Qui veut le chaos ?

Qui veut le chaos ?

« Les coupables de ces violences ne veulent pas de changement, ne veulent aucune amélioration, ils veulent le chaos. »

(Emmanuel Macron, 01/12/2018)

……

La profondeur de la révolte – III – Les critiques

La profondeur de la révolte – III – Les critiques

(Victor Hugo, Dessin)

  • En 1999 sortait à la NRF Le nouvel esprit du capitalisme, un fort livre de 900 pages : la force de la critique, le rôle de la critique, la logique de la critique, la critique sociale, la critique artiste, l’empêchement de la critique, le renouveau de la critique etc. Mon coude droit est actuellement posé sur cette somme (1). Depuis, on ne compte plus les productions critiques, les textes critiques, les sommes critiques. Ma bibliothèque en est remplie. Le dernier volume en date : Le désert de la critique, déconstruction et politique (2). Par déformation intellectuelle, je m’empresse de consulter ces textes dès leur sortie mais je les achète de moins en moins car ma question est toujours la même : qui dérangent-ils ?

 

  • J’ai eu un temps le projet de rédiger une thèse à ce sujet à l’EHESS : dialectique de la critique, un titre de ce genre. Je me suis ravisé après deux années d’écriture. J’étais en train d’ajouter ma glose à une glose déjà fort conséquente. Les rapports contrariés que j’ai eu avec ce qu’on appelle le monde de l’édition ont eu raison de mes dernières velléités dans ce domaine. L’idée est simple : vous pouvez publier et diffuser toute la critique théorique que vous voulez à condition de ne déranger aucun pouvoir, de ne viser personne en propre, de laisser le monde à la sortie de votre critique dans le même état que vous l’avez trouvé en y entrant. La critique s’adresse ainsi à une petite frange de la population, formée à l’école, capable de comprendre des distinctions structurelles (critique artistique, critique sociale) car elle a les moyens d’attacher un contenu à ces concepts mais qui n’a aucun intérêt objectif à remettre en question sa raison sociale à partir d’eux. C’est évidemment le cas de France culture.  

 

  • Longtemps, je me suis dit (qui ignore la naïveté des esprits formés au contact des textes philosophiques ?) que l’empilement d’arguments et d’analyses aurait raison de cet état de fait. Qu’il suffisait de démonter quelques logiques élémentaires pour lever ce gros lièvre. Hélas, je sous-estimais la puissance de la dénégation et la force d’une raison fort peu raisonnable :  la raison sociale.

 

  • Celui qui tient un magistère ou un micro (le second s’étant progressivement substitué au premier) a des intérêts objectifs particuliers à défendre. J’ai moi-même des intérêts objectifs particuliers à défendre lorsque je me bats contre le massacre programmé de la réflexion critique à l’école. La question est de savoir si ces intérêts objectifs particuliers vont dans le sens de l’intérêt général, autrement dit si ce que je défends vaut au-delà de moi-même. Là encore, sur ce seul critère déterminant, j’ai compris (j’avoue qu’il m’a fallu un peu de temps tout de même) que les éditeurs de cette fameuse culture (critique pourquoi pas) ne raisonnaient pas du tout de cette façon. Pour eux, la critique est un objet d’édition, de publication, un objet culturel qui doit rencontrer un marché. Avant de faire œuvre critique, il est donc essentiel d’identifier le marché. L’intérêt particulier objectif doit s’accorder avec d’autres intérêts particuliers. L’intérêt général ? Mais de quoi parlez-vous ?

 

  • Critiquer la dépolitisation des discours sur la politique à France culture, à la suite de ce qu’a pu faire Pierre Bourdieu, ce n’est pas simplement émettre une critique, c’est déranger des intérêts objectifs particuliers qui n’ont que faire de l’intérêt général. C’est ici que vous retrouvez pleinement le sens de la très belle phrase de Bakounine mise en avant par Pierre Bourdieu dont il ne faut pas tout de même sous-estimer la dimension anarchiste : « Les aristocrates de l’intelligence trouvent qu’il est des vérités qu’il n’est pas bon de dire au peuple. » Je pense, vous l’avez compris, l’inverse : toutes les vérités sont bonnes à dire au peuple.

 

  • Evidemment, chère Adèle Van Reeth, cher Nicolas Truong, les fines manœuvres de France culture ou du Monde pour exclure du débat public des intellectuels qui ne cirent pas les pompes du pouvoir sont invisibles pour les désormais fameux gilets jaunes.  Invisibles mais pas inaudibles, c’est cela que vous devez comprendre désormais, vous et toutes les fausses queues de la culture mondaine qui œuvrent à placer au pouvoir des hommes qui n’ont que faire de l’intérêt général et qui fracturent profondément la République. Bien sûr, vous pouvez marginaliser l’affaire, la minorer, l’exclure du champ des débats. Bref, nous prendre pour des cons. Je le comprends, c’est de bonne guerre. A votre place d’ailleurs, avec la même raison sociale, je ferais peut-être de même. L’homme est aussi faible et facilement corruptible. Cela ne signifie pas pour autant que le mobile de l’action critique soit le ressentiment ou la jalousie. Cette psychologisation n’honore personne et ne grandit pas la pensée, encore moins la politique. Il se trouve que certaines positions sociales nous rendent plus attentifs à la question de l’intérêt général que d’autres. Enseigner toute une vie dans l’école publique – et pas seulement deux ans en ZEP pour avoir la médaille Télérama –  vous rend forcément plus sensible aux questions républicaines. Soigner à l’hôpital, déplacer des hommes et des femmes au quotidien, nourrir en cultivant sainement la terre etc. Si cette sensibilité s’accompagne, en outre, d’une affinité pour l’anarchie et la liberté radicale, vous vous orientez logiquement vers une forme de critique qui dérange un peu plus que celle de L’Obs, de Libé, de France culture, du Monde, de Télérama.

 

  • Tout cela a-t-il un coût ? Oui, si l’on raisonne dans les cadres du mondain et de l’arrivisme qui tiennent lieu aujourd’hui de mesure de la créativité et de la réussite ou de la soumission, c’est tout un.  Cela dit, que tout le monde se rassure, rien de très nouveau sous le soleil. Vous n’aurez jamais la gloriole facile au festival d’Avignon. Jamais on dira de vous, entre deux petits- fours  sous un bon soleil : ah Madame, quel auteur iconoclaste, subversif, impertinent. Quel homme entier peut se satisfaire de cela, je vous le demande ? Quelle femme libre peut accepter de pareilles miettes ? (3) Au fond, c’est un vieux problème que je pose là, un problème décisif pour qui va au-delà.

 

  • Je n’ai pas brûlé de pneus hier, je n’ai pas non plus hurlé « Macron démission » mais le cœur y est. J’ai un vieux diesel (350000 km, Ford Focus, 2003), je suis propriétaire, un crédit sur le dos et pour 25 ans, professeur agrégé de philosophie dans l’école publique. Je gagne 3000 euros net par mois en moyenne, je suis à l’échelon 9. Les grilles sont publiques contrairement aux salaires de ceux qui font la morale au peuple à la télévision ou à la radio. J’aime la réflexion et les idées. Ma critique est située, limitée, incarnée. J’ai eu la chance de naître dans un milieu formé, de trouver ma voie dans le labyrinthe des études supérieurs. Pour une raison qui m’échappe encore, je hais les faisans qui oppriment l’esprit en toute bonne conscience, les faquins, les fausses queues, les demi habiles. Emmanuel Macron représente pour moi, et je ne suis pas le seul, une sorte d’anti-monde, une réalité qui à la fois m’échappe complétement (je ne comprends pas que l’on puisse se satisfaire de sa vie) et me dégoûte en tant qu’elle oppresse les autres. J’ai les moyens de structurer ce dégoût, d’en faire quelque chose, de le penser et par conséquent de m’en libérer.

C’est cela qu’il faut donner aux enfants de la République : les moyens effectifs de se libérer du dégoût que suscite un monde sans âme à la liberté factice.

 

 

(1) Pratiquement, pour un droitier, il est utile de surélever le coude gauche pour taper sur le clavier.

(2) Editions Echappée, 2015. Un livre intelligent et fin, théorique, mais de mon point de vue inefficient. Qui dérange-t-il ?

(3) Voici exposé en une ligne mon féminisme, Eugénie Bastié. (#metoo)

La profondeur de la révolte – 1 – Les journalistes

La profondeur de la révolte

1. Les journalistes

 

(Victor Hugo, Dessin)

  • Il suffit de s’attarder sur les réseaux sociaux en sortant de son cercle d’amis pour évaluer la profondeur de la révolte qui monte en France, de discuter au quotidien avec le postier, d’échanger quelques mots avec le pompier réserviste, le maître d’école, l’interne en médecine, la retraitée au bistrot ou le maire de la commune. Une colère sourde, désarticulée mais une révolte profonde, quotidiennement nourrie par la mise en spectacle d’un pouvoir autiste. Emmanuel Macron n’a jamais eu de mandat local, il n’a aucune racine, il est hors sol. C’est une abstraction, le produit d’un monde sans dehors qui octroie des privilèges exorbitants à quelques-uns en faisant la leçon à tous. Qui peut s’identifier à lui hormis ceux qui n’ont pas d’attaches, les flottants, ces bouchons de liège de la pensée-Europe-monde qui vivent bien au milieu du vide qu’ils entretiennent par intérêts.

 

  • Pensez à Christophe Barbier, sourire au coin des lèvres, qui faisait il y a quelques mois le malin avec une plante verte dans les bureaux de l’Express avant de partir en vacances, expliquant aux français qu’ils devaient renoncer à la cinquième semaine de congés payés, aux RTT. Pensez à Ruth Elkrief, mielleuse de complaisance avec les puissants, maîtresse d’école avec tous les autres, irréelle majorette de l’ordre derrière son pupitre en plexiglas et ses rictus figés. Pensez à Bruno Jeudy qui délivre ses conseils aux smicards pour des milliers d’euros avec des certitudes idiotes et des slogans de téléphonie mobile. Pensez à tous les autres, les médiatiques télévisuels, payés par une machine à abrutir qui écrase et humilie en toute bonne conscience. Emmanuel Macron était leur fils prodigue, la promesse de dix belles années de morgue.  Cette clique représente, à juste titre, un ennemi objectif pour une majorité de français. Elle est responsable d’une partie non négligeable de la révolte qui monte. A tort, elle résume toute une profession : journaliste.

 

  • Les journalistes de Paris, ceux que l’on rencontre l’été au festival de Couthures près de Marmande, ceux qui comptent dans le milieu de la presse nationale, ne sont pas tous éditocrates. Loin s’en faut. Plutôt jeunes, sympas, mal payés, louvoyants entre piges et terrains, ils cherchent à vivre d’un métier que le numérique a profondément bouleversé. Ils acceptent à peu près tout, se fondent dans un moule, barbottent dans les mêmes univers. Formés dans des écoles de commerce spécialisées, ils subissent les rapports de pouvoir et les petites humiliations. Plenel en haut, le pigiste tout en bas. Ces soldats de l’actualité ne sont pas toujours sans idées, certains connaissent très bien la France rurale, la France des provinces, les banlieues pauvres. Tout cela est pourtant anecdotique : l’employeur qui les paie décidera des cadres de leur liberté intellectuelle et de l’épaisseur de leur marge. Ils ne peuvent pas se révolter contre ceux qui leur pourrissent le travail en renvoyant d’eux-mêmes une image abîmée aux français. Ils sont enchaînés à un système médiatique qui les suce jusqu’à la moelle. A la fin de cet effrayant bizutage, lessivés, quinze ans passés, ils seront payés en pouvant faire payer aux nouveaux arrivants les stigmates de leur soumission.

 

  • Le gavage par l’information est une désinformation massive, un abrutissement collectif. La presse écrite, réflexive et documentée, s’apparente au latin. Une langue morte. Elle n’est d’ailleurs plus une presse de combat mais de contemplation. Reportages léchés, illustrations à la mode, formats décalés, prix conséquents, ces revues sont inaccessibles au peuple qui lit peu. Elles satisfont une bourgeoisie culturelle qui s’informe en jouissant avec émotion et empathie du spectacle du monde. Le peuple, lui, écoute en gueulant la majorette en cire à l’heure des repas. Les moins morts nourrissent leur haine sur des sites qui dénoncent les saletés qu’ils ont massivement sous les yeux. Le néant des images matraquées et des slogans économiques qui humilient, agrémentés d’un peu de logos viril, suffiront à former une impitoyable vision du monde avec la guerre pour horizon. La morgue d’une caste nourrit la révolte d’un peuple. Ce qui se passe au milieu, la bonne volonté humaniste des pigistes mondialisés, ne fait pas le poids. L’histoire de la brioche aux français est connue, la fin aussi.

 

  • Français, encore un effort pour être totalement abrutis. Voilà ce qu’exige aujourd’hui le pouvoir d’Etat qui trahit la grandeur de la République. Gilets jaunes, populisme, gasoil, les marottes du moment n’expliqueront rien. Sans justice et sans vergogne, un peuple est ingouvernable, aujourd’hui comme hier. Relisez, je vous en prie, les sottises de Régis Debray après l’élection d’Emmanuel Macron, les inepties de Brice Couturier, les précieuses divagations sur son rapport à Ricoeur, les articles copiés sans une once de critique d’un site à l’autre. Des Playmobil des chaînes d’information aux intellectuels de salons, des animateurs de sites d’actualité aux relais dépolitisés de l’information de masse, relisez les archives, consultez les sites, vous ne trouverez rien sur l’implacable logique des mécanismes qui jettent un peuple dans la rue.

 

Les fossoyeurs de la réflexion

Les fossoyeurs de la réflexion

(Pierre Mathiot, ex-directeur de science po Lille, communicant et idéologue de l’adaptation)

  • La question à se poser est de savoir si nous pouvons laisser la formation des esprits à de tels fossoyeurs. Une première évidence : la culture générale science po n’est qu’un critère de différenciation mondain en rien une formation de l’esprit. L’enseignement de la philosophie, et cela ne date pas d’hier soir, s’est fait laminer en quelques décennies – avec une accélération évidente ces dernières années. Le paradoxe d’une omniprésence de la philosophie dans les médias, du causeur professionnel au critique de salons, en passant par le designer des magazines Philo plus et le promoteur de théâtralité saupoudrée de Nietzsche entre deux verres de rouge, ne doit pas étonner. Il s’agit bien des deux faces d’une même pièce.

 

  • Les malins ont assez vite compris, sur les ruines de l’école républicaine, que ce qu’ils faisaient entre les murs, avec les contraintes structurelles inhérentes au métier, pouvait être fait hors les murs avec de biens meilleurs subsides et une toute autre reconnaissance. En philosophie, la démission hautement médiatisée du cuistre hédoniste, aujourd’hui définitivement englouti dans la purée de papier qu’il imprime fiévreusement tous les mois aux frais de maisons d’édition publicitaires, est une des manifestations en France de ce mouvement. Les demi-habiles médiatiques étaient fiers d’inviter sur leurs plateaux un professeur du secondaire qui leur révélait enfin le grand secret : on ne peut plus philosopher dans l’école publique (il appelait cela, sottement comme le reste, l’administration platonicienne). Mieux, les agrégés sont des cons, des « sorbonnagres ». Un propos heureux enfin pour un public flatté  n’ayant pas la formation pour étalonner la densité du jus chaussettes anti-philosophique proposé à son entendement méprisé. Centrale, la critique de l’institution, farcie de retentissement, restera le fil directeur de cette errance intellectuelle subventionnée. Naïf d’ignorer les effets politiques d’une telle caisse de résonance, effets qui ne seront jamais pensés. Quel philosophe médiatique en vue avait intérêt à instruire cette question fondamentale pour l’école républicaine, quel journaliste, quel éditeur ? Il s’agit bien d’un affrontement larvé entre la République et le marché. Le reste, la quincaillerie libertaire, hédoniste, anti-philosophique ne sont que des amuse-bouches, des sottises. Par contre, à défaut d’école républicaine, on peut philosopher ailleurs, à la télévision, devant des parterres de retraités endormis, dans les centres culturels et des amphis bondés en partenariat avec France culture qui le lâche aujourd’hui. La médiocrité des productions ne dérangea personne. « On ne tire pas sur la vache à lait », je l’ai entendu dire. Il serait pourtant injuste de faire reposer sur le seul poujadiste lettré national la responsabilité de ce vaste mouvement historique.

 

  • Un magazine de philosophie emboîta le pas, lénifiant, accueillant tout à condition de préserver la paix des commerces afférents à cette nouvelle manne. La philosophie comme jeu d’enfant et art de vendre. Un emperruque, un temps ministre, fit fructifier la chose en croisières philo. Un autre, plus médiocre encore, se recycla dans le rap et le tapin générationnel. Qui n’a pas eu l’occasion d’écouter l’un ou l’autre de ces vaniteux ? Qui ne s’est pas demandé alors avec un reste de jugeote : c’est ça la philosophie ? Science po enfin et la ringardisation des études de lettres qui trouve son couronnement dans la destruction sans appel de la série littéraire.

 

  • En général, les professeurs de philosophie sont restés insensibles à cette vague de fond qui montait des profondeurs du médiocre, ce nivellement par la communication philosophique qui accueille tout et n’importe quoi pourvu que l’on passe une bonne soirée. Certains par adhésion (quelle formidable offre démocratique), d’autres par snobisme (ce n’est pas de la philosophie sans pour autant justifier réflexivement les fondements de ce rejet hautain) ont laissé faire, se repliant dans leur salle de cours, le dernier espace de leur liberté. Il y avait pourtant là matière à penser. Pour moins que ça, à d’autres périodes de l’histoire, des philosophes prirent la plume pour se battre et défendre cette pensée qui n’était pas seulement un mot décoratif mais l’engagement d’une vie.

 

  • Celui qui attend la liberté d’un autre ne restera pas libre longtemps. Il est vrai que les forces en présence sont colossales et que les bénéfices mondains ne sont pas sans attraits. S’il n’y avait eu les élèves, j’aurais certainement sombré dans ce marasme, baratinant mon Nietzsche à la radio sans aucune probité. A la fin de l’histoire, à coups de stratégies perverses (dissertation universelle et grand oral bidon à part égale), des roquets imbus, par la place surfaite que leur offre ces temps médiocres, achèvent le travail.

 

  • Curieusement, c’est un constat empirique, les professeurs qui arrivent encore un peu à intéresser leurs classes ne font ni de la culture générale (personne ne s’intéresse aux amas informes), ni de la communication (les élèves ont vu trop de publicistes pour les accueillir favorablement ), ni des cuistreries mondaines (celles-ci ne passeraient pas l’année). Ils s’efforcent de penser dans des conditions parfois ubuesques, devant et avec leurs élèves. Cet effort n’a pas de prix car il échappe au marché. Mais comme l’écrit à juste titre Annie Le Brun dans Ce qui n’a pas de prix, « c’est la guerre, une guerre qui se déroule sur tous les fronts et qui s’intensifie depuis qu’elle est désormais menée contre tout ce dont il paraissait impossible d’extraire de la valeur.  » Il est logique que cette guerre soit aussi menée contre l’école. Cette guerre est cohérente, structurée. Elle a des objectifs définis. Que ces objectifs ne soient pas apparents ne surprendra que ceux qui ignorent l’art de la guerre, les somnolants.

 

  • L’alternative est simple et doit être posée simplement. Soit nous abdiquons et nous sombrons dans une mélancolie glauque. Soit nous menons cette guerre avec quelques outils critiques efficients. Au-delà du narcissisme des petites différences, heureuse trouvaille de Freud, il est dés lors cohérent en retour de cette agression de créer une RESISTANCE CRITIQUE structurée et efficiente, située. Nos élèves, nombreux, leurs parents aussi, peuvent témoigner des mensonges de ces gestionnaires de rien. Cette résistance est celle du bien commun, de l’Etat, d’une certaine idée de la République. Que cette guerre soit menée par une kyrielle de singularités doit nous avertir que les forces sont en train de se disperser. Il faut les regrouper, montrer la cohérence de ce combat. A défaut, sans la lutte implacable contre les fossoyeurs de la réflexion, nous ne serons plus, à courts termes, dans la même France.

 

 

La philosophie n’est pas soluble dans la culture générale

La philosophie n’est pas soluble dans la culture générale

Lettre ouverte aux associations de philosophie qui pensent mal ce qu’elles prétendent défendre

  • Premier bilan de ce que l’on sait, à ce jour, des conséquences de la réforme Blanquer sur l’enseignement de la philosophie dans le secondaire. Je ne parle pas ici des conditions d’enseignement (dédoublement des classes par exemple). La philosophie serait donc maintenue dans le tronc commun avec un horaire élève de quatre heures. Les professeurs de philosophie ne connaissent pas, pour l’heure, le contenu de ce programme. Ils ne sont consultés actuellement que sur le programme dit de « spécialité » en première. Le seul changement concerne par conséquent les anciens élèves de la série « S ». Il ne s’agit en rien d’un gain exceptionnel d’une heure mais du retour au volume initial de quatre heures pour ces élèves. La principale transformation touche le volume horaire d’enseignement pour les anciens élèves de la série « L ». Il est divisé par deux puisqu’il est entendu que le complément de spécialité, de l’aveu même de ses concepteurs, est un enseignement de « culture générale ». Aucune information officielle n’est donnée sur le partage des heures dans cet enseignement ou sur la garantie que cet enseignement se retrouve dans tous les établissements français. Je laisserai de côté le terme « humanité » qui n’est qu’un effet de communication. Il n’y aura donc plus d’initiation à la philosophie en première comme c’est aujourd’hui le cas dans certains établissements. En ce qui concerne les évaluations, une dissertation « universelle » de philosophie sera proposée aux élèves en fin d ‘année. Je laisse de côté, une fois n’est pas coutume, le terme « universelle » qui n’est ici qu’un effet de communication. Tous les élèves actuellement passent cette épreuve. Pour l’épreuve de spécialité, aucune information officielle n’est communiquée aux professeurs de philosophie quant à la nature exacte de l’épreuve. Voilà pour le bilan globale de l’heure.

….………

  • Sous l’écume, que devons-nous retenir ? Ceci : nous avons changé de paradigme au sens où l’enseignement de la philosophie dans le secondaire n’est plus une discipline ayant ses objets de pensée propres et une façon bien à elle de les interroger mais une compétence pouvant être exploitée dans d’autres domaines. Il s’agit là d’une transformation inédite et qui fera date. Il est officiellement affirmé, dans le texte officiel, que le professeur de philosophie peut enseigner autre chose que de la philosophie. Il est bon de prendre la mesure inédite de cette transformation. Comme d’innombrables collègues dans l’éducation nationale, les professeurs de philosophie deviennent bivalents. Bien naïfs ceux qui croient que cette rupture inédite ne changera pas grand chose à leur statut, bien peu « philosophes » au fond. A moins que les quelques années qui les séparent de la retraite suffisent à leur contentement intellectuel. Elle est au contraire fondamentale pour les autres. Demain, le professeur de philosophie enseignera la philosophie et la culture générale. La question du nombre d’heures de la spécialité est superficielle. Ce qui est essentiel est ailleurs et mérite, à ce titre, d’être correctement pensé.

 

  • Et alors ? – s’interrogent pèle-mêle le technocrate et le marchand général de culture ou le marchand de culture générale, au choix. Où est le problème ? Il va de soi que si l’on avait dit aux professeurs de philosophie qu’ils devraient désormais enseigner la philosophie et les mathématiques, il y aurait eu un problème réel de compétence. Mais la culture générale, vraiment…

 

  • Pour répondre à cette épineuse question (qui aurait pu être instruite par les associations de philosophie), il faut faire, ce que font les philosophes sérieux, à savoir définir l’objet. Tout le contraire d’une causerie. Qu’est-ce que la culture générale puisque la bivalence se situera demain à ce niveau là ? Derrière elle, cette autre question : qu’est-ce que la culture ? Il va de soi, mais il est bon de le préciser, à l’heure du confusionnisme ambiant, que cette question n’est pas de la culture générale mais une attitude réflexive face au savoir et à ceux qui prétendent savoir : qu’entendons-nous par culture générale quand nous parlons de culture générale, quand nous parlons de culture ? Existe-t-il une différence essentielle entre la culture et la culture générale ?

 

  • Vous constaterez que nous sommes d’emblée, en suivant l’ordre des raisons, confrontés à des questions essentielles, à des questions de définition. Nous devons faire le tri et nous risquer à le faire. Nous allons devoir trancher pour savoir exactement de quoi nous parlons quand nous parlons. Il ne s’agit pas d’un art de la parole mais d’une interrogation sur la vérité de la parole (je dirais plutôt vérité du discours mais c’est un autre sujet de réflexion). Si j’écris  « la culture c’est de la culture générale », j’énonce ce que je tiens pour une vérité. Je prétends dire le vrai (cela ne veut pas dire évidemment que j’y parvienne). Je prétends et j’assume publiquement cette prétention en prenant le risque d’être réfuté par celui qui aura des raisons valables de le faire. Ce risque est politique.

 

  • Voici donc ma définition essentielle en trois temps de la culture générale – 1) La culture générale est ce qu’il reste de la culture dans une société qui se généralise, c’est-à-dire qui s’indifférencie. Comme le rappelle magistralement Hannah Arendt dans le texte La crise de la culture, « ce fut au milieu d’un peuple essentiellement agricole que le concept de culture fit son apparition. » La culture (du latin colere, cultiver, prendre soin) est avant tout travail situé, labeur singulier, artisanat de l’esprit et du corps. Ce travail ne peut pas être général car il n’y a pas de labour en général, d’artisanat en général, d’attention à soi en général. Cela n’existe pas. On ne saurait être professeur en général ou mécanicien en général et il existe bien une culture de la mécanique au même titre qu’une culture philosophique. Ouvrier mécanicien, mon grand-père avait de la culture : il prenait soin de ses outils, ils les entretenait, les préservait. De la même façon qu’Hannah Arendt prend soin des distinctions qu’elle pense. Elle est attentive. Une attention qui commence dès le sous-titre de son texte, un sous-titre auquel, justement par inattention, on ne prête pas suffisamment de sens : « La crise de la culture, sa portée sociale et politique. » L’attention, les soins apportés au travail de la terre, des outils ou de la pensée ne sont pas naturels. Ils relèvent en effet d’un ordre social et politique. Dire que la culture générale est ce qu’il reste de la culture dans une société qui se généralise, revient à prendre en compte cette double dimension sociale et politique. Ne pas le faire, c’est poser artificiellement une culture hors sol, ce qu’est justement la culture générale. La culture générale est une culture hors sol qui ne cultive plus rien.

 

  • 2) En tant que culture hors sol d’une société qui se généralise, la culture générale (qui peut être de masse ou raffinée en fonction de la qualité des rideaux du salon) exprime un rapport au monde et à soi-même de moins en moins situé. Elle prend donc la place de la culture au sens défini précédemment. Là encore, il ne s’agit pas d’opposer la culture générale à une haute culture. Cette opposition est voulue par ceux qui ne veulent pas penser le problème ou n’en ont pas les moyens. Elle relève du divertissement. Basses et hautes cultures, légitimes ou illégitimes, sont des catégories mondaines, sociales, qui ne disent strictement rien de notre rapport singulier à la culture, de ce que la culture fait singulièrement de nous.

 

  • Les habitants des îles Trobriand magnifiquement décrits en 1922 dans le chef d’œuvre de Malinowski, Les argonautes du Pacifique occidental, ont une culture mais pas de culture générale. La culture générale apparaît justement au moment où les hommes perdent leur situation. Exactement ce qu’il est en train d’arriver aux professeurs de philosophie du secondaire et à la suite du supérieur – ces distinctions tribales sont d’ailleurs dérisoires en face du problème que nous affrontons tous ensemble.  Leur singularité inacceptable, comme pouvait l’être celle des habitants de ces îles, doit être généralisée. Une société qui se généralise, qui se désingularise par conséquent, ne peut souffrir la survivance en son sein de singularités situées. Et la philosophie dans l’institution scolaire était, jusqu’à présent, une singularité située. Demain, ce ne sera plus le cas.

 

  • 3) Reste bien sûr la question politique, essentielle et masquée. La culture générale comme impératif indiscutable est une fonction idéologique qui nous enseigne l’indifférence à nous-même, l’inattention aux dimensions finies et situées de notre courte vie, pour finir par imposer, à moindre résistance, un ordre dominant de pensées et d’actions. Il s’agit d’un opérateur qui détruit, en rien d’un savoir qui sauve. Faire enseigner de la culture générale à des professeurs de philosophie consiste à les soumettre, en les déplaçant de la culture située à la culture indifférente. C’est un rapport de force entre ceux qui cherchent à cultiver, au sens précédemment défini, et ceux qui vendent, au sens commun du terme, qui échangent une farine contre une autre. Ce déplacement est le résultat d’un long processus historique doublé d’une cascade de démissions et de lâchetés. Les tours de mains de ceux qui cherchent à cultiver encore sont archaïques mais qu’ils se rassurent,  le grand marché des camelots philosophes est devant eux.

 

  • Non, la philosophie ne disparaîtra pas, c’est exact. Elle sera même partout pour être nulle part. Elle sera, elle l’est déjà, un objet de consommation indifférencié, un élément de culture générale parmi d’autres. Evidemment, le prix à payer sera lourd : encore plus rares seront demain ceux qui pourront apprécier le texte d’Hannah Arendt ou de Bronislaw Malinowski. Il faudra pour cela qu’ils aient la chance d’avoir une famille cultivée par autre chose que des fichettes science po, cette culture des mondains, des Macron, des demi-habiles, des frimeurs mimétiques. Cette chance, vous l’aurez compris, est peu compatible avec l’idée que se font de nombreux professeurs de philosophie du secondaire et du supérieur de leur mission éducative. C’est pour cette raison que tous n’acceptent pas, avec quelques idées, la disparition de leur discipline, la dissolution de leur enseignement  dans cette culture générale qui est l’autre nom de la défaite de la pensée.

 

  • Nous sommes bien en présence d’une guerre symbolique (guerre symbolique aux conséquences évidemment bien réelles), une guerre de civilisation non pas contre une autre civilisation (culture générale science po) mais intestine, à l’intérieur de notre culture. Nous sommes en guerre contre nous-mêmes ce qui explique les lignes de fractures à l’intérieur même de notre discipline et des associations qui la représentent. Cette guerre fondamentale est quasiment invisible dans un espace public tenu par des marchands. Qui peut écrire quoi ? Qui décide de publier qui ? Il y a là un procès à instruire. Nous le ferons. Sommes-nous pessimistes, sommes nous optimistes sur les chances de succès ? Questions mondaines qui trouvent d’assez bonnes réponses dans l’Apologie de Socrate du philosophe Platon.

 

La fin de la classe de philosophie

La fin de la classe de philosophie

(Oraison funèbres de Périclès, Philipp Foltz)

  • La disparition  de la série L, cette fameuse classe de philosophie, ne semble pas émouvoir grand monde. Qui s’en étonnera ? Les frileuses associations, les groupes d’experts de rien, les ventriloques du ministère s’accordent harmonieusement depuis des années : la série L, cela ne peut plus durer. Choix par défaut, série sans avenir, élèves illettrés, absence de débouchés… La voie de garage littéraire et son irréel enseignement de philosophie à huit heures par semaines ne tenaient plus qu’à un fil. Il est désormais coupé. Le clap de fin sera pour juin 2020.

 

  • Les moments de grâce que j’ai pu connaître dans cette classe de terminale depuis presque vingt ans, tous étroitement liés aux possibilités offertes par le nombre d’heures dévolues à la philosophie, avaient toujours un goût amer en refermant la porte de la salle. Je savais parfaitement que cela ne durerait pas, que l’effondrement de l’apprentissage de la langue écrite au collège ne me permettrait plus d’aborder certains textes avec la même aisance, que l’Etat gestionnaire et acéphale  ne pourrait pas tolérer très longtemps ces espaces de liberté intellectuelle radicale, ce temps surnuméraire d’intelligentes dérives. Nous ne pouvions que retarder l’échéance fatale. Ne reste plus désormais qu’à sauver de la grande purge annoncée deux trois breloques symboliques. Nous le ferons, non sans courage. Les consultations à venir, jouées d’avance, serviront à accueillir mollement la colère des uns, à décourager les autres, définitivement. Quant à ceux qui débutent, n’ayant jamais connu ces longues journées de philosophie avec leurs élèves de terminale, ils ne regretteront pas ce qu’ils ne connaîtront jamais.

 

  • Une chose est sûre, les élèves épris d’idées, et il y en a beaucoup plus que ne peuvent l’imaginer les technos réformistes ras du front que je méprise joyeusement, n’auront plus les mêmes armes en entrant dans le supérieur. Ils y auront perdu beaucoup, peut-être l’essentiel. L’enseignement supérieur littéraire aussi. La classe de philosophie avait cette particularité de faire naître des vocations, d’ouvrir des perspectives inattendues, de faire délirer aussi, suscitant la création des uns, l’enthousiasme des autres, l’agacement des plus englués. La différence, pour un professeur de philosophie, est palpable entre cette série et les autres. L’électricité qui y circule n’est pas de la même nature. Certaines années, des groupes d’élèves plus inspirés que moi m’ont poussé vers le haut ; d’autres années, il s’agissait, dans une navigation à vue, de ne pas toucher le fond. Dans les deux cas, mes plus beaux souvenirs en face d’une classe sont à rapporter à celle-ci, A et B en 1902, classe de philosophie en 1925 et 1942, terminale A à partir de 1960, terminale L enfin.

 

  • Soyons lucides, c’est aussi notre vocation. Quels causeurs en vue, de gauche, de droite ou du milieu, prendront demain le risque du ridicule en défendant cette vieille dame de l’institution scolaire  : la classe de philosophie ? Quels journalistes ignorants, prompts à bavasser sur le sort misérable de deux rappeurs ahuris, se risqueront à faire des papiers de presse sur ce sujet ringard sans ménager leurs chèvres et leur feuille de chou ? Chacun préfère faire fructifier son petit commerce médiatique très loin des salles de classe. S’ils parlent du lycée, chaque phrase se doit de venir grossir l’effrayant vacarme du grand tambour à laver « progressiste » ou « réactionnaire ». Au choix. Ils animent rituellement le spectacle de la chose scolaire, ignorant tout des relations intellectuelles, et pas seulement affectivo-émotionnelles pour le mauvais cinéma français, qui se créent au fil de ses longues heures de cours autrement plus réelles que leurs gesticulations convenues sur l’émancipation de l’élève ou la déchéance culturelle. Quand ils ne font pas tout simplement leur beurre, comme cette grosse baleine hédoniste libertaire sans talent, après avoir claqué la porte d’une institution que sa médiocrité intellectuelle ne permettait pas de soutenir plus longtemps. Le naufrage final du cuistre évincé des ondes de la culture inoffensive est à l’image d’un temps qui a appris à haïr l’école pour mieux vénérer le marché.

 

  • Pour quelles raisons, dans ce désert, les réformateurs aux petits pieds prendraient-ils des gants pour finir la liquidation ? Faut-il même les blâmer ? Somnambules, ils accomplissent un programme anthropologique qui les dépasse de très loin. Ce sont les exécutants d’une logique qui ne changera strictement  rien à la trajectoire médiocre de nos sociétés fatiguées. J’en viens même à me demander si ce n’est pas criminel d’armer intellectuellement des hommes dans un monde qui méprise à ce point les œuvres de l’esprit. La disparition de la classe de philosophie n’est qu’une injection de morphine supplémentaire, une dose qui en appellera bien d’autres. Pour quelle raison former encore huit heures par semaines quelques inadaptés inquiets au milieu d’une masse de rhinocéros satisfaits ?  Ce sera mon ultime sujet de dissertation en fin d’année prochaine. La correction sera réservée à mes derniers élèves.

PAS DE REMANIEMENT CE SOIR. PAS DE REMANIEMENT CE SOIR.

PAS DE REMANIEMENT CE SOIR. PAS DE REMANIEMENT CE SOIR.

  • Entre autres exemples de servilité journalistique, l’inénarrable « Jupiter ». Assertorique : « Macron perd sa stature jupitérienne ». Interrogative : « Est-ce la fin de la période jupitérienne ? » Critique : « Le président n’est-il pas en train de payer sa posture jupitérienne ? » La question de savoir quels sont les items et les portefeuilles de compétences à valider sur Parcours sup, la plateforme d’orientation des vies de demain, pour atteindre un tel degré de servilité intéressera sûrement les conseillers d’orientation psychologues ou les psychiatres des lieux de privation de liberté.

 

  • En direct de l’asile en continu, une chaîne d’information, autrement dit un programme d’abrutissement tautologique de masse inaccessible à toute critique (ce que vous voyez, c’est ce que vous devez voir). La lobo du soir ? Une émission spéciale remaniement. Le bandeau qui défile ne prête guère à confusion : PAS DE REMANIEMENT CE SOIR. PAS DE REMANIEMENT CE SOIR. Une grappe de ventriloques bavasse. L’éditorialiste de Challenges, cheveux poivre du Brésil et sel de Guérande, raie sur le côté et dessous, lunettes à grosses montures en bois précieux y va de son mantra : « les français sont politiques ». L’imbécile dégoise hardi. A cette première thèse, une seconde en écho : « le remaniement c’est un détail ». Les dindes de l’info reprennent en chœur : « peut-être demain matin mais rien n’est certain ».

 

  • La capacité d’un esprit à supporter pareil supplice est inversement proportionnelle à sa santé mentale. La torture continue : « Il y a quand même eu une élection présidentielle il y a 16 mois ». Les laquais poudrés hochent la tête face caméra. Complicité glaireuse. Le bandeau déroulant continue de dérouler : PAS DE REMANIEMENT CE SOIR. PAS DE REMANIEMENT CE SOIR. La présentatrice, qui ressemble étrangement à la marionnette Péguy du regretté Muppets show, en moins classe tout de même, anime la diarrhée translucide. Un dénommé Jeudi, aussi zoqué le mardi que le vendredi, constate : « on est dans l’anti macronisme primaire ». Un député La république en marche y va de sa pleurniche : « Ce que je demande c’est de l’humanité et de l’échange ». Nous barbotons entre la boîte de cul et l’activité gommette en maternelle sur fond de nullité multi couches.

 

  • Une formule revient : « les français pensent… », « les français veulent… », « les français sont… » La bande d’aliénés raffole de cette formule : « les français ». Des français aussi translucides que le filet colloïdal qui leur tient lieu de logos. Au bout d’une dizaine de minutes, je sens monter, dans mon intimité la plus affective, une violence diffuse, violence d’être contemporain de cette violence-là. Peut-on encore faire quelque chose de cette machine à broyer l’intelligence, de cette imbécilité qui se prend pour la fleur de farine de la lucidité ? Au fond, que faire de la violence ?

 

  • Ce décorum asilaire agrémenté du bandeau PAS DE REMANIEMENT CE SOIR. PAS DE REMANEMENT CE SOIR est devenu une drogue dure pour des dizaines de milliers de « français » qui ne peuvent pas se payer de l’héroïne pour oublier leur misère quotidienne. Une drogue légale en somme, la liberté de l’actu, liberté de se détruire mentalement en acceptant de faire entrer dans sa tête les coulées verbales de Szafran, Jeudi et consort au rythme hystérique de Peggy news. Bref, une lobotomie nationale dont les effets ne seront mesurés par aucun institut de sondages.

 

  • PAS DE REMANIEMENT CE SOIR. PAS DE REMANIEMENT CE SOIR.

« L’homme est un drame de symboles. »

« L’homme est un drame de symboles. »

(Alfred Kubin)

  • La question n’est pas de savoir si l’écriture peut changer quelque chose au désastre mais de savoir si, à travers elle, nous pouvons, épisodiquement, y échapper. Gaston Bachelard, à propos de l’imagination de la qualité, écrit : « La plus grande lutte ne se fait pas contre les forces réelles, elle se fait contre les forces imaginées. L’homme est un drame de symboles. » (1) Mais que reste-t-il de la lutte quand l’imagination n’a plus la force d’imaginer ces forces contraires ?

 

  • Le désastre est-il réel ? Pour l’homme affecté par la fonction de l’irréel, la question n’a aucun sens. Le sentiment d’un appauvrissement, d’une raréfaction concommitante de la pensée et de la vie dans nos sociétés de pacotilles est irréductible à toute logique comptable issue de la quantité. « Il y a encore ça et puis ça ; telle production, telle exposition, telle offre de réenchantement », ainsi parlent les comptables du temps. L’offre quantitative hyper visible inhibe d’emblée l’imagination d’une qualité devenue fantomatique. Par principe, l’absence manque de visibilité sur les étals du consommable. Dans une dialectique rarement pensée, la lutte emboîte le pas et se fait exclusivement sur le terrain réaliste : des sous, du bio, du vrai, de la qualité, en grosses quantités s’il vous plait !

 

  • Progressivement, puisqu’il faut bien donner sa pièce au progrès, nous devenons incapables de vivre notre drame symbolique. De le vivre, de l’exprimer tant la vie profonde est solidaire de son expression. Englué dans un imaginaire de reproduction, une saturation ininterrompue d’images produites sans être créées, nous peinons à dynamiser cette fonction de l’irréel, la place accordée à l’absence. Notre drogue dure : la saturation. Nous remplissons notre esprit d’images qui s’annhilent les unes les autres. Des images sans qualité. La quantité de mémoire disponible s’impose alors comme un modèle et une nouvelle forme d’angoisse. La limite de l’esprit quantifiée en nombre de bits.

 

  • Pourquoi lutter en effet contre ces forces imaginées au terme d’un double effort – donner corps symboliquement à ces forces et les affronter – quand l’urgence est au militantisme de l’urgence, quand l’utopie se confond avec le végétarisme et la vie du tube à crottes ? L’adapation de l’esprit au monde a aujourd’hui un coût exorbitant, celui d’être incapable de se déprendre. Nous voilà pris dans une nasse mentale qui n’a rien de virtuelle. L’idée de Bachelard s’exténue. L’homme est en passe de devenir cet être qui ne peut plus symboliser son drame, qui ne le pourra plus, incapable, comme l’écrit Jacques Prévert, de « peindre les choses qui sont derrière lui », de voir, avec Alfred Kubin, de l’autre côté.

 

  • La saturation d’images mentales insignifiantes (l’adolescence de l’homme en est gavée) engage l’homme dans une nouvelle direction. Les forces imaginées dont parle Gaston Bachelard, parmi lesquelles je glisse mon imaginaire du désastre, sont bien plus que de vagues contenus psychiques qui s’accumuleraient dans les esprits chagrins d’une époque. La psychologisation de la critique en fait bien évidemment partie – comme si on pouvait extraire l’humeur de l’âme comme une tumeur du corps. La création de ces forces contraires, longtemps diaboliques et merveilleuses, avant de devenir fantastiques et intérieures, suppose une qualité imaginaire soutenue par une forme de conscience qui disparaîtra avec notre incapacité croissante de nous rapporter à des irréels. (2)

 

  • Il est évident que la pensée critique (celle qui lutte) et derrière elle une certaine idée de l’homme disparaîtront alors ensemble. C’est de cette lente disparition dont nous sommes les témoins. Non pas les témoins objectifs  – comme si nous devions accumuler quantité de preuves pour accroître notre crédibilité – mais « les consciences organiques ». (3) Nous sommes liés organiquement à un mode de sentir, de penser, une manière de nous émouvoir de l’irréel qui est en train de s’effacer. Un effacement par asphyxie dans un univers de saturation improprement nommé virtuel tant les effets de réel de cet écrasement mental sont terrifiants. Nous sentons cet effacement en nous, nous le combattons par l’écriture, cherchant à faire quelque chose de ce drame. L’activité critique, négative en soi, trouve ici un point d’enracinement pleinement affirmatif dans l’intimité de chacun. C’est peut-être ici aussi qu’elle peut nous toucher encore.

………..

(1) Gaston Bachelard, La Terre et les rêveries du repos, Librairie José Corti.

(2) Des élèves ou étudiants en fonction de l’optimisme du jour, pas plus tard qu’hier, ne comprennaient pas pourquoi on pouvait se poser la question : « L’opinion a-t-elle une valeur ? » Dans un raisonnement élémentaire et que nous aurions tort de prendre à la légère, ils contestaient le fait d’attribuer une valeur à quelque chose « qui n’existe pas vraiment ». Dans leur logique, attribuer de la valeur à un irréel n’a aucun sens. Autant la fonction de réel adaptative aux normes sociales est valorisée – elle s’impose même comme source de toute valorisation – autant la fonction de l’irééel devient, à proprement parler, inintelligible.

(3) Gaston Bachelard, op. cit.

Le (nouveau) Média blabla

Le (nouveau) Média blabla

  • Je le répète, au risque de la redondance (1), tout ce qui ne passe pas par un travail critique, au sens noble du mot, un travail de discernement intellectuel sans complaisance, est à jeter. Nous sommes ici dans l’ordre de la parodie qui s’ignore, de la mise en scène « pomo » (pour postmoderne), de la pride, toujours elle,  individualisée, bref de la désormais célèbre bouillie. Cette même bouillie qui a fait Macron cherche à le défaire dans une inefficience politique radicale. La bouillie est réversible, c’est un quasi axiome. Comme l’anneau de Möbius, la bouillie ne possède qu’une seule face. Les pomogressistes sont dans le coup (avec les marchistes) et œuvrent pour une société meilleure « de ouf ». « Un média progressiste c’est tout ce qu’on vient de dire, notre but, l’idée c’est de faire progresser le monde, jusqu’à peut-être le changer, carrément, carrément non, on est des ouf. » Qui prend encore au sérieux, jusqu’à les recopier avec soin, ces borborygmes pomos ? Qui a l’idée d’en faire une critique, de peser leur valeur politique quand il suffit d’en être pour être du bon côté ? Seuls les bricoleurs de la pensée sont encore capables d’une critique « première » pour reprendre la formule de Claude Lévi-Strauss dans La pensée sauvage.

 

  • Une critique sauvage ? Lisons ici Lévi-Strauss et comprenons finement notre situation intellectuelle inédite dont certains de nos prédécesseurs ont eu l’intuition – une situation plus familière aux sociétés premières étudiées par l’ethnologue qu’aux grandes constructions philosophiques de l’idéalisme allemand. Le bricolage, associé par Lévi-Strauss à « la réflexion mythique, peut atteindre, sur le plan intellectuel, des résultats brillants et imprévus. » (2) Le bricoleur critique, à la différence de l’ingénieur du concept qui ne cesse de hiérarchiser ce qui est digne d’être pensé et ce qui ne l’est pas, ne subordonne pas les objets de pensée les uns aux autres. Dans son sens ancien, rappelle Lévi-Strauss, le bricolage évoque « le sens incident : celui de la balle qui rebondit, du chien qui divague, du cheval qui s’écarte de la ligne droite pour éviter un obstacle. » Face à l’obstacle justement, le bricoleur s’arrange avec « les moyens du bord ». Contrairement au théoricien critique qui a déjà une structure intellectuelle toute faite dans laquelle il fait rentrer les éléments de savoir qu’il recueille, le bricoleur critique, toujours étonné par ce qu’il découvre au hasard de ses divagations,  enrichit son stock. Les signes ou matériaux  du bricolage intellectuel sont ses petits trésors dont il fait l’inventaire.

 

  • « Carrément, carrément non, on est des ouf » : signe d’autant plus intéressant pour le bricoleur critique qu’il se présente comme signe du progrès. Bien sûr, cet objet de pensée hétéroclite ne fera pas sens pour des « intellectuels sérieux » qui n’interrogent que des objets dignes d’être pensés. Jamais surpris par le donné, ils déploient une logique indépendante des contenus.  La production ininterrompue de signes, les flux d’information en continu, la mise en ligne instantanée de tous ces objets de pensée miniaturisés offrent au bricoleur critique un stock quasi illimité de « trésors d’idées » (3). La fin des grands récits dont parlait Jean-François Lyotard, le morcellement idéologique, l’émiettement des discours jusqu’au tweet nous placent sur une scène des discours quasi primitive. « Le monde libre », « Le Média », « changer le monde », « on est des ouf », autant de petits coquillages linguistiques intéressants avec lesquels le bricoleur intellectuel composera. Lui-même n’a aucun projet – ce qui supposerait, comme le remarque Lévi-Strauss dans La pensée sauvage, une harmonie théorique entre les matériaux et les fins. S’il fait avec les moyens du bord, c’est avant tout que les matériaux qu’il utilise pour élaborer sa critique sont précontraints. S’il constate que ceux qui critiquent la bouillie dans un « nouveau média » répandent la même bouillie que ceux qu’ils critiquent, il fera avec cette donnée de fait. Dans son univers brut et naïf, on ne peut faire qu’avec ce que l’on a.

 

  • La forme, les outils, les résultats de ses bricolages paraîtront étonnants aux ingénieurs rationalistes qui ont le plus grand mal à ouvrir les yeux sur les limites de leur monde. Ce qui fait du bricoleur critique un fin observateur de son milieu auquel il porte un vif intérêt. Combien de fois ai-je entendu, de la part de lecteurs bienveillants : pourquoi vous intéressez-vous à de tels objets ? votre pensée n’est-elle pas plus digne que cela ? ne vous rabaissez-vous pas à répondre ? etc. etc. Réactions typiques de la pensée ingénieur (sans laquelle on ne peut faire carrière à l’université, sans laquelle on ne peut parvenir) à laquelle j’oppose une critique sauvage, quasi mythique. Les résultats et les effets de cette critique n’en sont pas moins aussi « réels » et dérangeants que ceux des « sciences politiques ». Je vais même plus loin : cette critique est aujourd’hui la seule à faire encore quelques effets. Elle relève de modes d’observation que nous avons en partie perdus. Nous redécouvrons ainsi, derrière ces bricolages intellectuels, ces monstrations, le fond, le « substrat de notre civilisation. » (4) Ce que nous appelons « progrès » est une monnaie de singes qu’une « science du concret » renverra à son irréalité. En face de cette vidéo promotionnelle, de ces débris médiatiques qui se prétendent « nouveaux », je me vis comme un sauvage : je les ramasse, les observe et je cherche à en faire quelque chose.

 

  • Chaque débris médiatique, chaque stock disponible, chaque opérateur peut servir à condition qu’il reste dans un état intermédiaire, indécidable. Est-ce simplement une image, une « petite vidéo » insignifiante ou une idée, un concept ? Plutôt un signe que je ramasse, un être concret, particulier, mais qui renvoie à autre chose. Par exemple à cette question plus intellectuelle : que pouvons-nous faire de ça ? Pouvons-nous en faire quelque chose ? Au moyen de quel bricolage ? Le signe est limité, ce qui dérange les ingénieurs des sciences politiques qui préfèrent, pour leur confort et leur carrière, manipuler des théories abstraites et hors sol. Mais il est déjà trop abstrait (comme ce texte d’ailleurs) pour ceux qui consomment des images et des « petites vidéos » sans réfléchir à ce qu’ils font. Le bricoleur sauvage se tient justement à mi-chemin, ce qui rend la compréhension de son travail délicate pour les idiots et les ingénieurs. Il recueille ce qui est partout disponible mais autrement. Ce que fait justement la pensée sauvage, penser autrement.

 

  • Certains aujourd’hui se plaignent qu’il n’y a plus de pensée dans les médias. Celle-ci serait « prise en otage » par « les médias dominants ». Comme s’il existait quelque part un stock de pensée empêché par une force obscure, comme si la pensée existait comme une nature, comme si le moyen (Le Média) allait libérer la pensée. A cette pensée magique justement, j’en oppose une autre. La tribu du Média blabla n’aura pas simplement à composer avec « des médias dominants », ces adversaires taillés sur mesure, ces Golem utiles de la critique politique de salon. Non, elle aura affaire à une critique sauvage, à des braconniers, un peu sorciers, capables de bricoler au moyen de leurs miettes de jolis tableaux. Ceux-là sont sont-ils de gauche, de droite, du média, du « système » ? Difficile à dire. Ils montent des décors à la Méliès, une architecture fantastique afin d’honorer les dieux du vide.

097446a4eb46b986a7f72cba1a9ed6a8[1]

 

…..

(1) Certains sous-estiment encore ma constance métronomique.

(2) Claude Lévi-Strauss, La pensée sauvage.

(3) Formule reprise par Lévi-Strauss de Marcel Mauss à propos de la magie.

(4) C. Lévis-Strauss, La pensée sauvage.

Souchiens or not souchiens

Souchiens or not souchiens

johnny-hallyday-bikers_5988864[1]

  • Par quel étrange sortilège la mélanine finit-elle par enraciner les hommes, jusqu’à les enchaîner  ? L’épiderme fait office de racine quand les racines, justement, disparaissent. Une « culture » hors-sol (« Johnny, c’est la culture française », « Johnny, un héros national », « on a tous en nous quelque chose de Johnny ») se mesure à l’incapacité qu’elle a de tisser des liens plus profonds, de créer des identifications durables, d’unir les hommes par autre chose que d’imbéciles slogans (aujourd’hui de préférence en anglais). N’en déplaise aux crétins qui tirent de bons bénéfices en léchant la surface, la société du spectacle dont Johnny est un parangon ne relie les hommes qu’en surface. C’est ce qu’à voulu dire Alain Finkielkraut dans une grande confusion lexicale (« petit peuple blanc », « souchien ») et une ironie somme toute assez fumeuse.

 

  • La société du spectacle intégral propose à la consommation des signes d’identification : ma jeunesse, mon enfance, ma nostalgie, ma musique, ma Harley, mes années Johnny. C’est ce qu’on appelle, dans le jargon, des parts de marché. Un exemple parmi d’autres : lors de la descente des Champs-Elysées, seuls les bikers passés par des concessionnaires Harley Davidson avaient le droit de défiler en rangs serrés. Les amis du brélon – dont je suis – n’étaient pas conviés à la grande parade. Non pas hommage national donc mais pride vrombissante de l’homme blanc, Alain Finkielkraut a raison, n’en déplaise aux aboyeurs de peu. La référence au « souchien » est certes idiote (l’usage de ce terme imbécile fut popularisé par une cruche dont l’existence médiatique est proportionnelle aux aboiements qu’elle produit). Derrière, le constat est juste mais largement inaudible pour tous ceux qui se gavent sur le dos plat du marché : la société du spectacle intégral ne peut produire que des pride de particularismes, des marches pour la fierté qui segmentent plus qu’elles ne rassemblent. Aucun mouvement d’unification nationale ne peut sortir de ce morcellement dérisoire. Seule la culture (encore faut-il s’entendre sur le sens à donner à ce mot, je m’y attacherai) le peut et la société du spectacle intégral est profondément inculte.

 

  • Cette inculture-là blesse Alain Finkielkraut autant qu’elle me blesse, autant qu’elle blesse tous ceux qui n’ont pas en eux « quelque chose de Johnny » pour reprendre la formule imbécile de notre caméléon président, capable de tout simuler afin d’être, à tout moment, dans le sens de la marche. Entendre sur les ondes une député « en marche » justement, dont la conscience critique et politique avoisine celle du bigorneau, comparer Johnny et Victor Hugo est extrêmement pénible. Alain Finkielkraut prend cette peine au sérieux. Affecté, il cherche à en faire quelque chose, au risque du cafouillage. Ce que l’on nous vend comme « un grand moment de communion nationale » est un leurre, un de plus dans la grande bouillie spectaculaire marchande. La population qui assistait à la dernière parade de Johnny n’est pas représentative de la population française. C’est un fait. Le délire commence quand on travestit le fait pour en faire une valeur nationale. Johnny est un « héros national » (Emmanuel Macron) à la seule condition de changer le sens des mots. Jean Cavaillès et Georges Politzer étaient des héros de la France, certainement pas Johnny.

 

  • Ceux qui changent le sens des mots, qui déforment la réalité pour se réchauffer en meutes du bon côté du Bien devront désormais compter avec des hommes et des femmes qui refusent de laisser au spectacle intégral l’écriture de l’histoire. Alain Finkielkraut est trop masochiste dans sa critique (comment peut-il utiliser le terme « souchien », fusse de manière ironique, sans savoir ce qu’il allait récolter) pour être réellement audible. Après lui, d’autres viendront. Ils parleront clairement, ne se prendront pas les pantoufles dans les chausse-trappes des petits pieds. A la différence de Finkielkraut, ils fédéreront non sur le buzz mais sur l’idée. Il seront de ce fait autrement plus menaçant pour les kapos du spectacle. Cette opposition sera fatale. Il est un degré d’absurdité où le néant de nos démocraties marchandes se cannibalise. Nous sommes arrivés à ce point, avec ou sans Alain Finkielkraut, souchiens or not souchiens.