De l’importance des lieux pour les assemblées générales.

De l’importance des lieux pour les assemblées générales

(réflexions sur l’occupation de l’Université de la Victoire à Bordeaux)

  • Rien ne peut remplacer la rencontre directe, la présence des corps pour fédérer les esprits. La démocratie, depuis la Grèce antique, suppose la délibération (bouleusis) mais il n’y a pas d’assemblée délibérative (boulè) sans un lieu pour la tenir. La privatisation grandissante de l’espace public pour des manifestations commerciales a meilleure presse que l’occupation des espaces publics pour délibérer ensemble. A Bordeaux, l’immense place des Quinconces, en permanence louée à des entreprises privées, n’a de politique que son monument aux Girondins. Le reste appartient aux marchands du temple. Nous mesurons à quel point il est aujourd’hui difficile de nous retrouver pour penser ensemble le commun, réfléchir à la nature des forces qui démembrent la souveraineté du peuple et atomisent les consciences, nous renvoient à nos écrans et à nos solitudes connectées. Que reste-t-il, dans ces conditions, de la question politique, sans unité de lieu, sans unité de temps pour la reposer ?

 

  • Ainsi à Bordeaux, depuis le 5 décembre 2019, la faculté de sciences humaines de la Victoire fut occupée par des étudiants. Une intervention policière, stratégique dans une période creuse,  a mis un terme à cette occupation le 27 décembre à 8h30 du matin. Durant ce laps de temps, de très nombreuses assemblées générales se sont tenues, certaines très calmes d’autres plus houleuses. C’est aussi cela l’activité politique, l’institution et l’apprentissage de la conflictualité sans LBD40 pour régler les problèmes. Un soir, nous étions plus de 400.

 

  • Il s’agit bien de politique, cette activité qui ne doit avoir lieu que sous la forme promue et aseptisée d’un spectacle à bonne distance. L’activité politique des citoyens dans la cité devrait, dans ces conditions, se réduire à une participation électorale sagement codifiée entre des têtes de gondoles. Le « grand débat » national aura été, à ce titre, l’acmé d’un spectacle politique navrant qui ne prend plus car il ne correspond à rien de réel. Scénarisé,  il relève de ces appareils de dissuasion du politique, de ces très nombreux simulacres qui donnent l’illusion d’une activité politique tout en prenant bien soin, par des dispositifs maîtrisés, de rendre cette activité réellement impossible.

 

  • Historiquement, les universités ont très souvent permis la tenue de telles assemblées dans les mouvements sociaux. Leur rôle est en cela capital. Il est certain que l’occupation d’une université, en particulier au centre d’une grande ville, donc son blocage, facilite l’organisation de telles assemblées. Pour autant, ces occupations sont souvent perçues, par les étudiants les moins impliqués ou ceux qui ne trouvent rien à redire aux politiques en cours, cela peut se comprendre, comme une privation de liberté. Elles clivent les étudiants, les personnels enseignants et isolent en retour les plus impliqués. A ce titre, la mise à disposition de lieux centralisés par la direction d’une université peut permettre de rallier au mouvement des étudiants qui voudraient simplement voir de quoi il s’agit. La curiosité peut-être aussi politique. Paradoxalement, cette solution de compromis peut s’avérer aussi plus menaçante pour une gestion des masses qui préfèrera toujours avoir affaire à une minorité agissante identifiable qu’à un mouvement de politisation de fond qui, en la circonstance, risque de mettre à jour la réalité des stratégies de dépolitisation d’un gouvernement qui n’a aucun intérêt à rendre possible la croissance de la lucidité collective sans laquelle la démocratie reste un vain mot.

 

  • Ainsi, depuis l’évacuation du 27 décembre 2019, la faculté de la Victoire à Bordeaux est toujours fermée. Cette situation empêche de fait les étudiants d’accéder à la bibliothèque universitaire. La présidence fait valoir des dégradations et par conséquent des travaux pour « sécuriser » le lieu (1). Les étudiants, les universitaires, les citoyens curieux qui prirent le temps de rentrer pour discuter avec les étudiants mobilisés, assister à des assemblées générales ou à des conférences, pourront tous témoigner que la nature des dégradations (quelques tags dont certains furent nettoyés par les étudiants eux-mêmes) ne justifient en rien une fermeture qui s’étendrait sur des semaines. Il s’agit donc d’un acte politique en face d’une situation qui devenait elle-même politique à partir du moment où elle ne pouvait plus être réduite aux débordements incohérents d’une minorité qui existe aussi mais dont la proportion est infime. Comme pour les correcteurs grévistes du baccalauréat, la stratégie est invariablement la même : isoler et mater avant que les braises de la politisation lucide ne relance une flamme collective qui, en France, ne s’éteindra jamais.

 

  • Au fond, et en quelques mots, qu’est-ce que la dépolitisation ? Une logique construite qui consiste à soustraire à l’intelligence collective les décisions fondamentales qui engagent le devenir de la société tout en déportant ces décisions sur des dispositifs électoraux cadenassés. Tout un travail technique sur les masses est nécessaire, une ingénierie de l’opinion publique, une véritable fabrique du consentement qui doit donner aux hommes dominés l’amour de leur chaînes mentales.

 

  • Non pas que les citoyens, flattés dans des discours formels, ne puissent pas voter pour le candidat de leur choix. Après tout, Philippe Poutou, le local de la dernière présidentielle, aurait pu être en droit élu à la présidence de la République.  Poser le problème en ces termes, à ce niveau de comique, revient à affirmer une chose : la démocratie est un état social qui peut, hélas, subsister formellement dans des dispositifs qui n’ont plus rien à voir avec de la démocratie. Des dispositifs qui feront tout ce qui est en leur pouvoir pour interdire aux citoyens de se regrouper, pour empêcher des assemblées du peuple de se former, pour limiter au maximum les prises de paroles publiques qui ne feraient pas partie du grand show insignifiant et mensonger. Faire en sorte que le politique n’ait plus lieu car il n’a plus de lieux. Des dispositifs enfin qui veulent et nourrissent la violence car ils ont substitué la violence physique à la résolution politique des problèmes posés. Ils se cachent, encore ici, sous des arguments économiques et sécuritaires pour faire en sorte que le politique n’est plus lieu. Ils affectionnent par-dessus tout les discours confus quand ceux-ci ne sont pas associés à une pratique. Des étudiants structurés qui organisent un barbecue de soutien pour des cheminots en grève tout en étant capables d’affiner un discours critique offensif, tout cela n’est pas bon pour cette fausse élite.

 

  • Une résistance puissante, profonde et déterminée s’organise en France. Elle tisse des liens, invisibles pour les drogués du spectacle, ceux qui veulent l’affiche quitte à s’accomoder de la défaite, des liens que ne pourront pas défaire les tirs de LBD40. Terroriser des citoyens ?  Si là est néanmoins la solution choisie, ce gouvernement corrompu, avec sa violence réelle, s’effondrera sous son propre poids, obèse de vide et de mépris, cette morgue que le peuple de France lui renvoie à la face avec une inventivité et une malice que ces rhinocéros, déjà ringards et à contre-courant de l’histoire, n’auront jamais.

Image

 

(1) https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/carriere/vie-professionnelle/retraite/bordeaux-la-fac-de-la-victoire-restera-fermee-pendant-plusieurs-semaines-a-cause-de-degradations-importantes_3771021.html#xtor=CS2-765-[twitter]-

Que faire face à la dépolitisation ?

Que faire face à la dépolitisation ?

grève 17 décembre 2019

Résultat de recherche d'images pour "hoplite"

  • L’élection d’Emmanuel Macron en 2017 nous a fait rentrer dans une nouvelle époque. Pour la première fois, un président de la République pouvait se proclamer ouvertement au-dessus des partis politiques, des clivages idéologiques et des lignes partisanes. Le sous-titre de son livre programme « Révolution » ne laissait aucun doute à ce sujet : réconcilier les français. Mais que faut-il entendre exactement derrière ce mot : réconcilier ? Réconcilier les français de quoi  ? En vue de quel projet ? Pour quelle société ? Contre quelles divisions ?

 

  • Pour faire marcher son équipe, le manager a besoin d’une entente pragmatique tournée vers le maître mot des young leaders : l’efficacité.  Être efficace, autrement dit écarter les freins, les blocages, les inerties et renvoyer à la sphère privée tout ce qui pourrait diviser les hommes, créer de la conflictualité. C’est cela la dépolitisation : l’élimination de la conflictualité publique. A partir du moment où vous arrivez à convaincre des masses que la conflictualité politique est le problème, que vous ringardisez la lutte politique et sociale en maitrisant les outils du divertissement intégral, vous n’avez même plus besoin de vous justifier. Vous écrasez sans vergogne, le sourire aux lèvres, de la cocaïne dans les naseaux et à l’eau plate en clignant de l’œil.

 

  • Peu importe qu’il y ait en face des intellectuels sérieux, des économistes lucides avec des critiques instruites, des étudiants résistants ou un peuple, qu’il soit jaune ou invisible, qui ne joue plus le jeu. Il suffira de terroriser cette petite minorité agissante par tous les moyens. Une police éloignée de sa mission première, soumise elle aussi à un management dur, servira de pare-feu. A partir de là, vous pouvez mettre à la tête des États des individus qui bafouillent en racontant n’importe quoi (Belloubet) à condition qu’ils s’accordent sur cette unique ligne : l’ennemi, ce qu’il faut abattre définitivement, c’est le politique. Vous pouvez faire désormais passer une ochlocratie de diversion tenue cyniquement par une clique pour la fine fleur de la démocratie contre les « extrêmes ». Toutes les logiques de luttes qui dépolitisent pour faire valoir des lobbies peuvent être, dans cette logique, des alliés objectifs. Tout se qui casse, émiette, démembre, pluralise le corps politique résistant est bon à prendre. Tout ce qui fédère, associe, constitue, rassemble le corps politique résistant doit être détruit. Une stratégie simple mais d’une efficacité implacable. Efficacité augmentée quand ces logiques opèrent à l’intérieur de nos rangs.

 

  • C’est à cela que nous assistons : une extermination du politique et son recouvrement par de la communication. Cette fameuse communication est le mot fourre-tout qui dissimule à lui seul un immense processus de reconditionnement de l’homme, une manipulation cognitive à grande échelle. Celle-ci repose en dernière instance sur une malversation profonde qui affecte les signes et par conséquent nos représentations mentales. Il est évident que derrière la dépolitisation se tient un projet anthropologique total qui échappe en grande partie aux lectures simplement économiques. Ce projet est évidemment incompatible avec toute exigence de probité. C’est aussi pour cette raison qu’un cheminot sur son piquet de grève en train  d’expliquer à un journaliste compilateur de dépêches la cohérence de sa position est autrement plus convaincant, pour ceux qui n’ont pas fait le choix de la démence et de la soumission, qu’un « communicant » au pouvoir qui raconte n’importe quoi sur la continuité du programme du CNR.

 

  • Cette situation est évidemment inédite. Elle est rendue possible par un effondrement de la pensée critique et politique. Non pas de l’intelligence. Le système éducatif produira les spin doctors dont il a besoin, avec le docteur Alexandre, un individu pathologique parmi tous ceux qui annoncent la suite. Des cognitifs purs connectés à des machines, hyper adaptés, des monstres de réactivité et de synthèse. L’école des parcours individualisés, des spécialisations précoces sera là pour la produire. Le reste servira de chair à ubériser. Des encodeurs, un des sobriquets du « président philosophe », seront là pour administrer le tout et maximiser les profits sur la bête, un œil sur le climat pour se planquer au bon moment avec l’argent qu’ils nous auront volé en faisant passer ce vol pour de la justice, du partage et une exigence d’universalité.

 

  • Incapables de recréer des forces imaginaires collectives, travaillés par une méfiance savamment entretenue des idéologies politiques, nous voilà en partie désarmés face à cette machine de guerre. Un collègue et ami me rappelait cette évidence : en face d’une machine de guerre qui dépolitise pour régner nous n’avons pas d’autres choix que de créer collectivement, c’est notre force, une autre machine de guerre, une machine à repolitiser les esprits. Les conditions économiques sont favorables à cette recréation. Le degré de malversation est tel que ce qui était encore hier de l’ordre de la fantaisie est aujourd’hui tristement réel.  La plus grande difficulté est d’engager le combat et cela à un coup, nous le savons. Il faut beaucoup d’abnégation et des sacrifices. Manu, parmi d’autres, le sait dans sa chair pour nous tous.

 

  • La question de nos adversaires est invariablement la même  : que mettez-vous en face ? Cette question n’a qu’un seul objectif, nous nasser dans leur bouillie de propositions factices sur fond de confiance usurpée. On ne demande pas à un homme qui se bat contre ceux qui veulent le détruire, économiquement, socialement, moralement, culturellement pourquoi il se bat. L’évidence saute aux yeux. La seule question est celle de la stratégie et du corps politique capable de la porter.

La clique LREM ou la déséducation politique nationale

La clique LREM ou la déséducation politique nationale

Image

  • Le meilleur allié du « macronisme » reste de loin l’abrutissement collectif et la dépolitisation de masse. L’inverse du faux projet du pseudo « président philosophe ». C’est sur cela que parie le gouvernement, les majorités silencieuses, inertes car assommées. Une anti-éducation politique en somme. Les 2000 n’ont plus aucune éducation critique et politique. Certains ont la rage. Ils servent, durant leurs études incertaines, les intérêts de Domino’s Pizza ou de Starbucks, tout en développant des formes de résistance inédites pendant que des croutons leur parlent à la TV.

 

  • Si j’étais Macron, mon cauchemar, j’augmenterais très vite le niveau d’abrutissement collectif. Nous assistons à une sorte de course de vitesse entre la démolition de la République sociale, l’abrutissement des masses et la prise de conscience. L’ochlocratie hanounesque Macron doit faire vite. Elle est en train de lambiner. Qui éduque le peuple ? Le éducateurs justement, ceux de la République que l’on maltraite (ce qui est parfaitement cohérent avec le projet d’ensemble) et la misère sociale. L’éducation hors sol forme la bourgeoisie ; la misère sociale met la rage. L’alliance des deux est révolutionnaire.

 

  • La question de l’éducation est centrale, elle l’a certainement toujours été. L’acte d’éduquer est politique. Le néo-libéralisme organise la destruction de l’éducation politique. C’est une stratégie de fond bien connue. La violence doit rester désarticulée, muette, anti-sociale. E. Philippe associe le conseil national de la résistance (CNR) à cette réforme odieuse, qui détruit la solidarité au profit de la misère individuelle car il sait que les médias de ses maîtres ne feront pas le travail critique qu’ils seraient supposés faire, que d’autres font, dans l’ombre des masses abruties.

 

  • Il s’agit bien d’un pari sur l’abrutissement qui se donne des airs pédagogiques, d’un renversement orwellien des mots, d’un viol intellectuel anti-éducatif. La communication sans contenu est d’une violence inouïe. C’est aussi pour répondre à cette violence que la grève s’installe. Personne ne peut accepter, dans un pays qui a une histoire politique profonde, un tel niveau de malversation intellectuelle au plus haut sommet de l’État. C’est tout simplement impossible. Il ne s’agit même plus d’un problème « politique » mais d’une question civilisationnelle.

 

  • Ceux qui ont encore une conscience critique et politique ne peuvent se coucher devant des gens qui déforment l’histoire (CNR), qui plient le langage dans un odieux cynisme. Il ne s’agit plus d’ironiser sur ces malversations, mais d’engager un redoutable combat politique. Le combat est d’autant plus redoutable qu’il n’est pas exclusivement « politique ». C’est aussi pour cela que nous avons tant de mal. Il engage nos forces mentales. C’est une épreuve de la volonté qui réclame une force d’âme pour résister à ceux qui veulent abrutir pour régner.

 

  • Pour mener un tel combat, le matérialisme vulgaire ne suffit pas. Qu’importe de savoir si je suis né en 1975, en 1974, en 1973 ou un jour de décembre. Cette sucrette n’est d’aucun effet. Nous la pulvérisons avec les dents. Les enjeux sont ailleurs. Le piège tendu par le capital à la République sociale n’est pas fatal. L’issue du combat, par contre,  le sera.

 

Grève et solidarité. La petite bourgeoisie enseignante est-elle républicaine ?

Grève et solidarité. La petite bourgeoisie enseignante est-elle républicaine ?

Résultat de recherche d'images pour "caisse de grève"

 

  • Les professeurs qui obtiendront ne serait-ce que 30 euros par mois (30 deniers ?) les devront à ceux qui ont perdu plusieurs jours de salaires, des mères professeurs des écoles, célibataires, avec des petits salaires qui se battent et qui auront, avec cette réforme, des pensions de retraite misérables.  Ils peuvent déjà envoyer leur RIB.

 

  • Il existe une petite bourgeoisie enseignante pour qui le mot caisse de grève est inaudible. C’est à elle que le ministère s’adresse avec ses primes et la transformation profonde du lien qui relie les professeurs à la République et à l’intérêt général. Une armée de mercenaires payés à la tâche, en concurrence les uns avec les autres, est-ce cela que nous voulons pour l’école ? La petite bourgeoisie enseignante a intériorisé les logiques d’individualisation et reste étrangère au conflit social mais commence à prendre conscience des conséquences, pour elle, de ce modèle.  Elle a beaucoup de mal avec la solidarité. Cela peut changer ou pas.

 

  • Cette petite bourgeoisie enseignante a aussi contribué à dépolitiser les luttes. Absorbée dans des couches moyennes, elle a aussi voté Emmanuel Macron. Elle peut certes le regretter, cela ne mange pas de pudding. Elle est trop souvent prête à enseigner n’importe quoi n’importe comment pourvu qu’elle s’en sorte individuellement. Mais pour la petite bourgeoisie enseignante, la logique dévastatrice du gouvernement Macron est un test politique ultime. De quel côté va-t-elle se situer ? Du côté de la grande bourgeoisie et des parvenus adaptés du libéralisme qui ne feront jamais grève et qui méprisent de plus en plus ouvertement les professeurs avec la complaisance de faiseurs d’opinion qui sont aux-mêmes des surgeons du spectacle ou du côté des ouvriers, des salariés pauvres, des gilets jaunes, tiens, pourquoi pas ?

 

  • Macronisée malgré elle, la petite bourgeoisie enseignante se trouve aujourd’hui tiraillée entre son déclassement social et économique et son incapacité structurelle à se penser politiquement dans une conflictualité réelle. Il n’y a pas de conflictualité réelle sans solidarité (caisse de grève par exemple). Seul, il n’y a pas de conflictualité réelle du tout. Des rodomontades mais pas de politique. Une consommation culturelle de produits adoubés par le spectacle mais pas de politique. Une participation active à l’encadrement des masses mais plus de politique.

 

  • C’est dans l’adversité politique que l’on mesure la solidarité des personnels pas en triant des bouchons pour « sauver la planète » avec  les élèves. Cette solidarité des personnels suppose une conscience politique qui ne peut être que celle de l’affrontement politique sur fond de conflit social, un conflit qui va très au-delà des intérêts particuliers, qui engage le bien public, l’intérêt général et en définitive l’intérêt supérieur de la nation. Non pas cette République usurpée, celle de Macron, mais une République sociale, politique, celle qui ne cède rien aux exigences de justice et d’égalité.

 

  • La solidarité de la petite bourgeoisie enseignante est faible mais elle est aujourd’hui durement testée, mise à l’épreuve. Cette petite bourgeoisie enseignante n’est pas et ne sera plus la bonne élève du néo-libéralisme car elle est liée aux intérêts supérieurs de la République. Il y a là contradiction. Les valeurs de la République, en pratique, sont aujourd’hui attaquées de toutes parts. Par valeurs, il faut bien sûr entendre la mise en pratique d’une exigence sociale qui ne se réduit pas à quelques slogans sur la laïcité. A moins que la laïcité, la laïque de Jaurès, soit sérieusement pensée comme une exigence sociale indissociable des luttes pour la justice et l’égalité politique.

 

  • La seule question à se poser pour elle est donc la suivante : est-elle petite bourgeoise avant d’être républicaine ou est-elle républicaine avant d’être petite bourgeoise ? Bourgeoise, elle ne le sera plus. C’est une forme de deuil fantasmatique. La révolution libertaire libérale lui avait pourtant fait miroiter cette promotion de classe. Forte de son capital culturel, son seul capital, elle pouvait accéder à un confort tout en secondant la bourgeoisie du capital, de la rente, de l’héritage en faisant ses bons achats à la FNAC. A elle les métiers de l’animation, de la culture et le professorat comme promotion sociale. Nous avons là une partie de l’histoire de la trahison de la gauche sociale et authentiquement républicaine sur laquelle nous n’avons plus à revenir tellement le sujet est tristement connu.

 

  • Fort de ce constat, soit la petite bourgeoisie enseignante continue de seconder la grande bourgeoisie et les parvenus du libéralisme – ce qu’on lui demande de faire aujourd’hui à coups de primes et de triques – soit elle s’en détourne pour des raisons de classes. Dans le premier cas, elle devra s’asseoir sur ses dernières illusions républicaines et admettre qu’elle n’est, au fond, que le bras armé cognitif et docile d’une mise au pas qui n’a plus rien de républicaine, les agents actifs d’un ordo-libéralisme de combat qui détruit aussi bien le droit du travail que la solidarité nationale.

 

  • Elle forme pourtant une classe républicaine. Nombreux sont les professeurs nés dans les années 80 et après à avoir compris cela. Ils appellent « boomers » (terme à préciser politiquement) cette petite bourgeoisie anti-républicaine socialement. Ils ont en partie raison. En partie seulement, car les jeunes professeurs de cette classe moyenne, à moins d’avoir fait un travail politique sur eux-mêmes, sont tout aussi dépolitisés que les parvenus adaptés du libéralisme. Heureusement, qu’il reste quelques « anciens » pour rappeler cette triste évidence.
  • Pour conclure, qu’est-ce qu’un professeur : un animateur au service d’une classe réellement possédante qui le méprise ou un éducateur de la République, proche des ouvriers, des travailleurs salariés qui ne seront jamais petits bourgeois. C’est ce qui est en jeu. Cette question suppose de se situer. Ce n’est évidemment pas une question d’école, une question scolastique, ces questions que les professeurs savent manipuler dans un sens et dans l’autre à défaut de toute pratique. Elle appelle à un engagement. Non pas théorique mais à un engagement concrètement déterminé par le salaire, autrement dit le travail et la production. C’est justement ici que les petits animateurs culturels, ceux qui ont aussi fait le macronisme, ne nous sont d’aucun secours. Pratiquement, leur salaire dépend de la docilité dont il font preuve vis-à-vis de la bourgeoisie adossée au capital qui les paie grassement. Ce n’est pas le cas des professeurs de la République pour une écrasante majorité d’entre eux. Ils le savent et c’est aussi pour cette raison que vous n’entendrez pas parler de caisse de grève et d’AG du personnel entre deux jingles culture.

 

  • Il semblerait, au regard du mouvement en cours, qu’une partie de la petite bourgeoisie enseignante soit aujourd’hui en mesure de  choisir le conflit politique plutôt que la servitude culturelle. Le retour de la lutte des classes à l’intérieur du champ de la culture est une très bonne nouvelle même si les conditions de ce retour restent théoriquement indécidables. La pratique tranchera. Elle tranche toujours. Comme le rappelait Engels, the proof of the pudding is in the eating (Préface à l’édition anglaise de Socialisme utopique et socialisme scientifique, 1892). La preuve de la conflictualité politique est dans la solidarité.

 

 

 

 

L’Inouï

L’inouï

par Arnaud Gendron-Laville

 

« Nous voudrions partir en vacances, aimer nos proches, goûter au plaisir de l’oisiveté et pourtant, nous n’y arrivons pas tout à fait.

Tout est fini en un sens, l’agenda de la grève et des Assemblées Générales semble vierge de tout rendez-vous et pourtant, tout recommencera à la rentrée. Parmi celles et ceux qui ont participé à la grève, qui se sont rendus aux AG, qui ont adopté -ou pas- les positions majoritairement exprimées et votées, il y a comme une manière d’inachèvement en forme de vide après les moments d’effusions collectives, de débats, de mésentente aussi comme autant de preuves d’une démocratie vivante. Pouvons-nous en rester là et attendre la rentrée comme si de rien n’était ? Comme si rien n’avait eu lieu ? Le propre de l’inouï tient précisément à l’état de sidération qu’il produit et la prostration qu’il entraîne. Or, ce qui s’est passé tient de l’inouï : un ministre dont la charge est de s’assurer que la Loi est appliquée s’autorise seul à la dévoyer en changeant les règles d’un examen en cours d’exercice.

Lorsque mercredi 3 juillet, nous nous sommes réunis à la bourse du travail de Bordeaux et que nous avons appris en direct la décision du ministre de ne pas tenir compte des copies non remises aux jurys et d’enjoindre de prendre en compte les notes du livret scolaire, avons-nous alors bien mesuré ce que cette torsion du droit impliquait ? Certes, nous nous sommes révoltés, nous avons exprimés immédiatement notre réprobation -à juste titre- mais le franchissement politique que cette décision implique était révélateur. Cette décision change la donne des luttes scolaires en rendant visible à tous les acteurs du monde éducatif et au-delà le caractère arbitraire, anti-démocratique, et finalement totalement illégal de la décision elle-même.

Nous avons assisté « en direct » à la rupture consommée du lien entre les membres du gouvernement et le peuple, seul dépositaire de la souveraineté en République, dès lors que la Loi est bafouée par ceux-là même qui sont chargés de la servir en la rendant effective au service de tous. Avons-nous pris la mesure de ce que ce manquement à la Loi annonce ? La sidération n’a-t-elle pas figé provisoirement l’analyse et la suite à donner ? Resterons-nous sans voix face à cette violation ?

Ceux-là même qui s’autorisent hier à nier le principe d’égalité entre les candidats, (Cf. l’article L331-1 du code de l’éducation), comme rappelé par les très nombreuses motions que nous avons adoptées lors de la tenue des jurys de baccalauréat en soutien aux grévistes jeudi dernier, sont ceux qui nous font la leçon aujourd’hui, en nous rappelant à nos obligations de service public. C’est un comble ! Au plus haut niveau de l’Etat, c’est de prise d’otages dont on nous parle -il fallait s’y attendre- alors même que la légalité des textes est tenue pour négligeable après violation. Il y a là comme une manière très convenue d’inversion de la charge de la preuve : ceux qui nous gouvernent dans le mépris de la Loi nous accusent en pointant l’illégalité de la rétention des notes. Nous hésitons entre le rire salvateur et la franche consternation.

Qui a jamais dit que les copies corrigées ne seraient jamais rendues à son propriétaire, c’est à dire le ministère ? Qui a jamais soutenu que nous voulions détruire cette institution, le baccalauréat, auquel nous avons préparé avec conscience nos élèves durant toute une année ? Qui aura l’outrecuidance de soutenir que nous sommes opposés à l’idée même de service public, au même titre que les gilets jaunes qui se sont battus héroïquement pour des demandes plus que recevables, les urgentistes en grève ou les postiers du 92 ? C’est le même souci qui nous anime, le même soin, la même obligation de rendre à tous, quelque soit la nationalité, le sexe, l’appartenance sociale, l’accès à un service public universel. Parmi les moments forts, nous en retiendrons un qui rend manifeste cette unité lorsqu’à la fin de la manifestation des professeurs-surveillants en grève le 17 juin dernier, nous nous sommes rendus joyeusement devant l’hôpital Saint-André,  soutenir nos amis urgentistes .

Nous voudrions encourager cet effort d’unité en nous rappelant le nécessaire rendez-vous de rentrée. Non pas le énième mot d’ordre d’une grève pour le principe, dans la désunion et l’indifférence mais plutôt la nouvelle donne d’un événement inouï et sans précédent qui impose de l’analyser pour ce qu’il est et ce qu’il annonce.

Savoir que certains d’entre nous partiront en vacances menacés de sanctions disciplinaires, d’autant plus injustes qu’elles relèvent de menaces sans qualification, nous impose non seulement moralement de trouver pour eux et pour nous tous les moyens réels et matériels de les soutenir jusqu’au bout, mais aussi de dire combien nous sommes solidaires de leur résolution, quand bien même elle ne fut pas celle de tous. Sans cette franche résolution à soutenir qu’entre deux choix, il valait mieux choisir l’action jusqu’à son terme plutôt que de s’arrêter en chemin, à considérer le gain en supplément, rien n’aurait été, sans doute, rendu aussi visible à l’appréciation de tous . Le mérite considérable de retenir les copies par devers soi (1), comme effet de la grève et non comme cause initiale, aura permis de révéler à nombre de professeurs présents en jury et aux autres aussi, le vrai visage du pouvoir politique en place quand il s’assoit sur le principe même qu’il est censé protéger, à savoir l’égalité entre tous les élèves.

Il conviendrait aussi de tirer avantage de cette prise de conscience massive qui aura vu un très nombre de collègues non-grévistes soutenir les collègues grévistes. Il y a là un point de basculement de l’opinion des professeurs qu’il faut ne pas laisser sur ce constat désabusé, mais accompagner et informer en prévision des luttes à venir.

Réunissons-nous dès la rentrée afin de trouver une solidarité réconfortante et surtout assurer tous les collègues qui ont déposé leurs copies vendredi matin au rectorat qu’ils ne resteront pas seuls face aux menaces proférées. Une chaîne de solidarité qui consisterait à dire -j’en suis, faites-moi aussi ce que vous ferez à mes collègues- semble le minimum que l’on puisse faire. C’est pourquoi nous demandons et invitons nos collègues représentants des syndicats de l’éducation nationale à nous aider à mettre en œuvre une caisse de soutien, à inventer avec nous cette solidarité nouvelle étendue au plus grand nombre et à apporter aux grévistes l’aide juridique inconditionnelle dont ils doivent pouvoir bénéficier.

En un autre sens, rien n’est fini, tout commence. Il ne s’agit pas de terminer une grève, mais plus sûrement d’ouvrir d’autres brèches, d’autres espérances, comme si les grévistes de la dernière heure faisaient résonner aux oreilles du gouvernement  le bruit sourd de la première heure de leur cauchemar.

Arnaud Gendron-Laville.

Note 1 : Le rédacteur de ces lignes n’a pas été de ceux qui ont soutenu le choix politique d’aller au terme de la grève mais il s’aperçoit après-coup combien il était le seul rationnellement le plus efficace à obtenir le gain supplémentaire qui allait faire basculer la grève dans l’inouï. Il fallait beaucoup d’intelligence collective pour que cet avis exprimé individuellement soit adopté à la majorité. »

 

L’heure du choix – Grève du 4 juillet 2019

L’heure du choix –

Grève du 4 juillet 2019

 

  • Aujourd’hui, 4 juillet 2019, jour des délibérations des jury du baccalauréat, correcteur d’un lot de copies corrigées (j’ai d’ailleurs mis un 20/20 pour la première fois de ma carrière) je suis en grève reconductible pour le troisième jour consécutif. C’est la première fois de ma vie. C’est une décision grave que j’ai prise en toute conscience dans une AG exceptionnelle qui s’est tenue hier à la Bourse du travail à Bordeaux avec mes autres collègues (de philosophie, en majorité, mais pas seulement). Dans cette académie, nous sommes 27 correcteurs à nous être déclarés en grève lors de cette AG. Il est possible que d’autres correcteurs soient grévistes dans l’académie ce matin sans qu’ils aient pu être présents et comptés à l’AG exceptionnelle d’hier soir à la Bourse du travail

 

  • Depuis hier, dans une rhétorique obscène et délirante, un travail de sape est entrepris par certains faiseurs d’opinion. Nous les connaissons très bien : « intérêt de l’élève », « prise en otage », « sadisme » etc. Ces différents cacatoès dont le grand public connait la variété sans toujours mesurer les dégâts occasionnés par leurs discours, ne s’adressent pas à une opinion éclairée ou plutôt ils ont pour fonction d’enténébrer une opinion qui pourrait être attentive à d’autres discours. Il m’est impossible de répondre  ici dans le détail, ce n’est pas le moment. Nous le ferons le temps venu.

 

  • La représentation médiatique de ce qu’est réellement le service public, la mise en cause systématique de ses agents, les doutes constants qui planent sur eux, m’a décidé, avec d’autres, à aller au bout de cette grève en toute conscience. Je ne parle pas ici des professeurs, lycée, collège, primaire mais de l’ensemble de la fonction publique qui est attaquée comme jamais sous la Vème République dans un traitement malsain de l’information. Ce sont là des problèmes très complexes, fondamentaux pour l’avenir de la République française mais écrasés par des discours qui empêchent toute autre alternative que la marche forcée que nous subissons au quotidien ? Vers quoi d’ailleurs ? Une plus grande qualité du service public ? Certainement pas. Dans l’éducation nationale, mon domaine, un véritable plan social est à l’œuvre. Il va profondément affecter la qualité du service devant les élèves, les principaux intéressés et cela sans réelles concertations.

 

  • Alors pourquoi la grève dure. Parce qu’il est impossible de se faire entendre autrement. Nos revendications sont fondées et légitimes. Je suis fonctionnaire de l’Etat français, il est 6h04 et dans 2h je dois être dans mon jury. Je n’ai jamais manqué à un tel devoir, mon devoir. Dans l’année nous formons les élèves, les accompagnons, jusqu’à l’obtention du diplôme et ce qui se passe aujourd’hui me fait mal au cœur, nous fait mal au cœur mais il faut le faire pour nos élèves. Nous nous le devons. De très nombreux agents de la fonction publique ont fait grève cette année. Pour quels résultats ? Pour quelle écoute ? Dans quel climat répressif ? Pour quelles négociations, avec les syndicats, avec les collectifs d’usagers du service public ? Maintenant, ça suffit.

 

  • Nous sommes déterminés et ce n’est pas les menaces délirantes, les admonestations ridicules des grandes gueules de rien du tout qui nous feront taire. Ce gouvernement, légitime par les urnes, est allé trop loin dans le déni de légitimité qu’il doit aussi à ses fonctionnaires. Le service public doit être défendu contre les margoulins, les aventuriers de la disruption sans tête et les communicants de rien. Dans quelques semaines la loi de confiance pour l’école menacera ma parole, notre parole, menaçant en retour les usagers du service public que nous sommes tous. Il n’était que temps que nous la libérions en partant d’un acte symbolique mais très fort. Nous savons que des collectifs de parents se sont formés, des élèves en nombre nous soutiennent. C’est aussi cela le jeu de la démocratie Monsieur Jean-Michel Blanquer.

……….

Le paradoxe, c’est que les professeurs en grève aujourd’hui défendent ce qu’on leur reproche d’empêcher et qui, sous sa forme actuelle, disparaîtra.