je vous l’accorde. C’est peut-être que vous n’avez pas là des sujets singuliers, chers amis, mais un indiscernable amas de prénoms et de patronymes. Un battement de grandes gueules dont l’unique fonction est de saturer la volière d’un guano démocratique, à la condition bien sûr qu’il ne salisse pas leurs pompes.

 

  • Amoureux du travail bien fait, j’aurais préféré discerner l’un ou l’autre, faire du sur mesure, tailler au plus près, affiner le portrait. Hélas pour moi, l’un renvoyant à l’autre et l’autre à un troisième, j’ai vite compris que le cafouillage était certainement inévitable. Le style fait l’homme, écrivait Buffon, son absence l’éditocrate. N’accusez pas ma mauvaise volonté, je suis rentré dans la volière, j’ai lu du tweet en grosse quantité, tendu l’oreille. Impossible pour autant de discerner quoi que ce soit de sensé dans ce vacarme assourdissant. Le fait qu’ils picorent dans le même bol à crochet renforce évidemment la confusion.

 

  • Egalement vain le travail qui consisterait à noter, sur plusieurs années, les variations de tous ces bruits en fonction de la direction du vent. N’oublions pas que ces clones, chacun sur leur part de marché, ne sont pas perchés pour rendre les choses plus intelligibles. Ni des éducateurs, encore moins des éclaireurs.  Enfumeurs est intéressant, éditocrades plus vulgaire, de vulgus la foule, parfois haineuse. Inutile de les réfuter en prenant trop au sérieux leurs gazouillis. Le plaisir est accru quand on considère la cage dans son ensemble, la totalité dans le jargon des vieux philosophes.

 

  • Que faire ? Essayez, en fonction des disponibilités du jour, d’enlever les taches occasionnées par ces indiscernables perruches incontinentes. Taches qui causent parfois des dommages irréversibles sur les matières sensibles. Gratter avec un ustensile critique, arrondi et souple. Ne pas être trop dogmatique dans l’approche d’une chiure.  Bien observer sa forme, sa couleur, la profondeur de l’imprégnation. Le risque est de s’abimer soi-même en grattant trop le guano, Chantal. Reste toujours l’odeur contre laquelle je ne vois que le grand air.

 

Les arrivistes

Les arrivistes

 

 

  • Ils sont sûr vos écrans et certains sont ministres
  • La plupart  diplômés, ils bousillent l’Etat
  • Faut croire qu’à l’ENA, cela ne pense pas
  • Les arrivistes

 

  • Ils ont tout ramassé
  • Des primes et des cachets
  • Ils ont sucé si fort
  • Qu’ils susurrent encore
  • Aux oreilles des puissants
  • Qui font verser le sang
  • De ces hommes qu’ils trahissent
  • derrière leur police

 

  • Ils sont sûr vos écrans et certains sont ministres
  • La plupart des merdeux au service de l’argent
  • Tous les jours acclamés par les plus gros faisans
  • Les arrivistes

 

  • Ils mentent cent dix fois
  • Pour que dale et pour quoi ?
  • Moins il y a de valeur
  • Plus ils vous feront peur
  • Cyniques, petits et vils
  • Mais des armes qui mutilent
  • Ils ont trahi si fort
  • Qu’ils trahiront encore

 

  • Ils sont sûr vos écrans et certains sont ministres
  • Ils se disent démocrates mais insultent les gens
  • Toujours moins de vertu, toujours plus d’entregent
  • Les arrivistes

 

  • Ils n’ont pas de drapeau
  • C’est bon pour les fachos
  • Vous parlent liberté
  • mais vous veulent enchaînés
  • Vous prennent pour des cons
  • Entre deux élections
  • Vous trahiront demain
  • Toujours au nom du bien

 

  • Ils sont sûr vos écrans et certains sont ministres
  • La révolte a sonné contre ces malfaisants
  • Derrière leur sourire ce sont les vrais violents
  • Les arrivistes

(Sur la musique Les anarchistes, Léo Ferré)