Nostalgie strauss-queunienne

Nostalgie strauss-queunienne

 

7e696ec61af2c8c2c69dc1173bbe9828[1]

L’élection de l’angelot asexué, ce simulateur de dernière génération, m’a replongé dans une nostalgie strauss-queunienne. J’ai fini par retrouver ce texte, écrit le 22 mai 2011. De la turgescence, de l’emphase, en un mot de la vie. Vous y trouverez même Manuel Valls en train de défendre la fonction politique. Soubrette un jour, soubrette toujours. Post-it Macron ne mettra pas le monde en branle mais pourrait très vite vous faire débander. Alors profitez, il est encore temps.

………………….

Grosse innocence

  • Quel mâle de France ou d’Amérique n’a jamais rêvé de voir soudainement, par miracle testiculaire, le monde se mettre en branle autour de sa queue ? Quel président de la république n’a jamais imaginé faire tourner les rotatives des quatre coins du monde autour de sa paire de couilles ? Quels eunuques attachés de presse, journalistes à la botte, pigistes castrés pour cause de vétos chroniques, ne cultivent pas comme secrète ambition de voir tous les journaux du monde disserter gravement sur l’endroit où s’apposent leurs parties génitales ? Strauss-Kahn, lui, l’a fait.
  • Mondial éjaculat, planète pipe, globale fellation ou les nouveaux oriflammes d’une information complète sur le sujet. Vous ne manquerez rien : combien de surface de moquette fut découpée dans le Sofitel ? Strauss-Kahn était-il épilé de l’anus ? griffé du poitrail ? mordillé du bout du gland ? Nous voulons en savoir plus, une saine politique est à ce prix. Amis camés au shoot d’information hebdomadaire, venez prendre votre dose de Strauss-Kahn-info : le bracelet électronique comment ça marche ? Le gardien de la résidence de Strauss-Kahn est-il gay ? Strauss-Kahn fera-t-il jouir Anne avant le 6 juin ?

 

  • Après le shoot d’information Tunisie, le shoot Egypte, le shoot Lybie, le shoot Ben Laden (mort ou vivant c’est au choix comme le chat quantique de Schrödinger) c’est au tour du shoot Strauss-Kahn. Les camés de l’info lancent des débats en direct avec le masque blafard de Strauss-Kahn en fond d’écran. Le sujet du jour : les médias ont-ils fait leur boulot ? Et le spectateur ravagé devant son dernier écran plat de demander à Ginette : – tu crois qu’elle a pu le sucer à l’insu de son plein gré ? Pauvre Ginette qui ne su se faire entendre tant Manuel Valls bramait de tout son coffre pour défendre, hardi, la dignité de la fonction politique. Mais comment se fesses ? Comment peut-on tomber si bas, organiser des débats sans Strauss-Kahn et sans idées, autrement dit sans queue ni tête ? Valls se pose au moins la question.

 

  • Et la présomption d’innocence ? Le temps est révolu où nous étions tous pêcheurs, dégringolant en grappes, les couilles molles et les ovaires à zéro, du jardin des délices à cause des deux à poilistes qui se tripotaient forcément coupables dans les buissons de Dieu. Désormais, nous sommes tous présumés innocents. A-t-on analysé avec un peu de sérieux cet épineux changement, ce volte-face métaphysique ? Qui observera finement cette inversion de tendance : tous déclarés pêcheurs, tous présumés innocents ? Qui su ça avant les autres ?

 

  • Contrairement au tous présumés innocents des sociétés juridiques avancées, pierre philosophale de la pensance qui se pense elle-même, le tous présumés coupables des sociétés métaphysiques dépassées avait au moins pour vertu de faire de l’innocence une quête, le terme d’un effort. La créature pêcheresse devait gagner son innocence, prouver devant le très haut qu’elle méritait de convoler avec les chérubins à poil dans le ciel éthéré des néons post-mortem. Point d’innocence ici bas. Pour l’innocence, il fallait attendre. Strauss-Kahn, en attendant que la moquette ne parle (qui d’autre peut encore parler aujourd’hui ?), est présumé innocent mais ce n’est pas le seul.

 

  • Présumé innocent le journaliste qui compatit pour le sort d’une victime qui a eu le mauvais goût de ne pas filmer la scène de sa vie. Présumée innocente la juge américaine qui se prend pour Saint-Pierre avec son maillet de buis avant de s’envoler pour Saint-Barth avec son maillot de bain. Présumé innocent le journaliste qui su ça avant et qui recula ensuite ? Présumés innocents les gros cochons payés qui se vautrent aux repas filmés d’Ardisson pour écouter en gloussant le récit d’une journaliste violentée par un bip (bip m’a touché les seins, bip a voulu me retirer le jean… oh bip bip mon coyote). Présumés innocents tous les faiseurs de shoot informatif, les dealers du 20h, les camés du scoop, les accros du buzz. Présumés innocents les « philosophes-écrivains » qui ressaisiront la chose pour parader sur la liberté des anciens et la fellation des modernes le temps d’une croisière philo sponsorisée par des maisons d’édition corrompues. Présumés innocents tous les hommes qui exploitent jusqu’à l’obésité la destruction du monde commun à grand renfort de scoops. Présumés innocents les starlettes nymphos, les maquereaux du PAF, les vendeurs de pollution mentale.

 

  • François Rabelais les a déjà tous peint. En son temps, la présomption d’innocence, qui fait aujourd’hui causer les culs de poules et les camés du débat, l’aurait fait éclater de rire. La présomption d’innocence est la fable d’un monde qui l’a massacrée, d’un monde qui fonctionne à la seule condition que plus personne n’ait à se battre pour elle. Le cynisme marchand qui fait la texture de ce monde, son liant, son jus, c’est justement l’envers de l’innocence, sa négation ultime. Réglons le problème de l’innocence par le droit et consacrons-nous à temps plein à l’exploitation rapace des passions les plus basses. Fixons dans la loi notre condition d’innocent et salopons tout le reste.

 

  • Le procès de Strauss-Kahn, à côté de ce problème-là, ne pèse pas plus qu’un poil de cul sur la moquette.

………………………………..

Brunch Macron, 8 mai 2017

Brunch Macron, 8 mai 2017

1493216786_1702701479[1]

« Ne perturbez pas les gens, mettez vous à table. »

Karl Kraus, Die Fackel, 1901

……….

  • Réveillez-vous, l’orgie d’optimisme libéral s’étale comme du sirop d’érable. La bonne odeur des croissances économiques gonflent vos narines. Venez faire votre beurre avec un code du travail allégé. Les jus frais des communicants sont servis à volonté. Voluto le dimanche de 16h à 21h ou ristretto le 8 mai de 6h à 12h ? N’oubliez pas le buffet garni : com, audits, outsiders. Dépêchez-vous, les marcheurs du jour font déjà la queue. Chacun son plateau repas, son CDD et sa gamelle. Flexisécurité, flexibrunch.

 

  • Ne dites surtout pas que les hommes sont prêts pour le service, vous risqueriez de choquer les bienheureux. Les lendemains de cuite démocratique sont extatiques. Ambiance feutrée, hymne européen et  flute de paon pour la touche musique du monde. Réveil en douceur. Un peu de presse ? Le Monde peut-être ? « Le triomphe de Macron ». Libération ? « Bien joué ». L’Express ? « Le kid ». Les échos ? « La France qui ose ». L’Obs ? « Les 100 avec qui il veut réformer la France. » La télé ? « Bonaparte avait à peine 30 ans ». Un smoothie ?

 

  • On est bien. La reproduction du capital rencontre sereinement la volonté de ses sujets. Ils en veulent ; buffet à volonté. D’aucuns parlent encore de capitalisme en oubliant qu’il est devenu la seconde nature des sujets qu’il produit, qu’il informe et qu’il brunch. Qui peut encore penser le dépassement d’une société donnée quand il barbotte depuis des décennies dans une confiture séculaire tartinée en continu ? Qui peut trouver la force de renoncer en conscience à toutes ces douceurs spirituelles, à tout ce sirop ? Qui veut injecter du négatif dans cette ambiance feutrée, démocratique, libérale, ouverte, tolérante, fraternelle ?

 

  • Pourtant la négativité existe. Elle est là, en chacun de nous, empêchée par des inhibiteurs de dégoût. Une saine nausée, un magnifique reflux de l’âme qui viendrait perturber ce beau buffet libéral. Une joyeuse envie de dégobiller, un glorieux désir de gerbe matinale.  N’en parlez pas à votre voisin, il risque d’appeler l’estafette qui ramasse les fous. Aucune folie, aucun délire dans cette saine résistance au brunch Macron. Vous êtes encore en vie dans une époque faite pour votre rejet. Nous n’avons qu’une vie à vivre, l’évidence mérite d’être écrite. Si nous ne choisissons pas les plats du buffet servi, à nous de savoir si nous voulons en être. « L’écrivain est en situation dans son époque  : chaque parole a des ressentiments. Chaque silence aussi. » (1)

……….

(1) Sartre, 1945

 

 

 

 

Reality Macron

Reality Macron

La démocratie gagne et rassemble les siens

Macron est le champion de l’Empire du bien

Ne sifflez pas, regardez les

Des turbogédéons, des cyber franciliens

Les recettes sont vieilles, usées jusqu’à la corde

Les conflits sont finis, jamais plus de discorde

Ne sifflez pas, regardez les

Des milliers de nimbus sautillent à la concorde.

….

Political bridge

…..

Cuba c’est du passé, admirez les marchants

L’esclavage est en vous, plus besoin de tyran.

Face à l’horrible bête, il a fait triompher

Les valeurs de la France et l’honneur des banquiers.

 

De quelle liberté, êtes-vous les héros ?

Pour quelle société levez-vous vos drapeaux ?

Insensibles au néant qui tapisse vos vœux.

Vous choisissez l’image, l’irréel et le creux.

…….. 

Pont musical / political bridge x2

………….

 

Dégagez les extrêmes, détournez-vous des cieux 

En marche vers la bouillie, elle est juste au milieu

Ne sifflez pas, regardez les

Des milliers d’adaptés, autant de bienheureux

La démocratie gagne et rassemble les siens

Macron est le champion de l’Empire du bien

Cuba c’est du passé, admirez les marchants

L’esclavage est en vous, plus besoin de tyran.

Vote is all !

Vote is all !

 

loveisall-2[1]

 

  • Amis abstentionnistes, rendez-vous compte, votre blasphème offre l’occasion au ban et à l’arrière-ban du show bizz de faire parler de lui. Que resterait-il de la gauche culturelle stérilisée, du parasitage médiatique bien pensant, des éditorialistes de peu, des philosophes d’encore moins, des humoristes noirs déclassés, de la journaille vertueuse sans vous ? Oui mes amis, oui, vous êtes les nouveaux philanthropes. Dans une société en voie d’uberisation, vous offrez du travail à tous les flexibles.

 

  • Le défilé est joyeux, passionné, bariolé. Du contorsionniste de la première heure, de la vieille bique à la dernière, du jeune sot sexy, de la jeune sotte sciences pot, du Républicain sous oxygène, du Parti socialiste sous dialyse, du macronisé par tous les trous de la sécu, du footeux, du comique, du tragique, vous les verrez tous comme larrons en foire. Magnifique.

 

  • En ces temps pluvieux, je vous conseille, comme le faisaient les anciens passés de l’autre côté, bise spirituelle à ma grand-mère, de vous asseoir sur un banc abrité et de regarder défiler les majorettes. Ne sont-ils pas beaux ? Ne sont-ils pas divers ? Ne sont-ils pas pluriels ? Ne sont-ils pas démocrates ? Toutes ces couleurs, ça fait plaisir aux yeux. De la perruche écrivaine, de la daubeuse politique, du jacteur poivre et sel. Sur le gros char, démocratie écrit en gros. Ils jettent les consignes comme on jette des fleurs à Nice sur la promenade.

 

  • La belle surprise que voilà. Je m’étais pourtant juré de tout couper. Le spectacle de la hyène terrassée par l’archange du vide en mondovision ne me plaisait guère. Mais là, tout de même, c’est un fameux spectacle. Il en vient encore sur les côtés, les tubes en sont plein. Pardonne-moi, mon ami, de te fausser compagnie mais il en reste à venir jusqu’à dimanche et le lâcher final du ballon d’hélium s’annonce orgasmique.

 

  • Et n’oublie pas : vote is all !

 

Quelle liberté ?

Quelle liberté ?

Nomadisme-postmoderne1[1]

  • Toute doctrine totalitaire part du principe que l’individu est l’ennemi, que la liberté est l’ennemi, que toute singularité doit être combattue. Dispositif coercitif couteux qui suppose, ultimement, l’usage de la force. L’énorme dépense d’énergie pour arriver à cette forme de domination libère en retour des forces de résistance. Le totalitarisme porte toujours les germes individuels de sa propre destruction. Il réveille l’autonomie des sujets et se condamne à disparaître.

 

  • Il est beaucoup plus efficace pour dominer durablement de tenir le discours de l’épanouissement individuel, de la liberté de choix, de favoriser la singularité en se donnant ensuite les moyens de les exploiter au mieux. L’autotalitarisme dans lequel nous sommes entrés exploite les ressources de la domination cognitive pour accomplir un ordre parfaitement contraire au réveil de l’autonomie des sujets. L’autotalitarisme valorise à outrance l’autonomie marchande en brandissant systématiquement la menace du totalitarisme historique afin d’enterrer l’autonomie politique des sujets. La menace joue à plein.

 

  • Les idéologues de la liberté, certains de bonne foi, formés à la culture classique idéaliste d’une philosophie de l’homme et de l’émancipation, font ainsi le jeu des pires aliénations mentales. En neutralisant toute critique qui ne tient pas le discours de l’émancipation et du progrès, ils soudent la liberté et le marché. Les philosophes en vue tiennent aujourd’hui le discours que le capitalisme cognitif veut entendre, celui d’un individu autonome qui agit toujours dans le sens de son intérêt rationnel. A charge pour les nouveaux maîtres de répondre rationnellement à cette demande.

 

  • Si l’on substitue aux théories de la liberté les pratiques de la liberté, on constate aussitôt l’irréalisme d’une anthropologie abstraite de la liberté inadaptée aux nouveaux pouvoirs coercitifs qui pèsent sur l’individu soi-disant libre et singulier. L’anthropologie des Lumières se fracasse aujourd’hui sur une anthropogenèse cognitive, une production de l’homme, qui utilise le discours de l’autonomie théorique pour mieux l’exploiter pratiquement. Dans ce contexte inédit, une critique historiquement conséquente ne peut que saboter les dispositifs de production de la liberté.

 

  • Dans une logique défensive, l’autotalitarisme fera resurgir le spectre du totalitarisme (dictature, fascisme etc.), mettra en avant les vieux concepts de l’émancipation (liberticide, autocratique etc.). L’histoire intellectuelle et politique de cette lutte inédite ne fait que s’ouvrir.

Le silence de Jean-Luc Mélenchon

Le silence de Jean-Luc Mélenchon

La_Loi_du_silence[1]

……………

  • Il est toujours souhaitable de se poser les bonnes questions. Pour quelle raison le silence de Jean-Luc Mélenchon, en vue du second tour de la présidentielle, suscite autant de considérations morales et si peu d’analyses politiques ? C’est que la morale est compatible avec la logique économique en cours. La politique, beaucoup moins. Là encore, nous suivons le modèle américain. A intervalles réguliers, de grandes purges morales médiatiques réactivent l’implacable logique de domination économique et financière. Pour des raisons d’arithmétiques électorales, d’histoire contemporaine, de matraquage médiatique,  de démonologie et j’en passe, post-it Macron est déjà président de la République et il le sait. J’entends aussitôt le philosophe de salon, ton suave et œil de biche :  – vous vous arrangez avec votre conscience. En choisissant de ne pas choisir, ce qui est un choix (relisez Sartre), vous laissez faire à d’autres ce que vous n’assumez pas de faire vous-même. Autrui aux mains sales vous permet de garder votre belle âme propre. D’ailleurs, si tout le monde faisait comme vous, Marine Le Pen, ce que vous ne souhaitez manifestement pas, homme de mauvaise foi, serait élue le 7 mai. Cela contredirait en passant votre premier constat.

 

  • Vous noterez à quel point cette causerie morale nous écarte de la question politique. Jean-Luc Mélenchon ne fait pas la morale de l’info, il n’a rien d’un curé déguisé sous le  maquillage moderniste du philosophe dans le vent ou de l’économiste en vue. Les deux se tiennent aujourd’hui la main pour fournir aux post-it macronisés du nouveau monde leur assise idéologique. Jean-Luc Mélenchon fait de la politique. Cela signifie qu’il cherche à peser, comme d’autres,  sur l’institution de la société, sur ses choix fondamentaux auxquels, abstentionnistes ou pas, nous devrons nous plier car il feront demain – plus sûrement cet été en douce – force de loi. Comme tout politique, il a lu, avec post-it Macron, son Machiavel. Il est aussi stratège. Quelle est donc la meilleure stratégie politique à adopter afin de sortir du jeu de dupe qui consiste à brandir, à intervalles réguliers, l’épouvantail Front national, ce diable utile, afin de ne surtout rien changer (1) ? A côté de cette réflexion politique, virile au sens machiavélien,  les considérations des perruches morales philosophes et autres courtisanes économistes sont de peu de poids. Derrière Jean-Luc Mélenchon, sept millions d’électeurs qui n’ont choisi ni le Front national ni la bouillie Macron servie à des citoyens en coma festif dépassé. Que cette masse d’électeurs soit hétérogène est une chose – toutes les masses le sont – qu’elle puisse être réduite à une broderie morale en est une autre.

 

  • Libération, le lendemain du premier tour, page 3, étale sur une demi page, en gros caractère : « MACRON UN CENTRE ANTI-POISON. Dernier rempart contre le Front national de Marine Le Pen, la météorite d’En marche réussit son pari de se placer au-dessus du clivage gauche-droite. Benoît Hamon et François Fillon ont déjà appelé à faire barrage. » (2) Météorite pour Libération ; fusée pour le Nouvel Obs. La conquête spatiale de Jacques Cheminade n’est finalement pas si loin. Voilà ce que le journalisme « critique » dit de gauche, dans ses pages Idées et Rebonds, propose aujourd’hui à ses tous derniers lecteurs. Mais cette indigence politique et stratégique peut encore compter sur le renfort des perruches philosophes et des courtisanes économistes. Télévision, radio, Internet, show, prime, punchline, tout est bon pour venir au secours d’une presse moribonde.

Le centre anti-poison Macron recrute tous ceux qui feront demain barrage au Mal et aux extrêmes.

 

  • Dans ce contexte, le silence de Jean-Luc Mélenchon est certainement le seul acte politique de cette campagne électorale. Dans cet étau, entre économisme et moraline, toute la difficulté consiste à créer un espace politique autonome. Nombreux seront les fins esprits, armés de quelques arguments, qui railleront cette tentative. Jean-Luc Mélenchon, l’ancien du PS et son gros ego holographique. Les urbains insoumis branchés et leur vote tendance. La horde de cyber activistes et leurs jeux vidéos en ligne. Autant de portraits qui pourraient avoir leur pertinence s’ils n’étaient pas aussi les alliés objectifs d’un processus de dépolitisation en cours, processus qui laisse les mains libres aux pires salopards. Ceux-là ne veulent surtout pas de politique et de la critique qui vient à sa suite. Encore moins d’une philosophie qui fournirait des armes intellectuelles aux âmes perdues de la grande cause mondialiste. Ils veulent, sur toutes les chaînes et à toutes les heures, des moralistes philosophes, ces curés du nouveau monde, et des experts économistes pour faire passer les plats des soubrettes financières au pouvoir. Ils veulent dépasser les vieux clivages, les anciens conflits. Ils veulent la paix des commerces, la soumission  du plus grand nombre et des petites bougies les soirs d’attentat. Marine Le Pen, qui ne brille tout de même pas par son intelligence, est leur allier objectif. Ce sera encore le cas le 7 mai.

 

  • Il est donc temps de savoir ce que nous voulons. Sauver le Bien ou faire de la politique. Baratiner à la radio avec des bribes de Jean-Paul Sartre ou résister tant bien que mal au processus de liquidation en cours en pensant un peu. Faire les malins ou sauver notre peau. On me demandera peut-être quel est mon intérêt, en quoi suis-je concerné par cette résistance, moi qui suis professeur de philosophie dans l’Education nationale. La réponse tient en peu de lignes. Il existe un rapport très étroit entre la philosophie et le politique, un rapport essentiel. Post-it Macron ne me contredira d’ailleurs pas sur ce point, lui qui est passé d’un mémoire sur Machiavel à la commission Attali, d’une pseudo collaboration avec Paul Ricœur au ministère de l’économie et des finances.

 

Sans politique, la philosophie est la morale des curés ; sans philosophie, la politique est l’état de fait des salopards.

……..

(1) Dans la novlangue politique, « en marche » est un jingle pour annoncer la prochaine saison. « A suivre… » marche aussi.

(2) Libération, 24 avril 2017. Pour faire barrage, n’oubliez pas de consulter le Lexique de lepénologie pour le second tour.

 

 

 

La pari des soumis

Le pari des soumis

C-ZlIMrXcAASJya[1]

  • Après son passage par la commission Attali, cet incontournable gourou de la libéralisation du marché à la sauce américaine, post-it Macron devient, en 2012, membre de la French-American Foundation France. Qu’est-ce donc que cette chose ? En bref, économie dérégulée, mondialisation heureuse et réseaux politico-financiers sur le modèle américain. Commençons par le vote à l’américaine suite à un concours de télé réalité, immense show fait de punchline, de battle et de prime. Organisation d’un spectacle politique intégral et abrutissant, très au-delà des pires cauchemars de Guy Debord. Vient ensuite l’école américaine publique où seuls les établissements performants obtiennent des aides fédérales. Système particulièrement inique qui repose exclusivement sur l’inégalité de richesses des Etats et des villes. La rentabilisation à tous les niveaux. Dois-je rappeler qu’en France des primes sont accordées aux chefs d’établissement « performants » sur des critères aussi aberrants que le taux de redoublement. Vient ensuite la promotion d’une bouillie œcuménique qui ne dérange pas le commerce. Ai-je besoin de rappeler que le Times pris soin de flouter le dessin de Cabu fraîchement assassiné avec ses amis écrivains et dessinateurs dans son journal ? Ce modèle est l’ennemi de ce que nous mettons en valeur lorsque nous parlons de laïcité en France. Peu probable que vous ayez une quelconque analyse du post-it Macron sur ce sujet dans un délai raisonnable. L’usage de mots creux avec des ballons, oui ; la mise en pratique des contradictions que cache cette vacuité, non. J’épargne au lecteur les considérations sur le rapport à la langue, à la culture, à la nourriture qui n’ajoutent rien à l’évidence du constat. Les Macron de tous bords se caractérisent par l’absence totale de critique à l’égard de ce qui vient. Il marchent.  Mais soyez sûrs d’une chose, ce ne sont pas eux qui consommeront en priorité la merde de demain.

 

  • Post-it Macron, sur le modèle de Barack Obama, pourrait durer dix ans. Son charisme de gant de toilette, sa morgue vaselinaire, l’état du corps social risque cependant de poser rapidement problème à la baudruche anesthésiante et à sa suite. A la différence de Jacques Attali, grand chaman des commissions d’actionnaires, je ne prédis pas l’avenir. En particulier quand cet avenir dépend aussi de mon voisin de palier qui prend tous les risques pour transporter de la nourriture sur son vélo branlant pour une poignée d’euros ou de celles de mon ami interne en médecine exploité comme un chien dans des services saturés. Une chose par contre me paraît certaine,

 

Macron sera le président des ignares dominés et des cyniques dominants.

 

  • Toute la question est de savoir si nous nous contentons d’un constat lucide mais désabusé en attendant de nous faire tondre. Je ne parle pas simplement d’une tonte financière. J’ai à l’esprit le mot de Rousseau dans du Contrat social (1762) : « Donnez de l’argent et vous aurez des fers. Ce mot de finance est un mot d’esclave. » Ce qui pousse un homme à réagir, à lutter, à se dresser ce n’est pas simplement sa feuille de paye. Difficile de savoir si nous sommes individuellement des soumis ou des insoumis. Placer le verbe trop haut, c’est risquer de déchoir dans la pratique.  Cela ne nous empêche pas d’avoir une exigence qualitative en révélant l’imposture là où elle se trouve. Macron est certainement l’imposture la plus manifeste de ces trente dernières années. Ce n’est pas peu dire. Son élection nous renseigne aussi bien sur la déliquescence bien connue de la représentation politique que sur l’efficacité des moyens promotionnels mis en place pour que ça dure. Mais si je devais faire une gueule à mon pire ennemi, cette gueule ne ressemblerait pas à Emmanuel Macron mais à ceux qui n’ont plus de narines pour sentir la mauvaise odeur sous leurs chaussures.

 

  • Le chantage à la conscience qui fleurit ici ou là – votez Macron pour éviter le pire – au-delà de son caractère paternaliste et comique, oublie que la conscience est une infatigable ironie. Les mêmes faux culs qui font des petites chroniques à la radio ou à la télévision pour mettre en garde les imbéciles contre la montée des autocrates, espèrent aujourd’hui que le champion du vide qui les fait vivre sera élu avec un score de dictateur et une participation stratosphérique. Eux animent sans trop y croire la grande dépression collective. Pendant ce temps, d’autres tentent joyeusement des coups. C’est à se demander qui parie sur le pire.

L’indigence spirituelle des « élites » du nouveau monde

L’indigence spirituelle des « élites » du nouveau monde

av-macron-déstabilisé-par-une-étudiante[1]

  • Le vote de classe économique en faveur d’Emmanuel Macron est synonyme de misère pour les uns, d’indigence spirituelle pour les autres. Le cadrisme – à ne surtout pas confondre avec le castrisme – consiste à s’adresser à une frange de la population qui, sans être pauvre, se sent menacée par une néopaupérisation, la paupérisation des pas encore pauvres. David Brooks, auteur de Bobos In Paradise: The New Upper Class and How They Got There, dans un article du New York Times du 12 janvier 2003, Pourquoi les classes moyennes votent comme les gens riches, relate un sondage commis par le Times Magazine. A la question posée de savoir si l’individu questionné fait partie des 1% les plus riches, 19 % répondent par l’affirmative et encore 20% pensent y parvenir un jour. Voilà pour le vivier électoral du micro post-Obama et l’étrange leçon d’arithmétique.

 

  • Ce qui compte finalement, c’est de penser qu’on y est ou qu’on va y être quitte à se soumettre aux pires servilités du travail performance. C’est ainsi que la représentation induite par 1% des plus riches mobilise environ 40% de l’électorat, un coussinet confortable nourri par l’indigence intellectuelle des cadres elle-même entretenue par un système de formation rempli d’air. En clair : pour se sentir moins pauvre, il faut toujours aller dans le sens des plus riches. Se sentir et non pas être. Il en va de tout un imaginaire matérialiste dégradé  qui oriente en profondeur les affects politiques. Le cadrisme fonctionne selon les lois éprouvées de la fricologie : plus y a de fric pour les uns, plus y aurait de fric à venir pour les autres. Le cadrisme et son espoir de SMIC cadre, salaire minimum d’insertion cadriste.

 

  • Ne reste plus au cadriste qu’à allumer son ordinateur le matin en rêvant de faire bientôt partie des 1%. Lucide et réaliste, vous entendrez son rire de hyène affamée lorsqu’ils entend le mot utopie. La réalité est moins réjouissante. Encore faut-il, dans l’attente d’en être, qu’il supporte le souffle d’air qui traverse sa boîte de com, qu’il résiste aux monceaux de vacuité qui le font vivre. Son ennui à l’after work, sa conscience parfois lucide de dépressif communicant, tout cela bien sûr n’entre pas en considération dans la grande marche vaine d’Emmanuel Macron. Mais le monde est bien fait. L’excroissance tératologique de sa liberté cybernétique, la contemplation onanistique de ses performances et la pauvreté de sa culture suffiront à le faire tenir encore un peu.

 

  • Je laisse notre bonhomme à sa marche infernale vers le vide pour en revenir au fond du problème. Si vous additionnez toute la glose journalistique sur les dangers d’un castrisme à la française ce dernier mois, vous sauriez pris de nausée. La progression de Jean-Luc Mélenchon dans les différentes sondées fut en cela un révélateur ironique de cette doxa défensive. Vertige du copier-coller. En comparaison, rien ou si peu sur le cadrisme dont les effets sur nos vies sont autrement plus inquiétants. Mais avant de crier au complot, réfléchissons bien à la convergence aujourd’hui des cursus de formation des cadres, des journalistes, des décideurs, de cette fameuse « élite ». Alain Finkielkraut, illisible pour une large majorité de ces sous-éduqués, a raison de porter le fer contre ce que devient l’école et l’université, cette crise de la culture qui, à défaut d’être sérieusement pensée, revient à intervalles réguliers comme sujet d’animation et de causeries mondaines.

 

  • Les rencontres que j’ai pu faire avec cette soi-disant « élite » m’ont plus instruit que la lecture de Karl Marx. Pressée par le temps, sommée de répondre instantanément à la médiocrité marchande dans des délais toujours plus improbables, constamment greffée aux machines, cette classe assez disparate quant à la condition économique – ne confondons pas le pigiste esclave du maître patron de presse – barbotte dans un bain idéologique somme toute assez homogène. Cela n’exclut pas les singularités, elles existent, mais on ne pense pas avec des portraits chinois. L’indigence spirituelle de ce bain est flagrante. Ce « cyber bétail de la neurocratie » (1) est plus ou moins riche, plus ou moins visible, plus ou moins bankable – mot abjecte qui résume à lui seul toute l’étendue de la misère. Il n’en reste pas moins vrai qu’il accepte de se soumettre – y compris dans ses couches les plus hautes. A ceux qui verront dans Emmanuel Macron un vainqueur, n’oubliez pas le degré de soumission et de servilité morale dont il faut faire preuve pour représenter aussi vite les intérêts d’une telle « élite ».

Macron n’est autre que le You Porn du politique. Rien de plus.

 

  • Mais l’enthousiasme pour la soumission s’effrite. Tout d’abord chez ceux dont la marche en  avant est simplement synonyme de misère sociale et économique. Ces hommes et ces femmes sont pris dans un avenir collectif détruit par la volonté des cas particuliers de l’espèce. Lucidement, la souffrance restant un chemin assez sûr pour accéder au vrai, ils quittent l’indigente marche en s’accrochant politiquement à ce qu’il trouve dans ce grand naufrage de l’homme. Condamneriez-vous celui qui s’accroche à une branche pourrie à défaut de trouver une embarcation digne de ce nom ? Mais l’enthousiasme disparaît aussi chez ceux qui ne veulent plus du travail performance, ceux qui respirent de la merde, mangent du plastique, refusent de lire des  crétineries bankable et de voir leurs enfants éduqués par des imbéciles en marche qui communiquent. S’il s’agit là de votre définition du bobo utopiste qui n’a pas encore entendu parler de la fin de l’Histoire, j’en suis. Et après, on fait quoi ?

native[1]

  • Les français peints par eux-mêmes fut un des grands succès de librairie au XIX eme siècle. Ce réalisme social n’est pas exempt de cruauté. La peinture y est féroce, les illustrations magnifiques. Les merdeux en marche cyber connectés figureraient en bonne place dans un projet qui pourrait s’inspirer de ce grand travail de peinture sociale.  Je lance l’idée. Une bonne plume pourrait même croquer leur vide spirituelle, leur soumission moderniste et leur néo-servilité dans un même trait.  Le texte pourrait être réjouissant. Voici la première bulle :

« Le choix de notre génération, c’est de poursuivre le rêve des Lumières parce qu’il est menacé. »

Macron, 19 avril 2017, Nantes.

…….

(Gilles Châtelet, Vivre et penser comme des porcs, 1998)

La critique insoumise

La critique insoumise

l empire du bien_phillipe_muray[1]

« L’Empire du Bien triomphe. Il est urgent de le saboter. »

Philippe Muray

…….

Dimanche 23 avril, 23h54

  • Le sentez-vous gonfler, le sentez-vous s’agréger de toutes les bonnes volontés, de toutes ces petites bougies qui scintillent. Regardez-le s’épandre, se rassembler le plus largement possible pour une belle victoire le 4 mai 2017. Chacune et chacun y aura sa place. Aucun perdant. Considérez maintenant cette évidence : le choix du Bien et de son Empire.

 

  • Jean-Luc Mélenchon n’appelle  pas, ce soir, à voter Emmanuel Macron contre Marine Le Pen. Outrage. Les mêmes qui le désignaient comme nouveau tribun populiste sud américain la veille s’insurgent, le lendemain, contre ses silences coupables quand il s’agit de dire à la masse ce qu’elle doit penser. Le journaliste insiste :  – « on notera que Jean-Luc Mélenchon n’appelle pas à voter pour Emmanuel Macron ». L’intéressé c’était pourtant exprimé sur le sujet quelques jours avant : « Une chaise ou un banc serait mieux élue qu’elle dans ce pays ». Marine Le Pen ne sera pas élue dans quinze jours. Elle sera nettement battue et tout le monde le sait. Je veux dire tous ceux qui savent comment ça marche. Le journaliste qui note le propos coupable de Jean-Luc Mélenchon, propos qui ne changera strictement rien au résultat final, en fait partie lui aussi.

 

  • Par conséquent, la seule question un peu sérieuse à se poser ce soir, la question que s’est peut-être posée Jean-Luc Mélenchon en rédigeant son allocution, est très simple. Comment combattre l’Empire du Bien ?  Avec elle, cette autre : comment exister dans un espace critique et politique qui réduit toute pensée à un choix binaire ? Une troisième question, liée aux deux autres : que faut-il faire face aux robots journalistes qui vous somment en direct de prendre le parti du Bien ? Jean-Luc Mélenchon ne peut pas dire que l’élection est réglée. S’il le faisait, c’est-à-dire s’il disait tout haut ce que tout le monde sait ce soir, il deviendrait aussitôt l’ennemi, y compris pour une partie de son mouvement politique. Il détruirait le pacte tacite, le jeu de dupe qui consiste à rappeler en toute circonstance que nous devons défendre le Bien et combattre le Mal.

 

  • A côté de Marine Le Pen, la téléréalité politique, c’est le Bien. La fabrication expresse d’une baudruche médiatique, c’est encore le Bien. Les robots journalistes, le Bien. L’information en continue des zombies communicants, le Bien, encore le Bien. La continuation des ordres de domination, c’est toujours le Bien. Alors Jean-Luc Mélenchon, toujours sommé de répondre, s’en remet à une consultation fumeuse sur une plateforme d’échanges, une énième participation interactive. Ce en quoi il retombe dans la logique de l’Empire du Bien en ratant la cible. Non pas qu’il ne sache pas exactement où elle se trouve mais parce que sa position de politique lui interdit de la viser. Limite de ce qu’il peut. Le problème n’est pas de faire barrage au front national avec tous les petits castors serviles de l’information politique. Le Bien d’un côté, autrement dit ce qui doit être ; le Mal de l’autre, autant dire ce qui ne sera jamais. Car l’astuce consiste justement à faire croire que le Mal est ailleurs, potentiel, toujours différé. Imaginez un instant que Jean-Luc Mélenchon ait pris la parole mais en ces termes :

« Les gens, nous savons, vous et moi, qu’Emmanuel Macron sera le prochain président de la République française. La question de savoir si je vais donner une consigne de vote est une farce dont je vous dispense. Que je le fasse ou pas, Emmanuel Macron est déjà président de la République. Pensez-vous une seule seconde, les gens, qu’une logique promotionnelle capable de créer en un an de toute pièce un Emmanuel Macron ait besoin de mes consignes de vote pour triompher dans quinze jours ?

La question est plutôt de savoir pourquoi demain les castors serviles de l’information politique, de sous-entendus en accusations franches, me déverseront, sans autres formes de procès, dans le camp du Mal ? Répondre à cette question, c’est aussi comprendre comment une baudruche ventriloque peut devenir en France, pays supposé de la liberté de pensée et de la critique, président en un an. Répondre à cette question, c’est faire de la politique au sens noble.

Quinze ans après, nous en sommes toujours au même point. Après la énième crise financière – la suivante étant toujours plus raide que la précédente -, après l’invasion américaine de l’Iraq jusqu’à la cancérisation du terrorisme islamiste, les centaines de morts, après Uber and co : choisir le parti du Bien pour faire barrage au parti du Mal. A ce chantage inventé par la gauche divine, à cette même gauche divine qui a choisi son champion, nous ne pouvons répondre que par le mépris.

Vous connaissez Philippe Muray ? Ecoutez : « Le Bien a toujours eu besoin de Mal, mais aujourd’hui plus que jamais. Le faux Bien a besoin d’épouvantails ; moins pour les liquider, d’ailleurs, que pour anéantir, à travers eux ou au-delà d’eux, ce qu’il pourrait rester encore, de part le monde, d’irrégularités inquiétantes, d’exceptions, de bizarreries insupportables, enfin les vrais dangers qui le menacent, quoique l’on en parle pas. » Qu’en pensez-vous ? Je dois vous dire que ce Muray est étiqueté réactionnaire de droite et qu’il est devenu, juste après sa mort- comme de juste – un amuse-bouche critique pour les mondains qui font barrage au Mal avec tous les petits castors. Et alors ? Cet Empire du Bien qui fait tant de mal aux irrégularités inquiétantes a trouvé hier soir une nouvelle baudruche en la personne d’Emmanuel Macron. Une nouvelle baudruche et une multitude de petits robots pour lui donner un corps politique. Alors que faire ? Se résigner, accepter de ne pas juger et de marcher avec les zombies du Bien ?  Ou mettre en place des stratégies critiques et politiques de sabotages ? » 

  • Ceux qui dénoncent le système médiatique dans son ensemble font fausse route. Les rusés sont assez habiles pour démontrer qu’un tel système n’existe pas. Non, ce qu’il faut c’est poursuivre le travail et montrer concrètement qu’un certain type de discours ne trouve aucun relais chez ceux qui fabriquent l’opinion de l’homme moyen. De ce point de vue, ma génération, que je connais sur le bout du clavier, a totalement démissionné. Soit elle se vautre dans la communication d’ambiance, soit elle cultive son petit jardin égotique, soit elle regarde d’un œil cynique la catastrophe en cours. Une autre voie est possible, celle de la résistance, le maquis puisque nous sommes à l’heure des clins d’œil nationaux. Philippe Muray avait compris une chose très simple mais douloureuse. Face à l’Empire du Bien, notre destin sera le terrorisme spirituel. Lui appelait cela ses exorcismes. Par la seule force de l’esprit, l’idée consistera à créer des relais critiques sur lesquels d’autres pourront trouver la force de s’appuyer. Nous ne serons pas payés en honneurs dans le grand barnum du spectacle. Et alors ? Nous serons quasi imperceptibles mais lus avec l’attention de ceux qui restent une fois la lessive essorée.

 

  • Jean-Luc Mélenchon s’arrête en chemin. Non pas qu’il soit défaillant mais pour la simple raison qu’il ne peut pas faire seul le chemin qui mène de la contestation politique d’un ordre de domination au renversement de cet ordre. A moins de se muer en autocrate. Il lui faut des relais intellectuels et pas simplement des gamers qui le mettent en scène dans un jeu vidéo. S’il y avait sur les plateaux de télévision, dans les médias, dans les différents organes de presse des journalistes, des critiques, des intellectuels libres d’écrire et de penser, le discours fictionnel que je viens de rédiger serait accessible au plus grand nombre et les thèses de Philippe Muray ou de Jean Baudrillard ne seraient pas simplement réservées à une petite élite parisienne (1) qui, s’en être dupe, n’a aucun intérêt à éventer ses petits secrets de fabrication, sa cuisine maison. Oui, c’est aussi à toi que je m’adresse Raphaël Enthoven, toi qui cite Muray dans ton dernier livre.

Il va de soi que dans cet autre monde, un Emmanuel Macron n’aurait aucune chance d’accéder à la présidence de la République.

………….

(1) Résultats à (97% des bulletins dépouillés) : 35% 26% 19,5% 10% 5%