PAS DE REMANIEMENT CE SOIR. PAS DE REMANIEMENT CE SOIR.

PAS DE REMANIEMENT CE SOIR. PAS DE REMANIEMENT CE SOIR.

  • Entre autres exemples de servilité journalistique, l’inénarrable « Jupiter ». Assertorique : « Macron perd sa stature jupitérienne ». Interrogative : « Est-ce la fin de la période jupitérienne ? » Critique : « Le président n’est-il pas en train de payer sa posture jupitérienne ? » La question de savoir quels sont les items et les portefeuilles de compétences à valider sur Parcours sup, la plateforme d’orientation des vies de demain, pour atteindre un tel degré de servilité intéressera sûrement les conseillers d’orientation psychologues ou les psychiatres des lieux de privation de liberté.

 

  • En direct de l’asile en continu, une chaîne d’information, autrement dit un programme d’abrutissement tautologique de masse inaccessible à toute critique (ce que vous voyez, c’est ce que vous devez voir). La lobo du soir ? Une émission spéciale remaniement. Le bandeau qui défile ne prête guère à confusion : PAS DE REMANIEMENT CE SOIR. PAS DE REMANIEMENT CE SOIR. Une grappe de ventriloques bavasse. L’éditorialiste de Challenges, cheveux poivre du Brésil et sel de Guérande, raie sur le côté et dessous, lunettes à grosses montures en bois précieux y va de son mantra : « les français sont politiques ». L’imbécile dégoise hardi. A cette première thèse, une seconde en écho : « le remaniement c’est un détail ». Les dindes de l’info reprennent en chœur : « peut-être demain matin mais rien n’est certain ».

 

  • La capacité d’un esprit à supporter pareil supplice est inversement proportionnelle à sa santé mentale. La torture continue : « Il y a quand même eu une élection présidentielle il y a 16 mois ». Les laquais poudrés hochent la tête face caméra. Complicité glaireuse. Le bandeau déroulant continue de dérouler : PAS DE REMANIEMENT CE SOIR. PAS DE REMANIEMENT CE SOIR. La présentatrice, qui ressemble étrangement à la marionnette Péguy du regretté Muppets show, en moins classe tout de même, anime la diarrhée translucide. Un dénommé Jeudi, aussi zoqué le mardi que le vendredi, constate : « on est dans l’anti macronisme primaire ». Un député La république en marche y va de sa pleurniche : « Ce que je demande c’est de l’humanité et de l’échange ». Nous barbotons entre la boîte de cul et l’activité gommette en maternelle sur fond de nullité multi couches.

 

  • Une formule revient : « les français pensent… », « les français veulent… », « les français sont… » La bande d’aliénés raffole de cette formule : « les français ». Des français aussi translucides que le filet colloïdal qui leur tient lieu de logos. Au bout d’une dizaine de minutes, je sens monter, dans mon intimité la plus affective, une violence diffuse, violence d’être contemporain de cette violence-là. Peut-on encore faire quelque chose de cette machine à broyer l’intelligence, de cette imbécilité qui se prend pour la fleur de farine de la lucidité ? Au fond, que faire de la violence ?

 

  • Ce décorum asilaire agrémenté du bandeau PAS DE REMANIEMENT CE SOIR. PAS DE REMANEMENT CE SOIR est devenu une drogue dure pour des dizaines de milliers de « français » qui ne peuvent pas se payer de l’héroïne pour oublier leur misère quotidienne. Une drogue légale en somme, la liberté de l’actu, liberté de se détruire mentalement en acceptant de faire entrer dans sa tête les coulées verbales de Szafran, Jeudi et consort au rythme hystérique de Peggy news. Bref, une lobotomie nationale dont les effets ne seront mesurés par aucun institut de sondages.

 

  • PAS DE REMANIEMENT CE SOIR. PAS DE REMANIEMENT CE SOIR.

Le (nouveau) Média blabla

Le (nouveau) Média blabla

  • Je le répète, au risque de la redondance (1), tout ce qui ne passe pas par un travail critique, au sens noble du mot, un travail de discernement intellectuel sans complaisance, est à jeter. Nous sommes ici dans l’ordre de la parodie qui s’ignore, de la mise en scène « pomo » (pour postmoderne), de la pride, toujours elle,  individualisée, bref de la désormais célèbre bouillie. Cette même bouillie qui a fait Macron cherche à le défaire dans une inefficience politique radicale. La bouillie est réversible, c’est un quasi axiome. Comme l’anneau de Möbius, la bouillie ne possède qu’une seule face. Les pomogressistes sont dans le coup (avec les marchistes) et œuvrent pour une société meilleure « de ouf ». « Un média progressiste c’est tout ce qu’on vient de dire, notre but, l’idée c’est de faire progresser le monde, jusqu’à peut-être le changer, carrément, carrément non, on est des ouf. » Qui prend encore au sérieux, jusqu’à les recopier avec soin, ces borborygmes pomos ? Qui a l’idée d’en faire une critique, de peser leur valeur politique quand il suffit d’en être pour être du bon côté ? Seuls les bricoleurs de la pensée sont encore capables d’une critique « première » pour reprendre la formule de Claude Lévi-Strauss dans La pensée sauvage.

 

  • Une critique sauvage ? Lisons ici Lévi-Strauss et comprenons finement notre situation intellectuelle inédite dont certains de nos prédécesseurs ont eu l’intuition – une situation plus familière aux sociétés premières étudiées par l’ethnologue qu’aux grandes constructions philosophiques de l’idéalisme allemand. Le bricolage, associé par Lévi-Strauss à « la réflexion mythique, peut atteindre, sur le plan intellectuel, des résultats brillants et imprévus. » (2) Le bricoleur critique, à la différence de l’ingénieur du concept qui ne cesse de hiérarchiser ce qui est digne d’être pensé et ce qui ne l’est pas, ne subordonne pas les objets de pensée les uns aux autres. Dans son sens ancien, rappelle Lévi-Strauss, le bricolage évoque « le sens incident : celui de la balle qui rebondit, du chien qui divague, du cheval qui s’écarte de la ligne droite pour éviter un obstacle. » Face à l’obstacle justement, le bricoleur s’arrange avec « les moyens du bord ». Contrairement au théoricien critique qui a déjà une structure intellectuelle toute faite dans laquelle il fait rentrer les éléments de savoir qu’il recueille, le bricoleur critique, toujours étonné par ce qu’il découvre au hasard de ses divagations,  enrichit son stock. Les signes ou matériaux  du bricolage intellectuel sont ses petits trésors dont il fait l’inventaire.

 

  • « Carrément, carrément non, on est des ouf » : signe d’autant plus intéressant pour le bricoleur critique qu’il se présente comme signe du progrès. Bien sûr, cet objet de pensée hétéroclite ne fera pas sens pour des « intellectuels sérieux » qui n’interrogent que des objets dignes d’être pensés. Jamais surpris par le donné, ils déploient une logique indépendante des contenus.  La production ininterrompue de signes, les flux d’information en continu, la mise en ligne instantanée de tous ces objets de pensée miniaturisés offrent au bricoleur critique un stock quasi illimité de « trésors d’idées » (3). La fin des grands récits dont parlait Jean-François Lyotard, le morcellement idéologique, l’émiettement des discours jusqu’au tweet nous placent sur une scène des discours quasi primitive. « Le monde libre », « Le Média », « changer le monde », « on est des ouf », autant de petits coquillages linguistiques intéressants avec lesquels le bricoleur intellectuel composera. Lui-même n’a aucun projet – ce qui supposerait, comme le remarque Lévi-Strauss dans La pensée sauvage, une harmonie théorique entre les matériaux et les fins. S’il fait avec les moyens du bord, c’est avant tout que les matériaux qu’il utilise pour élaborer sa critique sont précontraints. S’il constate que ceux qui critiquent la bouillie dans un « nouveau média » répandent la même bouillie que ceux qu’ils critiquent, il fera avec cette donnée de fait. Dans son univers brut et naïf, on ne peut faire qu’avec ce que l’on a.

 

  • La forme, les outils, les résultats de ses bricolages paraîtront étonnants aux ingénieurs rationalistes qui ont le plus grand mal à ouvrir les yeux sur les limites de leur monde. Ce qui fait du bricoleur critique un fin observateur de son milieu auquel il porte un vif intérêt. Combien de fois ai-je entendu, de la part de lecteurs bienveillants : pourquoi vous intéressez-vous à de tels objets ? votre pensée n’est-elle pas plus digne que cela ? ne vous rabaissez-vous pas à répondre ? etc. etc. Réactions typiques de la pensée ingénieur (sans laquelle on ne peut faire carrière à l’université, sans laquelle on ne peut parvenir) à laquelle j’oppose une critique sauvage, quasi mythique. Les résultats et les effets de cette critique n’en sont pas moins aussi « réels » et dérangeants que ceux des « sciences politiques ». Je vais même plus loin : cette critique est aujourd’hui la seule à faire encore quelques effets. Elle relève de modes d’observation que nous avons en partie perdus. Nous redécouvrons ainsi, derrière ces bricolages intellectuels, ces monstrations, le fond, le « substrat de notre civilisation. » (4) Ce que nous appelons « progrès » est une monnaie de singes qu’une « science du concret » renverra à son irréalité. En face de cette vidéo promotionnelle, de ces débris médiatiques qui se prétendent « nouveaux », je me vis comme un sauvage : je les ramasse, les observe et je cherche à en faire quelque chose.

 

  • Chaque débris médiatique, chaque stock disponible, chaque opérateur peut servir à condition qu’il reste dans un état intermédiaire, indécidable. Est-ce simplement une image, une « petite vidéo » insignifiante ou une idée, un concept ? Plutôt un signe que je ramasse, un être concret, particulier, mais qui renvoie à autre chose. Par exemple à cette question plus intellectuelle : que pouvons-nous faire de ça ? Pouvons-nous en faire quelque chose ? Au moyen de quel bricolage ? Le signe est limité, ce qui dérange les ingénieurs des sciences politiques qui préfèrent, pour leur confort et leur carrière, manipuler des théories abstraites et hors sol. Mais il est déjà trop abstrait (comme ce texte d’ailleurs) pour ceux qui consomment des images et des « petites vidéos » sans réfléchir à ce qu’ils font. Le bricoleur sauvage se tient justement à mi-chemin, ce qui rend la compréhension de son travail délicate pour les idiots et les ingénieurs. Il recueille ce qui est partout disponible mais autrement. Ce que fait justement la pensée sauvage, penser autrement.

 

  • Certains aujourd’hui se plaignent qu’il n’y a plus de pensée dans les médias. Celle-ci serait « prise en otage » par « les médias dominants ». Comme s’il existait quelque part un stock de pensée empêché par une force obscure, comme si la pensée existait comme une nature, comme si le moyen (Le Média) allait libérer la pensée. A cette pensée magique justement, j’en oppose une autre. La tribu du Média blabla n’aura pas simplement à composer avec « des médias dominants », ces adversaires taillés sur mesure, ces Golem utiles de la critique politique de salon. Non, elle aura affaire à une critique sauvage, à des braconniers, un peu sorciers, capables de bricoler au moyen de leurs miettes de jolis tableaux. Ceux-là sont sont-ils de gauche, de droite, du média, du « système » ? Difficile à dire. Ils montent des décors à la Méliès, une architecture fantastique afin d’honorer les dieux du vide.

097446a4eb46b986a7f72cba1a9ed6a8[1]

 

…..

(1) Certains sous-estiment encore ma constance métronomique.

(2) Claude Lévi-Strauss, La pensée sauvage.

(3) Formule reprise par Lévi-Strauss de Marcel Mauss à propos de la magie.

(4) C. Lévis-Strauss, La pensée sauvage.

Souchiens or not souchiens

Souchiens or not souchiens

johnny-hallyday-bikers_5988864[1]

  • Par quel étrange sortilège la mélanine finit-elle par enraciner les hommes, jusqu’à les enchaîner  ? L’épiderme fait office de racine quand les racines, justement, disparaissent. Une « culture » hors-sol (« Johnny, c’est la culture française », « Johnny, un héros national », « on a tous en nous quelque chose de Johnny ») se mesure à l’incapacité qu’elle a de tisser des liens plus profonds, de créer des identifications durables, d’unir les hommes par autre chose que d’imbéciles slogans (aujourd’hui de préférence en anglais). N’en déplaise aux crétins qui tirent de bons bénéfices en léchant la surface, la société du spectacle dont Johnny est un parangon ne relie les hommes qu’en surface. C’est ce qu’à voulu dire Alain Finkielkraut dans une grande confusion lexicale (« petit peuple blanc », « souchien ») et une ironie somme toute assez fumeuse.

 

  • La société du spectacle intégral propose à la consommation des signes d’identification : ma jeunesse, mon enfance, ma nostalgie, ma musique, ma Harley, mes années Johnny. C’est ce qu’on appelle, dans le jargon, des parts de marché. Un exemple parmi d’autres : lors de la descente des Champs-Elysées, seuls les bikers passés par des concessionnaires Harley Davidson avaient le droit de défiler en rangs serrés. Les amis du brélon – dont je suis – n’étaient pas conviés à la grande parade. Non pas hommage national donc mais pride vrombissante de l’homme blanc, Alain Finkielkraut a raison, n’en déplaise aux aboyeurs de peu. La référence au « souchien » est certes idiote (l’usage de ce terme imbécile fut popularisé par une cruche dont l’existence médiatique est proportionnelle aux aboiements qu’elle produit). Derrière, le constat est juste mais largement inaudible pour tous ceux qui se gavent sur le dos plat du marché : la société du spectacle intégral ne peut produire que des pride de particularismes, des marches pour la fierté qui segmentent plus qu’elles ne rassemblent. Aucun mouvement d’unification nationale ne peut sortir de ce morcellement dérisoire. Seule la culture (encore faut-il s’entendre sur le sens à donner à ce mot, je m’y attacherai) le peut et la société du spectacle intégral est profondément inculte.

 

  • Cette inculture-là blesse Alain Finkielkraut autant qu’elle me blesse, autant qu’elle blesse tous ceux qui n’ont pas en eux « quelque chose de Johnny » pour reprendre la formule imbécile de notre caméléon président, capable de tout simuler afin d’être, à tout moment, dans le sens de la marche. Entendre sur les ondes une député « en marche » justement, dont la conscience critique et politique avoisine celle du bigorneau, comparer Johnny et Victor Hugo est extrêmement pénible. Alain Finkielkraut prend cette peine au sérieux. Affecté, il cherche à en faire quelque chose, au risque du cafouillage. Ce que l’on nous vend comme « un grand moment de communion nationale » est un leurre, un de plus dans la grande bouillie spectaculaire marchande. La population qui assistait à la dernière parade de Johnny n’est pas représentative de la population française. C’est un fait. Le délire commence quand on travestit le fait pour en faire une valeur nationale. Johnny est un « héros national » (Emmanuel Macron) à la seule condition de changer le sens des mots. Jean Cavaillès et Georges Politzer étaient des héros de la France, certainement pas Johnny.

 

  • Ceux qui changent le sens des mots, qui déforment la réalité pour se réchauffer en meutes du bon côté du Bien devront désormais compter avec des hommes et des femmes qui refusent de laisser au spectacle intégral l’écriture de l’histoire. Alain Finkielkraut est trop masochiste dans sa critique (comment peut-il utiliser le terme « souchien », fusse de manière ironique, sans savoir ce qu’il allait récolter) pour être réellement audible. Après lui, d’autres viendront. Ils parleront clairement, ne se prendront pas les pantoufles dans les chausse-trappes des petits pieds. A la différence de Finkielkraut, ils fédéreront non sur le buzz mais sur l’idée. Il seront de ce fait autrement plus menaçant pour les kapos du spectacle. Cette opposition sera fatale. Il est un degré d’absurdité où le néant de nos démocraties marchandes se cannibalise. Nous sommes arrivés à ce point, avec ou sans Alain Finkielkraut, souchiens or not souchiens.

La librairie des frères Floury

La librairie des frères Floury

Photo2créditMA[1]

  • Je ne peux que remercier Hervé et Eric Floury pour leur accueil hier soir. Depuis quelques temps, les représentants de la maison Hachette ne passent plus dans cette librairie. Ces marchands de papier, dont la seule logique consiste à saturer les étals de productions clonées sur le modèle économique et lessivant de Procter & Gamble, ne sont pas les bienvenus dans cette librairie de quartier qui résiste tant bien que mal aux stratégies concentrationnaires de la distribution du livre. Mon travail, le leur, celui de L’Echappée et d’autres maisons d’édition qui sauvent ce qui doit l’être – ou ce qui peut l’être encore – est une guerre. Plutôt une guérilla. Cela fait déjà un moment que la pensée (que j’appelle par usage et abus d’usage « critique ») a pris le maquis. Cette résistance a un coût. Libérer les étals pour y glisser quelques travaux artisanaux – dont ne parlent jamais ceux qui ont les micros et s’offrent pourtant le luxe de pester contre le déclin de l’esprit – se paye en pourcentages de ventes. Pour un libraire, avoir une politique éditoriale n’est jamais sans conséquence économique.

 

  • Il y a dix ans, un libraire, chez qui je souhaitais laisser en dépôt une lecture critique de Michel Onfray (devenu depuis une entreprise nationale d’épandage livresque d’opinions « philosophiques » avec l’assentiment de certains hebdomadaires à la botte), me dit ceci : « Monsieur, on ne tire pas sur la vache à lait. J’ai des lecteurs d’Onfray ». Il refusa tout net de prendre les livres en question. J’essayais de lui expliquer le bien fonder de l’entreprise. Peine perdue. En quittant sa boutique, sans savoir s’il consommait lui-même le beurre produit par la vache, je me souviens avoir ruminé cette phrase, mon pack « d’Onfray » à la main : « on ne tire pas sur la vache à lait ». Dans l’armée, l’origine de l’ordre ne fait pas question. Il vient d’en-haut, d’un grand Sujet. Mais ici ? Ce libraire n’a-il aucune curiosité, celle de jeter un œil sur le livre afin d’en évaluer les forces et les faiblesses ? En quoi consiste au juste son travail ? Poser mécaniquement des livres sur ses étals surchargés sous les ordres du kapo d’Hachette Procter & Gamble ? Quelle fierté lui reste-t-il ? Quelle idée se fait-t-il de lui-même ? En quoi cette dérisoire insoumission économique a-t-elle une quelconque incidence sur son commerce ?

 

  • Cette expérience, autrement plus instructive que la lecture des graphomanes qui associent des mots à la chaîne en fonction de l’air vicié du temps, me fit comprendre une chose simple. En bout de chaîne, qu’il s’agisse de journalisme, d’édition, de diffusion, de création intellectuelle nous avons toujours affaire à des hommes et à des femmes situés. Des hommes et des femmes qui font le choix de se soumettre ou de résister, de se coucher ou d’être fidèles à quelques convictions irréductibles. Des hommes et des femmes qu’on peut acheter ou qui ont suffisamment de fierté pour savoir ce qu’ils font et ce qu’ils se doivent à eux-mêmes. La finance, le CAC 40, l’économie mondialisée, le pouvoir de l’argent, qu’est-ce que ceci ? Des escrocs font commerce de la dénonciation de ces méchants mots sur les plateaux télé de l’identique à perte de vue.

 

  • Nietzsche l’a écrit dans son Zarathoustra. Il n’est plus temps, mes amis, de se morfondre, de pleurnicher sur la décadence de l’Occident dans des zéniths de province, de critiquer le tapin des faiseurs d’opinion philosophique en général mais de parler à la fierté des hommes. Toi, oui toi le libraire, toi qui te pique de mots et de littérature, quelle est la hauteur de ta servilité en face des vaches à lait ? Toi, oui toi le philosophe, après quelle défaite acceptes-tu de te prostituer pour vendre une palette de plus ? Toi, oui toi le médiatique, quel renoncement t’habite ? Je parlerai à la fierté des hommes, écrit Nietzsche, quitte à passer pour un fou ou un cadavre dans « la ville de la vache tachetée ». Dans la petite salle de la librairie des frères Floury, hier soir à Toulouse, je n’ai pas vu de fans, de groupies, de spectateurs dociles et des moutons suiveurs mais une poignée d’hommes et de femmes que l’on n’achète pas. Il y avait du Beckett, du Ionesco et une forme de mélancolie critique dans cette rencontre. Quelques idées rayonnantes aussi. L’envers de la « start-up nation » du président des ombres.

 

 

 

Le Gorafi ou comment rentabiliser l’insignifiance

Le Gorafi ou comment rentabiliser l’insignifiance

DOGr5aAU8AEnwz-[1]

  • Avec ses 700000 abonnés en ligne, le Gorafi est un poids lourd du vide. Alors que la moralisation de la vie politique avance à grands renforts de slogans, il est de première nécessité d’imposer dans les esprits la promotion massive de toutes les falsifications spectaculaires. Le Gorafi contribue à l’épandage subventionné de messages post-logiques insignifiants et par principe immunisés contre la critique. Perché. A perchépolis justement, le langage ne permet plus de nommer ce qui est mais d’inhiber toute forme de discours signifiant. Invités sur France Inter, les rédacteurs du Gorafi font partie de ce que Guy Debord appelait la critique intégrée. Double intérêt : divertir les masses et inhiber leurs résidus par un surcroît de bouillie. Parmi les hauts faits d’insubordination, à propos de Christophe Barbier, perruche libérale  et tuteur du bon peuple, le Gorafi fait ainsi état de la démission de son écharpe. L’intéressé aurait répondu « avec humour ». Nous voilà rassurés, Barbier n’est pas rasant. Tout est en place, tout sauf Cuba, roulez Mickey.
  • La post-logique n’a que faire de toutes ses raisons, n’a que faire des analyses critiques. Pour elle, politique et morale ne sont que des prétextes utiles pour recouvrir ses nouvelles formes de falsification idéologique. Idéologique au sens d’un renversement complet du vrai et du faux afin d’imposer un indiscutable état de fait. La post-logique, si elle détruit les capacités de raisonnement en imposant un ordre soustrait à toute réflexion, n’est pourtant pas dénuée de visées économiques : la promotion du dérisoire est rentable. la preuve, les éditions Flammarion sont de sortie. Le Gorafi fait partie de ces organes de médiatisations perchés, acritiques, inodores, incolores et sympas, aux mains du nouvel homo comicus (1). Repris, cité, retweeté, recopié massivement, il normalise l’insignifiance. Aucun complot là-dedans. Une simple convergence entre l’imaginaire des sujets et la volonté des dirigeants. Harmonie préétablie entre la post-logique et le post-politique, le Gorafi est un symptôme de notre temps. Sous couvert d’humour décalé, une acceptation bon ton s’affiche. Inutile de renvoyer cette entreprise de démolition au néant qui l’a vu naître, il suffit simplement de former des esprits immunisés contre l’insignifiance.

……..

François L’Yvonnet, Homo comicus ou l’intégrisme de la rigolade, Paris, Mille et une nuits, 2012.

Entre vide occidental et islam mythifié : la critique

Entre vide occidental et islam mythifié : la critique

B9713714915Z.1_20171104195856_000+GIVA3JTD1.1-0[1]

(texte écrit en novembre 2015. Depuis  ? Rien )

  • Vous ne trouverez pas en terre d’Islam un mouvement d’émancipation qui chercherait à séparer radicalement le politique du religieux. Cornélius Castoriadis faisait ce constat en 1991 (1) dans un entretien avec Edgar Morin publié dans le Monde du 19 mars de la même année, suite à la première guerre du Golfe (1990-1991). « Et cet Islam a devant lui un Occident qui ne vit plus qu’en ménageant son héritage ; il maintient un statu quo libéral, mais ne crée plus de significations émancipatrices. On dit à peu près aux Arabes : jetez le Coran et achetez des vidéo-clips de Madonna. Et, en même temps, on leur vend des mirages. »  Pour Castoriadis, si responsabilité de l’Occident il y a, elle se situe dans ce déficit de significations imaginaires émancipatrices, l’illusion fondamentale consistant à croire que ce qui nous a fait n’est plus à faire. Les grandes passions  religieuses, nationalistes et mythologiques dépassées, ne reste que l’univers du consommable à perte de vue, ce qu’Edgar Morin – avant qu’il ne devienne le dernier sage des sans idées – appelait, dans le même article, « les basses eaux mythologiques ».

 

  • Parmi ces grandes passions, la laïcisation qu’il faut bien comprendre comme un vaste mouvement d’émancipation porté par une espérance, « la sortie de l’homme hors de l’état de minorité, où il se maintient par sa propre faute. » (2) Ce processus, entamé dans certains pays arabes, cyniquement confortés par des intérêts occidentaux (Syrie, l’Irak de la guerre contre l’Iran, la Turquie), n’a que peu de rapport avec ce que nous voudrions entendre par démocratie. La collusion entre l’émancipation laïque et les intérêts économiques ne pouvait, à terme, qu’apparaître comme une solution faible et importée. Ce que résume parfaitement Edgar Morin – avant qu’il ne devienne le barbon qui « enseigne à vivre » sur les plateaux télé – dans sa discussion avec Castoriadis : « N’oublions pas que le message laïque d’Occident arrivait en même temps que la domination impérialiste et la menace d’homogénéisation culturelle, de perte d’identité, qu’apportait notre déferlement techno-industriel sur le reste du monde. »  Le retour à des mythes ancestraux, à cet Islam mythifié, ne peut se comprendre sans ce jeu dialectique de forces et de réactions. En panne d’avenir émancipateur, les pays occidentaux, les Etats-Unis en tête de pont, projettent un présent éternel du marché et de la jouissance consommée qui, tout en secrétant ses pathologies propres, ne laisse plus aucune alternative politique à des pays incapables de se hisser à cette « hauteur ». En partie, le fondamentalisme religieux est moins un recul qu’une réponse à cet état de fait.

 

  • Parmi les valeurs que je pourrais défendre, vestige de nos significations imaginaires gréco-occidentales, je maintiens la critique. Critique qui ne se tourne pas exclusivement vers l’autre en se préservant mais qui se déploie, hardi hardi, comme auto-critique radicale, capacité à se déprendre afin de faire vivre les conditions politiques – car collectives – d’une remise en question de ce qui est. Cela n’exclut pas une forme de violence et des chocs en retour. Proprement affligeante, la réduction de cet espace critique est notre catastrophe. Sous la pression d’un marché du consommable omnipotent, la critique s’efface au profit d’un jeu de positions et de fausses-trappes à somme nulle. Un irréel combat de catch.

 

  • Un de mes derniers échanges avec une éditrice chez Flammarion résume à lui seul l’état de délabrement mental de nos sociétés en « basses eaux mythologiques. » Mon texte visait le cynisme contemporain, en particulier certains auteurs, philosophes, essayistes médiatiquement en vue. Après plusieurs reprises sur les conseils de cette éditrice, à la suite d’un jugement particulièrement favorable à l’issue de la dernière relecture, réponse m’a été faite que le texte n’était pas publiable dans cette maison d’édition car « les médias n’en feraient aucune… critique. » Cette conclusion tragi-comique, après deux ans de travail, signifiait simplement ceci : votre critique est incompatible avec l’ordre des choses, le confort mental de l’attachée de presse, nos partenariats économiques, nos choix en matière de consommable. Autrement dit le rejet n’était pas lié à la qualité du texte, à sa valeur intellectuelle, mais à la nature des problèmes qu’il soulevait dans un système de consolidation du pouvoir (celui proprement médiatique de faire être)  qui ne peut admettre la moindre auto-critique qui ne soit pas aussi une consolidation de ce pouvoir. Cette tautologie, bien au-delà de mon cas individuel – qui n’aurait d’ailleurs aucune valeur s’il n’était pas aussi le symptôme d’un processus global – nous renvoie directement à cette question fondamentale d’une panne de l’avenir émancipateur en occident.

 

  • « Donnez-nous des valeurs pour résister à la barbarie », hululent les marchands de camelote spirituelle, autant de valeurs « positives » qui pourront librement circuler d’un média à l’autre dans une indifférence généralisée qui n’inquiètera personne. « Nous n’avons pas besoin de critique ou d’auto-critique mais de sens pour nous lever courageusement demain matin », ajoutent ces oies sans grâce. « Lorsque l’on dit qu’il n’y a plus de sens, les gens entendent automatiquement qu’il n’y a plus de sens prédonné. Or, le problème n’est pas là, dans la mesure où l’absence d’un sens prédonné ne crée pas nécessairement un vide. Il peut s’agir au contraire d’une chance, d’une possibilité de liberté, qui permettrait de sortir de « désenchantement » » (3) C’est bien ainsi qu’il faut interpréter le « vide occidental », ce vide prend plutôt la forme d’une hyper-saturation, de sens, de valeurs, de recettes, de biens et de services. L’ère du vide est très mal nommée. Peut-on envisager en Occident une désaturation qui ne prenne pas la forme d’un retour au religieux ou aux identités archaïques, une critique qui préserverait les acquis d’une émancipation historique sans se prévaloir d’un sens prédonné ?

 

  • Le constat est pourtant manifeste : le doute, le scepticisme, la critique reculent. Si « le monde occidental » est en crise, ajoute finement Castoriadis, cette « crise consiste précisément en ceci qu’il cesse de se mettre vraiment en question. » (4) Pour cette raison, « la guerre contre le fondamentalisme », qui prend la forme d’une défense de ce qui est contre ce qui ne peut plus être, est aussi une catastrophe de civilisation dans la mesure où elle repousse comme toujours plus inessentielle et secondaire cette remise en question du monde occidental au motif qu’il ne faut pas donner des armes à l’ennemi. En ce sens, le vide occidental (qui est en réalité un plein mythifié) et le mythe arabe (qui peut prendre la forme d’un vide archaïque) sont les expressions hautement dialectiques d’un blocage historique qui ne pourra se surmonter que par leur dépassement conjoint. Il me semble que la responsabilité, ici, est de faire la partie du chemin qui nous incombe.

 

  • Il est peu probable que l’attachée de presse de Flammarion, biberonnée à la communication Power point, Twitter and co, issue de la génération molle des quadras politiquement anémiés, soit à la hauteur de cette responsabilité historique.

 

Afficher l'image d'origine

 

………..

(1) Entre le vide occidental et le mythe arabe, Le monde, 19 mars 1991, in La montée de l’insignifiance, Paris, Seuil, 1996.

(2) Emmanuel Kant, Réponse à la question : « Qu’est-ce que les Lumières ? », Œuvres philosophiques, Paris, Gallimard, Pléiade, 1985, tome 2.

(3) Cornélius Castoriadis, op. cit.

(4) Op. cit.

Tu vois mieux Debray ou de loin ?

Tu vois mieux Debray ou de loin ?

4a4c9e912a_50038702_lunettes-myopie-hackfish-wiki-cc-25[1]

  • Dans la catégorie sage et vieux barbon, faiseur de haïkus et divertisseur intellectuel mâtiné de culture sur grandes ondes, autant dire bon client d’insignifiance, j’appelle Régis Debray. Oui, il est toujours là Régis Debray, un peu partout, il se divertit, il passe le temps, il s’amuse. Cet été il a même trouvé une idée en picorant du texte avec des amis protestants comme il dit : l’avènement planétaire du néo-protestantisme arrive en France avec Macron. Dans un texte miniature, où la question de savoir si nous feuilletons un article de Elle ou un « essai fulgurant » (1) reste indécidable, Régis Debray peaufine son style : « Quand le matos avance, le bios recule – la crédibilité passe du grognard  aux marie-louise. C’est le novice qui inspire confiance. » (2) Il faut croire que la formule enfarinée ne s’applique pas aux penseurs du siècle. Les olds in town sont de sortie. C’est même la tendance du moment : « privilège du vieux con dernier tirage : une place au balcon, sur le défilé des générations. »(3) « Le vieux con » Régis Debray – les publicistes aiment se faire mal – se met en scène et égraine les imagiers de sa vie : « C’est un avantage d’avoir pu, adolescent, écouter les récits des combattants et résistants (1940-1945), plonger dans l’époque des militants (1945-1980), se retrouver en remontant, à côté des notables (1980-2010), et voir, sur ses vieux jours, les managers sous les lambris (2017-2027). » En recopiant ceci, je le dis sans détour / j’espère que le sénile qui me viendra un jour / prendra une autre forme que celle qui consiste / à faire subir aux autres son dernier tour de piste.

 

  • Il serait fastidieux de noter une à une les formules prétentieuses de Régis Debray. Après tout, moyennant huit euros, le lecteur doit faire aussi sa part du travail. Posons-nous plutôt la question suivante : pour quelle raison ma génération est-elle à ce point incapable d’assumer seule la prise en charge critique du monde qu’elle dirige désormais ? Feu Stéphane Hessel, Edgar Morin, Michel Serres, Alain Badiou, Marcel Gauchet, Régis Debray, Bernard Pivot… Les quadras qui se piquent de penser un peu ont besoin de vieux sages (Debray dirait des « vieux cons ») pour détourner le regard du désert qui leur fait face. C’est à cela que sert Régis Debray, c’est aussi pour cette raison qu’il est encore présent sur les ondes de la matinale : pour la petite histoire qui rassure. « Critique », c’est encore mieux. Adaptée et technodule quand il s’agit d’agir, ma génération est larguée et gérontophile quand il s’agit de penser. Aucune incohérence, les jeunes politiques font des risettes aux vieux philosophes. C’est qu’il faut aller chercher le supplément d’âme sans bouleverser l’ordre des choses. La patine du temps pour recouvrir la vacuité des temps. (4) Pour ce travail de détournement, Régis Debray est un très bon client. Il a de l’esprit, beaucoup de culture (la chose est bien vue quand il s’agit de ne plus faire de politique), il est malin aussi. Au sens strict, c’est un divertisseur, il détourne, parle d’autre chose, nous raconte une belle histoire. Il linéarise les temps, absorbe tout, passe de Paul Valéry au concile de Nicée II, de Nadar au CAC-40, de Luther à Rocard. Le tout en cinq minutes sous le regard du journaliste médusé qui a – une fois n’est pas coutume – l’impression de penser.

 

  • « Substitution du transversal au vertical, du réseau au cap, de la connexion à l’affiliation, de la marque (commerciale) à l’étiquette (idéologique). L’institué et l’instituant ont permuté en douceur. L’ancien amateur devient le professionnel et vice-Versailles ». (5) Je vous le demande, quel journaliste aura le courage de lire à la face de l’intéressé ce monticule de sottises qui se nihilise lui-même dans une blague carambar (« vice-Versailles ») en expliquant la fonction politique de ce genre de grossièretés. Ce qu’elles empêchent, ce qu’elles recouvrent. Voilà ce qui en France tient lieu pourtant de « pensée critique » mes amis, d’essais fulgurants, de thèses iconoclastes et de lectures incontournables. La sénescence  a de beaux jours devant elle. Vous comprendrez mieux pourquoi il est si difficile aujourd’hui de faire entendre d’autres voix. La seule méthode, un peu cohérente qui me vienne à l’esprit,   reste de recopier, sans relâche, ces monceaux de morgues attitrés « philosophes ». La chose peut paraître violente j’en conviens, elle fait peur sûrement quand on confond l’idée et le doudou. Elle dérange le commerce et fait fuir les ânes. Elle est aujourd’hui nécessaire et témoignera d’un temps, le nôtre, le tien.

 

  • Régis Debay intitule son texte « Le nouveau pouvoir ». Prenons-le aux mots. Le « nouveau pouvoir » dont il est question se consolide en détruisant nos capacités de résistances intellectuelles, pire, les raisons de résister. Après tout, si « pour parler jeune et comme il faut, le protestantisme agit bottom up et le catho top down »(6) que demande le peuple ? Derrière le ridicule se cache le conformisme des parvenus, les bruits de salons et les mondanités qui jugent avec des mouvements de gants. Régis Debray, c’est le vieux qui fait le jeune ; Emmanuel Macron, le jeune qui plaît aux vieux. Tout cela marche bien. Un monde de cyberadaptés et de turboprophètes. Inutile de réfuter ce qui se place à un tel niveau de boursouflure. Il faut laisser la chose enfler d’elle-même jusqu’à ce qu’elle crève. On peut l’aider un peu, bien sûr, une tâche modeste mais point trop inutile quand la patience commence à faire défaut. Dans Pourquoi j’ai mangé mon père, Edouard le progressiste, croise un animal préhistorique et se morfond :  – hélas, nous en sommes encore là.

2017-09-debray-nouveau-pouvoir-8-5979b8dc5ccd1[1]

Pour aller plus loin : Régis Debray et Guy Debord.

………

(1) Quatrième de couverture, Régis Debray, Le nouveau pouvoir, Paris, Edition du Cerf, 2017

(2) Op. cit.

(3) Op. cit.,

(4) Oui, moi aussi, je peux faire des petits jeux de mots « à la Debray ». Qui peut le plus, vous connaissez la suite.

(5) Op. cit.

(6) Op. cit.

 

 

Jean Baudrillard, la buée de sauvetage ?

Jean Baudrillard, la buée de sauvetage ?

18845833029_86c4f543d6_c[1]

 

  • Jean Baudrillard (1929-2007), qui en faisait un art, a disparu une fois de plus il y a dix ans. Il est un des rares écrivains à être capable de nous délivrer du sortilège des tautologies pathétiques de notre temps. Rien n’est plus étranger à sa pensée excentrique que le recopiage à l’identique des mêmes indignations vertueuses, ces grandes messes cathodiques et désormais internétiques du même. La morale des chiens de garde est bien mal nommée : moraline des moutons bien gardés est plus juste. Jean Baudrillard, comme beaucoup d’esprits puissants, est le penseur d’une idée : la liquidation est derrière nous. On ferme ? Non, c’est fermé et ouvert à la fois. La fermeture est indécidable. La fin est devenue excentrique à elle-même. Faut-il critiquer radicalement le monde ou le monde se critique-t-il radicalement lui-même sans qu’il faille en rajouter ? Plus étonnant encore : votre critique n’est-elle pas une défense ironique de ce qu’elle vise ? Une citation de Donald Trump sur la politique ou d’Emmanuel Macron sur la philosophie ne suffit-elle pas à nous montrer, sans autre ajout critique, que nous sommes passés au-delà de la politique ou en-deçà de la philosophie ? A moins, réversion ironique, que ce ne soit justement l’inverse – cette vérité étant prise dans un jeu de miroirs et de spéculations indécidables.

 

  • Ce qui est en jeu par conséquent n’est autre que notre capacité, dans un univers réversible comme peut l’être l’anneau de Moebius, à injecter encore du négatif, autant dire de la critique, quand nous sommes dessaisis de la fin  (fin du politique, de la philosophie, de la pensée critique elle-même). Comment mettre en échec cette solution finale du négatif. L’image embrumée de Philippe Muray est ici des plus éclairantes : « L’humanité avançait dans le brouillard, et c’est pour cela qu’elle avançait. » (1) Image à laquelle Jean Baudrillard oppose une autre : comme la mouche nous nous cognons désormais à une paroi transparente incapable de savoir ce qui nous éloigne du monde. La transparence intégrale, la perfection de l’apparence, la précession des simulacres, la scénarisation du monde, le design du futur sont autant de catastrophes que nous ne pouvons plus critiquer de front. La saturation de positivité fonctionne en effet comme une opération de dissuasion. Quand tout est déjà dit, déjà pensé, déjà scénarisé, déjà vu, déjà anticipé, déjà calculé et rentabilisé, comment échapper au funeste destin de la duplication, au sortilège des tautologies ? Comment s’en sortir ?

 

  • Jean Baudrillard, que l’on accuse parfois de nihilisme au théâtre guignol du rien de pensée, cherche à s’en sortir. Non pas qu’il ait pour l’humanité de grands projets d’émancipation, de libération ou de révolution quand ces mots lessivés deviennent l’antichambre des pouvoirs les plus conformes. Jean Baudrillard n’est pas un homme de programme comme on dit aujourd’hui. S’en sortir, autant dire se libérer radicalement, et en premier lieu du chantage à la liberté. Se libérer de la liberté en somme ! Proposition qui renoue avec une pataphysique autrement plus lucide et jubilatoire que les messes insipides (2) d’une critique « progressiste » gauche et peu adroite.

 

  • Jean Baudrillard, qui possédait une bergerie au pays cathare, estimait, dans la dernière période de sa vie, la plus stimulante intellectuellement, qu’il fallait tout faire pour préserver une « dualité irréversible, irréconciliable. »(3) En un mot qu’il affectionnait, une dualité fatale. Seul un manichéisme ironique peut encore répondre au monstre doux de l’entente aplatissante, de la mièvre communication et du chantage au Bien. Hérétique au pays des orthodoxes ? Plutôt métaleptique au pays des doxodoxes. Art de la permutation à l’ère du plein et de la saturation de tous les genres.  Forme de pensée qui ne peut pas faire école (de là sa postérité contrariée) tout en posant un problème fondamentale à la pensée critique : comment fuir encore ? La réponse à cette question ne peut plus être pour lui une énième théorie critique qui se fracassera à tous coups sur le mur de verre qui lui fait face, prisonnière du sortilège des tautologies théoriques. La tâche que nous assigne l’œuvre de Jean Baudrillard, pour ceux qui respirent encore, sera plutôt de souffler sur la paroi de verre pour faire apparaître une fine buée, preuve que nous ne sommes pas si irréels que ça.

……..

(1) Philippe Muray, « Le mystère de la Désincarnation », in L’Herne, Baudrillard, Paris, 2004.

(2) « Le presbytère sans le latin a perdu de son charme… Sans le latin la messe nous emmerde. » Georges Brassens, Tempête dans un bénitier.

(3) Jean Baudrillard, Mots de passe.

Méprise

Méprise

vlcsnap13308637vr3[1]

 

  • Le mépris ? Ai-je du mépris ? Je constate l’état des forces en présence, la logique promotionnelle, celle qui décide ce qui doit être lu et offert au public. J’observe depuis dix ans les renvois de courtoisie, la main mise des médias de masse sur la diffusion des idées. Je déplore la disparition d’un espace critique et politique digne de ce nom, la réduction de la réflexion à un commerce. Je note la lâcheté et la couardise de ceux à qui je m’adresse. J’accuse un milieu spectaculairement endogène qui se cache derrière la culture pour ne pas se mouiller et sauver sa gamelle en paraphant l’existant.

 

  • Dans le fond, tout est presque foutu. La gauche critique n’existe plus, le marché a tout avalé. Du moins dans sa forme inchoative, anarchisante, corrosive, violente. Radicale ? Radicale. Je rêve d’une vie intellectuelle réouverte dans laquelle les coups partiraient. Mais les publications narcissiques insipides, les essais de rien du tout, la pâte à papier journalistique dégueule sur les étals du marché. Aucune vie, aucune sève. Un formatage opportuniste, un recyclage de la presse au livre, un massacre inaudible qui ne fait l’objet d’aucune contestation. Des objets de pensée miniaturisés. Little philo. Dans la course à la médiocrité, à chacun son couloir. Des pages publicitaires ventent un tel, encensent un autre sous le titre « critique littéraire ». De gros bandeaux rouges encerclent la vanité et le patronyme. Je les cite, ils sont connus de tous. Est-ce moi le criminel ? Est-ce moi le salaud ? Est-ce moi le visible ?

 

  • Ce qui est inacceptable en régime de positivité intégrale, c’est que l’on puisse vouloir la non-réalisation d’une chose ou d’une idée. Les positifs appelleront cela frustration, vengeance, ressentiment, mépris. Je les fais moutons et ânes. Qu’est-ce que l’Empire du Bien sinon ceci : la réalisation de tout, l’optimisation maximale d’une réalité intégrale où rien ne se perd. C’est ainsi que la programmation planifiée de la fête vous dégoûtera de la fête, que l’organisation rationnelle des voyages vous fera vomir les voyages, que la planification étatique de la culture suscitera en vous le dégoût de la culture, que l’épandage massif de philosophie en magazines vous incitera à brûler la bibliothèque.

 

  • Alors mon rêve, oui, le rêve de Krank, s’est transformé en cauchemar. Un cauchemar labyrinthique aux mille visages. Un cauchemar chaotique d’où sortent des coups. Un cauchemar à déchanter, à démolir, à dévoter. Un joyeux cauchemar pour notre temps. Un cauchemar à la hauteur. Condescendance ? Non plus. Déchirure. En situation de légitime défense, je cherche des armes fatales qui arracheraient enfin un bout du morceau. Travail monstrueux et dérisoire. Travail  inaudible.