De l’importance des lieux pour les assemblées générales.

De l’importance des lieux pour les assemblées générales

(réflexions sur l’occupation de l’Université de la Victoire à Bordeaux)

 

  • Rien ne peut remplacer la rencontre directe, la présence des corps pour fédérer les esprits. La démocratie, depuis la Grèce antique, suppose la délibération (bouleusis) mais il n’y a pas d’assemblée délibérative (boulè) sans un lieu pour la tenir. La privatisation grandissante de l’espace public pour des manifestations commerciales a meilleure presse que l’occupation des espaces publics pour délibérer ensemble. A Bordeaux, l’immense place des Quinconces, en permanence louée à des entreprises privées, n’a de politique que son monument aux Girondins. Le reste appartient aux marchands du temple. Nous mesurons à quel point il est aujourd’hui difficile de nous retrouver pour penser ensemble le commun, réfléchir à la nature des forces qui démembrent la souveraineté du peuple et atomisent les consciences, nous renvoient à nos écrans et à nos solitudes connectées. Que reste-t-il, dans ces conditions, de la question politique, sans unité de lieu, sans unité de temps pour la reposer ?

 

  • Ainsi à Bordeaux, depuis le 5 décembre 2019, la faculté de sciences humaines de la Victoire fut occupée par des étudiants. Une intervention policière, stratégique dans une période creuse,  a mis un terme à cette occupation le 27 décembre à 8h30 du matin. Durant ce laps de temps, de très nombreuses assemblées générales se sont tenues, certaines très calmes d’autres plus houleuses. C’est aussi cela l’activité politique, l’institution et l’apprentissage de la conflictualité sans LBD40 pour régler les problèmes. Un soir, nous étions plus de 400.

 

  • Il s’agit bien de politique, cette activité qui ne doit avoir lieu que sous la forme promue et aseptisée d’un spectacle à bonne distance. L’activité politique des citoyens dans la cité devrait, dans ces conditions, se réduire à une participation électorale sagement codifiée entre des têtes de gondoles. Le « grand débat » national aura été, à ce titre, l’acmé d’un spectacle politique navrant qui ne prend plus car il ne correspond à rien de réel. Scénarisé,  il relève de ces appareils de dissuasion du politique, de ces très nombreux simulacres qui donnent l’illusion d’une activité politique tout en prenant bien soin, par des dispositifs maîtrisés, de rendre cette activité réellement impossible.

 

  • Historiquement, les universités ont très souvent permis la tenue de telles assemblées dans les mouvements sociaux. Leur rôle est en cela capital. Il est certain que l’occupation d’une université, en particulier au centre d’une grande ville, donc son blocage, facilite l’organisation de telles assemblées. Pour autant, ces occupations sont souvent perçues, par les étudiants les moins impliqués ou ceux qui ne trouvent rien à redire aux politiques en cours, cela peut se comprendre, comme une privation de liberté. Elles clivent les étudiants, les personnels enseignants et isolent en retour les plus impliqués. A ce titre, la mise à disposition de lieux centralisés par la direction d’une université peut permettre de rallier au mouvement des étudiants qui voudraient simplement voir de quoi il s’agit. La curiosité peut-être aussi politique. Paradoxalement, cette solution de compromis peut s’avérer aussi plus menaçante pour une gestion des masses qui préfèrera toujours avoir affaire à une minorité agissante identifiable qu’à un mouvement de politisation de fond qui, en la circonstance, risque de mettre à jour la réalité des stratégies de dépolitisation d’un gouvernement qui n’a aucun intérêt à rendre possible la croissance de la lucidité collective sans laquelle la démocratie reste un vain mot.

 

  • Ainsi, depuis l’évacuation du 27 décembre 2019, la faculté de la Victoire à Bordeaux est toujours fermée. Cette situation empêche de fait les étudiants d’accéder à la bibliothèque universitaire. La présidence fait valoir des dégradations et par conséquent des travaux pour « sécuriser » le lieu (1). Les étudiants, les universitaires, les citoyens curieux qui prirent le temps de rentrer pour discuter avec les étudiants mobilisés, assister à des assemblées générales ou à des conférences, pourront tous témoigner que la nature des dégradations (quelques tags dont certains furent nettoyés par les étudiants eux-mêmes) ne justifient en rien une fermeture qui s’étendrait sur des semaines. Il s’agit donc d’un acte politique en face d’une situation qui devenait elle-même politique à partir du moment où elle ne pouvait plus être réduite aux débordements incohérents d’une minorité qui existe aussi mais dont la proportion est infime. Comme pour les correcteurs grévistes du baccalauréat, la stratégie est invariablement la même : isoler et mater avant que les braises de la politisation lucide ne relance une flamme collective qui, en France, ne s’éteindra jamais.

 

  • Au fond, et en quelques mots, qu’est-ce que la dépolitisation ? Une logique construite qui consiste à soustraire à l’intelligence collective les décisions fondamentales qui engagent le devenir de la société tout en déportant ces décisions sur des dispositifs électoraux cadenassés. Tout un travail technique sur les masses est nécessaire, une ingénierie de l’opinion publique, une véritable fabrique du consentement qui doit donner aux hommes dominés l’amour de leur chaînes mentales.

 

  • Non pas que les citoyens, flattés dans des discours formels, ne puissent pas voter pour le candidat de leur choix. Après tout, Philippe Poutou, le local de la dernière présidentielle, aurait pu être en droit élu à la présidence de la République.  Poser le problème en ces termes, à ce niveau de comique, revient à affirmer une chose : la démocratie est un état social qui peut, hélas, subsister formellement dans des dispositifs qui n’ont plus rien à voir avec de la démocratie. Des dispositifs qui feront tout ce qui est en leur pouvoir pour interdire aux citoyens de se regrouper, pour empêcher des assemblées du peuple de se former, pour limiter au maximum les prises de paroles publiques qui ne feraient pas partie du grand show insignifiant et mensonger. Faire en sorte que le politique n’ait plus lieu car il n’a plus de lieux. Des dispositifs enfin qui veulent et nourrissent la violence car ils ont substitué la violence physique à la résolution politique des problèmes posés. Ils se cachent, encore ici, sous des arguments économiques et sécuritaires pour faire en sorte que le politique n’est plus lieu. Ils affectionnent par-dessus tout les discours confus quand ceux-ci ne sont pas associés à une pratique. Des étudiants structurés qui organisent un barbecue de soutien pour des cheminots en grève tout en étant capables d’affiner un discours critique offensif, tout cela n’est pas bon pour cette fausse élite.

 

  • Une résistance puissante, profonde et déterminée s’organise en France. Elle tisse des liens, invisibles pour les drogués du spectacle, ceux qui veulent l’affiche quitte à s’accomoder de la défaite, des liens que ne pourront pas défaire les tirs de LBD40. Terroriser des citoyens ?  Si là est néanmoins la solution choisie, ce gouvernement corrompu, avec sa violence réelle, s’effondrera sous son propre poids, obèse de vide et de mépris, cette morgue que le peuple de France lui renvoie à la face avec une inventivité et une malice que ces rhinocéros, déjà ringards et à contre-courant de l’histoire, n’auront jamais.

Image

 

(1) https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/carriere/vie-professionnelle/retraite/bordeaux-la-fac-de-la-victoire-restera-fermee-pendant-plusieurs-semaines-a-cause-de-degradations-importantes_3771021.html#xtor=CS2-765-[twitter]-

Que faire face à la dépolitisation ?

Que faire face à la dépolitisation ?

grève 17 décembre 2019

Résultat de recherche d'images pour "hoplite"

  • L’élection d’Emmanuel Macron en 2017 nous a fait rentrer dans une nouvelle époque. Pour la première fois, un président de la République pouvait se proclamer ouvertement au-dessus des partis politiques, des clivages idéologiques et des lignes partisanes. Le sous-titre de son livre programme « Révolution » ne laissait aucun doute à ce sujet : réconcilier les français. Mais que faut-il entendre exactement derrière ce mot : réconcilier ? Réconcilier les français de quoi  ? En vue de quel projet ? Pour quelle société ? Contre quelles divisions ?

 

  • Pour faire marcher son équipe, le manager a besoin d’une entente pragmatique tournée vers le maître mot des young leaders : l’efficacité.  Être efficace, autrement dit écarter les freins, les blocages, les inerties et renvoyer à la sphère privée tout ce qui pourrait diviser les hommes, créer de la conflictualité. C’est cela la dépolitisation : l’élimination de la conflictualité publique. A partir du moment où vous arrivez à convaincre des masses que la conflictualité politique est le problème, que vous ringardisez la lutte politique et sociale en maitrisant les outils du divertissement intégral, vous n’avez même plus besoin de vous justifier. Vous écrasez sans vergogne, le sourire aux lèvres, de la cocaïne dans les naseaux et à l’eau plate en clignant de l’œil.

 

  • Peu importe qu’il y ait en face des intellectuels sérieux, des économistes lucides avec des critiques instruites, des étudiants résistants ou un peuple, qu’il soit jaune ou invisible, qui ne joue plus le jeu. Il suffira de terroriser cette petite minorité agissante par tous les moyens. Une police éloignée de sa mission première, soumise elle aussi à un management dur, servira de pare-feu. A partir de là, vous pouvez mettre à la tête des États des individus qui bafouillent en racontant n’importe quoi (Belloubet) à condition qu’ils s’accordent sur cette unique ligne : l’ennemi, ce qu’il faut abattre définitivement, c’est le politique. Vous pouvez faire désormais passer une ochlocratie de diversion tenue cyniquement par une clique pour la fine fleur de la démocratie contre les « extrêmes ». Toutes les logiques de luttes qui dépolitisent pour faire valoir des lobbies peuvent être, dans cette logique, des alliés objectifs. Tout se qui casse, émiette, démembre, pluralise le corps politique résistant est bon à prendre. Tout ce qui fédère, associe, constitue, rassemble le corps politique résistant doit être détruit. Une stratégie simple mais d’une efficacité implacable. Efficacité augmentée quand ces logiques opèrent à l’intérieur de nos rangs.

 

  • C’est à cela que nous assistons : une extermination du politique et son recouvrement par de la communication. Cette fameuse communication est le mot fourre-tout qui dissimule à lui seul un immense processus de reconditionnement de l’homme, une manipulation cognitive à grande échelle. Celle-ci repose en dernière instance sur une malversation profonde qui affecte les signes et par conséquent nos représentations mentales. Il est évident que derrière la dépolitisation se tient un projet anthropologique total qui échappe en grande partie aux lectures simplement économiques. Ce projet est évidemment incompatible avec toute exigence de probité. C’est aussi pour cette raison qu’un cheminot sur son piquet de grève en train  d’expliquer à un journaliste compilateur de dépêches la cohérence de sa position est autrement plus convaincant, pour ceux qui n’ont pas fait le choix de la démence et de la soumission, qu’un « communicant » au pouvoir qui raconte n’importe quoi sur la continuité du programme du CNR.

 

  • Cette situation est évidemment inédite. Elle est rendue possible par un effondrement de la pensée critique et politique. Non pas de l’intelligence. Le système éducatif produira les spin doctors dont il a besoin, avec le docteur Alexandre, un individu pathologique parmi tous ceux qui annoncent la suite. Des cognitifs purs connectés à des machines, hyper adaptés, des monstres de réactivité et de synthèse. L’école des parcours individualisés, des spécialisations précoces sera là pour la produire. Le reste servira de chair à ubériser. Des encodeurs, un des sobriquets du « président philosophe », seront là pour administrer le tout et maximiser les profits sur la bête, un œil sur le climat pour se planquer au bon moment avec l’argent qu’ils nous auront volé en faisant passer ce vol pour de la justice, du partage et une exigence d’universalité.

 

  • Incapables de recréer des forces imaginaires collectives, travaillés par une méfiance savamment entretenue des idéologies politiques, nous voilà en partie désarmés face à cette machine de guerre. Un collègue et ami me rappelait cette évidence : en face d’une machine de guerre qui dépolitise pour régner nous n’avons pas d’autres choix que de créer collectivement, c’est notre force, une autre machine de guerre, une machine à repolitiser les esprits. Les conditions économiques sont favorables à cette recréation. Le degré de malversation est tel que ce qui était encore hier de l’ordre de la fantaisie est aujourd’hui tristement réel.  La plus grande difficulté est d’engager le combat et cela à un coup, nous le savons. Il faut beaucoup d’abnégation et des sacrifices. Manu, parmi d’autres, le sait dans sa chair pour nous tous.

 

  • La question de nos adversaires est invariablement la même  : que mettez-vous en face ? Cette question n’a qu’un seul objectif, nous nasser dans leur bouillie de propositions factices sur fond de confiance usurpée. On ne demande pas à un homme qui se bat contre ceux qui veulent le détruire, économiquement, socialement, moralement, culturellement pourquoi il se bat. L’évidence saute aux yeux. La seule question est celle de la stratégie et du corps politique capable de la porter.

La clique LREM ou la déséducation politique nationale

La clique LREM ou la déséducation politique nationale

Image

  • Le meilleur allié du « macronisme » reste de loin l’abrutissement collectif et la dépolitisation de masse. L’inverse du faux projet du pseudo « président philosophe ». C’est sur cela que parie le gouvernement, les majorités silencieuses, inertes car assommées. Une anti-éducation politique en somme. Les 2000 n’ont plus aucune éducation critique et politique. Certains ont la rage. Ils servent, durant leurs études incertaines, les intérêts de Domino’s Pizza ou de Starbucks, tout en développant des formes de résistance inédites pendant que des croutons leur parlent à la TV.

 

  • Si j’étais Macron, mon cauchemar, j’augmenterais très vite le niveau d’abrutissement collectif. Nous assistons à une sorte de course de vitesse entre la démolition de la République sociale, l’abrutissement des masses et la prise de conscience. L’ochlocratie hanounesque Macron doit faire vite. Elle est en train de lambiner. Qui éduque le peuple ? Le éducateurs justement, ceux de la République que l’on maltraite (ce qui est parfaitement cohérent avec le projet d’ensemble) et la misère sociale. L’éducation hors sol forme la bourgeoisie ; la misère sociale met la rage. L’alliance des deux est révolutionnaire.

 

  • La question de l’éducation est centrale, elle l’a certainement toujours été. L’acte d’éduquer est politique. Le néo-libéralisme organise la destruction de l’éducation politique. C’est une stratégie de fond bien connue. La violence doit rester désarticulée, muette, anti-sociale. E. Philippe associe le conseil national de la résistance (CNR) à cette réforme odieuse, qui détruit la solidarité au profit de la misère individuelle car il sait que les médias de ses maîtres ne feront pas le travail critique qu’ils seraient supposés faire, que d’autres font, dans l’ombre des masses abruties.

 

  • Il s’agit bien d’un pari sur l’abrutissement qui se donne des airs pédagogiques, d’un renversement orwellien des mots, d’un viol intellectuel anti-éducatif. La communication sans contenu est d’une violence inouïe. C’est aussi pour répondre à cette violence que la grève s’installe. Personne ne peut accepter, dans un pays qui a une histoire politique profonde, un tel niveau de malversation intellectuelle au plus haut sommet de l’État. C’est tout simplement impossible. Il ne s’agit même plus d’un problème « politique » mais d’une question civilisationnelle.

 

  • Ceux qui ont encore une conscience critique et politique ne peuvent se coucher devant des gens qui déforment l’histoire (CNR), qui plient le langage dans un odieux cynisme. Il ne s’agit plus d’ironiser sur ces malversations, mais d’engager un redoutable combat politique. Le combat est d’autant plus redoutable qu’il n’est pas exclusivement « politique ». C’est aussi pour cela que nous avons tant de mal. Il engage nos forces mentales. C’est une épreuve de la volonté qui réclame une force d’âme pour résister à ceux qui veulent abrutir pour régner.

 

  • Pour mener un tel combat, le matérialisme vulgaire ne suffit pas. Qu’importe de savoir si je suis né en 1975, en 1974, en 1973 ou un jour de décembre. Cette sucrette n’est d’aucun effet. Nous la pulvérisons avec les dents. Les enjeux sont ailleurs. Le piège tendu par le capital à la République sociale n’est pas fatal. L’issue du combat, par contre,  le sera.

 

Grève et solidarité. La petite bourgeoisie enseignante est-elle républicaine ?

Grève et solidarité. La petite bourgeoisie enseignante est-elle républicaine ?

Résultat de recherche d'images pour "caisse de grève"

 

  • Les professeurs qui obtiendront ne serait-ce que 30 euros par mois (30 deniers ?) les devront à ceux qui ont perdu plusieurs jours de salaires, des mères professeurs des écoles, célibataires, avec des petits salaires qui se battent et qui auront, avec cette réforme, des pensions de retraite misérables.  Ils peuvent déjà envoyer leur RIB.

 

  • Il existe une petite bourgeoisie enseignante pour qui le mot caisse de grève est inaudible. C’est à elle que le ministère s’adresse avec ses primes et la transformation profonde du lien qui relie les professeurs à la République et à l’intérêt général. Une armée de mercenaires payés à la tâche, en concurrence les uns avec les autres, est-ce cela que nous voulons pour l’école ? La petite bourgeoisie enseignante a intériorisé les logiques d’individualisation et reste étrangère au conflit social mais commence à prendre conscience des conséquences, pour elle, de ce modèle.  Elle a beaucoup de mal avec la solidarité. Cela peut changer ou pas.

 

  • Cette petite bourgeoisie enseignante a aussi contribué à dépolitiser les luttes. Absorbée dans des couches moyennes, elle a aussi voté Emmanuel Macron. Elle peut certes le regretter, cela ne mange pas de pudding. Elle est trop souvent prête à enseigner n’importe quoi n’importe comment pourvu qu’elle s’en sorte individuellement. Mais pour la petite bourgeoisie enseignante, la logique dévastatrice du gouvernement Macron est un test politique ultime. De quel côté va-t-elle se situer ? Du côté de la grande bourgeoisie et des parvenus adaptés du libéralisme qui ne feront jamais grève et qui méprisent de plus en plus ouvertement les professeurs avec la complaisance de faiseurs d’opinion qui sont aux-mêmes des surgeons du spectacle ou du côté des ouvriers, des salariés pauvres, des gilets jaunes, tiens, pourquoi pas ?

 

  • Macronisée malgré elle, la petite bourgeoisie enseignante se trouve aujourd’hui tiraillée entre son déclassement social et économique et son incapacité structurelle à se penser politiquement dans une conflictualité réelle. Il n’y a pas de conflictualité réelle sans solidarité (caisse de grève par exemple). Seul, il n’y a pas de conflictualité réelle du tout. Des rodomontades mais pas de politique. Une consommation culturelle de produits adoubés par le spectacle mais pas de politique. Une participation active à l’encadrement des masses mais plus de politique.

 

  • C’est dans l’adversité politique que l’on mesure la solidarité des personnels pas en triant des bouchons pour « sauver la planète » avec  les élèves. Cette solidarité des personnels suppose une conscience politique qui ne peut être que celle de l’affrontement politique sur fond de conflit social, un conflit qui va très au-delà des intérêts particuliers, qui engage le bien public, l’intérêt général et en définitive l’intérêt supérieur de la nation. Non pas cette République usurpée, celle de Macron, mais une République sociale, politique, celle qui ne cède rien aux exigences de justice et d’égalité.

 

  • La solidarité de la petite bourgeoisie enseignante est faible mais elle est aujourd’hui durement testée, mise à l’épreuve. Cette petite bourgeoisie enseignante n’est pas et ne sera plus la bonne élève du néo-libéralisme car elle est liée aux intérêts supérieurs de la République. Il y a là contradiction. Les valeurs de la République, en pratique, sont aujourd’hui attaquées de toutes parts. Par valeurs, il faut bien sûr entendre la mise en pratique d’une exigence sociale qui ne se réduit pas à quelques slogans sur la laïcité. A moins que la laïcité, la laïque de Jaurès, soit sérieusement pensée comme une exigence sociale indissociable des luttes pour la justice et l’égalité politique.

 

  • La seule question à se poser pour elle est donc la suivante : est-elle petite bourgeoise avant d’être républicaine ou est-elle républicaine avant d’être petite bourgeoise ? Bourgeoise, elle ne le sera plus. C’est une forme de deuil fantasmatique. La révolution libertaire libérale lui avait pourtant fait miroiter cette promotion de classe. Forte de son capital culturel, son seul capital, elle pouvait accéder à un confort tout en secondant la bourgeoisie du capital, de la rente, de l’héritage en faisant ses bons achats à la FNAC. A elle les métiers de l’animation, de la culture et le professorat comme promotion sociale. Nous avons là une partie de l’histoire de la trahison de la gauche sociale et authentiquement républicaine sur laquelle nous n’avons plus à revenir tellement le sujet est tristement connu.

 

  • Fort de ce constat, soit la petite bourgeoisie enseignante continue de seconder la grande bourgeoisie et les parvenus du libéralisme – ce qu’on lui demande de faire aujourd’hui à coups de primes et de triques – soit elle s’en détourne pour des raisons de classes. Dans le premier cas, elle devra s’asseoir sur ses dernières illusions républicaines et admettre qu’elle n’est, au fond, que le bras armé cognitif et docile d’une mise au pas qui n’a plus rien de républicaine, les agents actifs d’un ordo-libéralisme de combat qui détruit aussi bien le droit du travail que la solidarité nationale.

 

  • Elle forme pourtant une classe républicaine. Nombreux sont les professeurs nés dans les années 80 et après à avoir compris cela. Ils appellent « boomers » (terme à préciser politiquement) cette petite bourgeoisie anti-républicaine socialement. Ils ont en partie raison. En partie seulement, car les jeunes professeurs de cette classe moyenne, à moins d’avoir fait un travail politique sur eux-mêmes, sont tout aussi dépolitisés que les parvenus adaptés du libéralisme. Heureusement, qu’il reste quelques « anciens » pour rappeler cette triste évidence.
  • Pour conclure, qu’est-ce qu’un professeur : un animateur au service d’une classe réellement possédante qui le méprise ou un éducateur de la République, proche des ouvriers, des travailleurs salariés qui ne seront jamais petits bourgeois. C’est ce qui est en jeu. Cette question suppose de se situer. Ce n’est évidemment pas une question d’école, une question scolastique, ces questions que les professeurs savent manipuler dans un sens et dans l’autre à défaut de toute pratique. Elle appelle à un engagement. Non pas théorique mais à un engagement concrètement déterminé par le salaire, autrement dit le travail et la production. C’est justement ici que les petits animateurs culturels, ceux qui ont aussi fait le macronisme, ne nous sont d’aucun secours. Pratiquement, leur salaire dépend de la docilité dont il font preuve vis-à-vis de la bourgeoisie adossée au capital qui les paie grassement. Ce n’est pas le cas des professeurs de la République pour une écrasante majorité d’entre eux. Ils le savent et c’est aussi pour cette raison que vous n’entendrez pas parler de caisse de grève et d’AG du personnel entre deux jingles culture.

 

  • Il semblerait, au regard du mouvement en cours, qu’une partie de la petite bourgeoisie enseignante soit aujourd’hui en mesure de  choisir le conflit politique plutôt que la servitude culturelle. Le retour de la lutte des classes à l’intérieur du champ de la culture est une très bonne nouvelle même si les conditions de ce retour restent théoriquement indécidables. La pratique tranchera. Elle tranche toujours. Comme le rappelait Engels, the proof of the pudding is in the eating (Préface à l’édition anglaise de Socialisme utopique et socialisme scientifique, 1892). La preuve de la conflictualité politique est dans la solidarité.

 

 

 

 

Les vampires de l’intérêt général – Grève le 10 décembre 2019

Les vampires de l’intérêt général

Grève le 10 décembre 2019.

 

https://static.lexpress.fr/medias_12180/w_2048,h_1146,c_crop,x_0,y_160/w_480,h_270,c_fill,g_north/v1575564985/250-000-personnes-ont-manifeste-a-paris-ce-jeudi-5-decembre-2019-selon-la-cgt_6236532.jpg

  • Afin de mesurer la détermination des citoyens français vis-à-vis d’une réforme inique pour tous, des avocats aux professeurs, des salariés du privé aux soignants du public, des pompiers aux travailleurs précaires, la journée du 10 décembre 2019 s’annonce décisive. Sans parler des chômeurs durement frappés par un durcissement punitif qui jettera dans la rue des milliers d’entre eux. Elle permettra de mesurer la volonté d’une France qui a compris dans quelle impasse nous étions engagés avec ce gouvernement rétrograde qui n’a de progressiste que son étiquette publicitaire photoshopée (le jargon que voulez-vous) aujourd’hui décollée.

 

  • Le 5 décembre 2019, Benjamin Griveaux, saltimbanque d’une vacuité qui pourrait être artistique si elle n’engageait pas aussi la collectivité nationale, prenait la pause à Paris en faisant la promotion d’une application pour survivre lors d’une grève. Tréteau, thermos de café et QR-code pour entrer gaiement dans un monde aussi abruti sur les moyens qu’inique sur les fins. Pendant ce temps, le rhinocéros du vide, Sibeth Ndiaye, ce moulin à rata dénué de toute probité, saturait les médias de la désinformation collective en expliquant à des journalistes de rien qu’un système toujours plus individualiste allait dans le sens de plus de justice sociale. Si ma tante en avait… Les yeux ahuris par l’hélium dont ils gonflent leurs ballons de com, ces nouveaux bœufs de la politique dépolitisée, grands bourgeois qui se piquent de parler Kebabs pour se rallier un peuple qu’ils méprisent, sont chaque jour passant toujours plus inaudibles.

 

  • La défense du service public, car il s’agit bien de cela, et avec lui de l’intérêt supérieur de la nation, est un combat fondamental pour résister à cette vague rétrograde et autoritariste qui nous mènera politiquement au pire. Thatcher-Macron le vieux croit acheter le peuple avec trois bouts de ficelle, il se trompe lourdement. La France n’est pas l’Angleterre. Ou plutôt devrait-elle s’inspirer de ce qui se passe outre-manche pour continuer d’être la France. En effet, les privatisations massives des années Thatcher conduisent aujourd’hui les anglais à renationaliser des secteurs stratégiques comme les prisons (c’est le cas à Birmingham) ou le rail (Londres-Édimbourg).

 

  • Si nous lui accordons une lichette de bonne foi, Macron n’a rien compris à la logique de nos sociétés. En rehaussant le cynisme à sa hauteur, ce qui est plus lucide, nous dirions plutôt qu’il a compris que le coup de grâce contre l’État social ne pouvait plus attendre quitte à vendre à des escrocs comme ce fut le cas à Toulouse pour l’aéroport de Blagnac. Ne sous-estimons pas en effet l’amateurisme imbécile d’individus validés qui se prennent pour des éclaireurs dans des boudoirs sans fenêtres. Sans parler de la FDJ, ancienne loterie nationale, créée en 1933 par décret pour venir en aide aux blessés de guerre et aux victimes de calamités agricoles.  Les mêmes victimes du glyphosate ou les citoyens éborgnés au LBD40 s’en souviendront.

 

  • Au milieu de ce quinquennat catastrophique, sous les gaz et les tirs aléatoires de LBD40, dans un sommet de vacuité communicationnelle qui marquera l’époque, nous sommes entrés, le 5 décembre 2019, dans la mère des batailles contre le peuple. Une fois la liquidation faite, il sera en effet trop tard. N’oublions pas évidemment les prises de bénéfices massives sur des secteurs dont les marchés et les profits encore à faire sont colossaux. Le marché de l’éducation et du soin en particulier. Une fois l’industrie démantelée, le tissu économique vendu à la découpe, le vampirisme financier s’attaque, en toute logique, à la structure mère c’est-à-dire à ce qu’il reste : les services publics. Après, il ne restera évidemment plus rien mais les suceurs d’intérêt général et les bœufs de la com auront quitté la politique depuis longtemps les poches bien pleines. 

 

  • Le parti champignon LREM, né sur le terreau de la dépolitisation des quadras adaptés, des boomers et des parvenus du libéralisme, est un échec massif. C’est la généralisation de l’extension du domaine du conflit sans horizon politique. Ce parti élito-poujadiste abîme la France. Il cherche à éliminer toute forme de conflictualité politique pour imposer un ordre managérial hors sol et régressif socialement. Une conflictualité sans issue. La dépolitisation sert à empêcher la construction d’une opposition politique crédible. Le rééquilibrage des forces politiques est la seule solution pour restaurer la paix civile en France dans un contexte qui ne peut que s’aggraver.

 

  • Il va de soi que nous retrouverons les Sibeth et les Benjamin, ces vampires de l’intérêt général, dans des consortiums trans-nationaux, loin de la misère que leur politique de prédation aura grandement contribué à étendre. Pour toutes ces raisons, citoyens, le 10 décembre 2019, c’est la rue ou le tombeau de la République sociale. Au choix car j’ai cru comprendre que les « pro-choix » tenaient beaucoup à cette liberté du choix quand toutes les libertés politiques auront disparu.

 

 

Notes sur la critique et le cas Socrate en Grèce antique

Notes sur la critique et le cas Socrate en Grèce antique

Résultat de recherche d'images pour "paulin ismard socrate"

(Paulin Ismard, L’événement Socrate).

  • L’affaire Socrate ne commence pas, comme le note judicieusement Paulin Ismard dans L’événement Socrate précisément en 399 av J-C, après qu’un citoyen, Mélétos, se soit rendu au Stoa Basileios (le portique royal), afin d’intenter un procès, devant l’archonte-roi, une action judiciaire contre un citoyen très connu du nom de Socrate accusé d’impiété, d’introduire de nouvelles divinités et de corrompre la jeunesse. Dominée par la présentation faite par Platon dans l’Apologie de Socrate – importance d’Aristophane et de la rumeur, Nuées, -423 – cette approche du problème, intra-philosophique, sous-estime, ajoute Ismard l’importance de la littérature postérieure sur le sujet. Car Platon répond moins à Aristophane qu’il s’inscrit dans un champ conflictuel : les logoï socratikoï. Vers 393-385 Polycrate publie Kategoria Sokratous (Accusation contre Socrate). Texte connu de Xénophon et Isocrate. Certains historiens pensent qu’il s’agit de l’acte d’accusation de Mélétos.

  • L’originalité de la thèse défendue par Polycrate (distincte de celle classique que l’on retrouve chez Platon) est de centrer l’analyse sur la dimension politique du procès en écartant les questions religieuses secondaires. Polycrate insiste sur le lien entre Socrate et Alcibiade et quelques acteurs du régime des Trente, Critias en particulier. Lysias répondra à cet acte d’accusation dans son Apologia et Xénophon dans les Mémorables. Cette controverse traverse tout le IVe siècle. Un élève de Polycrate, Zeïlos d’Amphipolis rédige un Contre Platon. Le texte de Polycrate inaugure un genre qui regroupe environ 300 ouvrages. Hélas, peu de fragments nous sont parvenus. Les textes de Xénophon et Platon dominent. D’autant que la part de fiction est importante. La littérature juridique grecque est avant tout littérature et fiction. Les logographes du IVe siècle s’inspirent du procès de Socrate, certains, tels Isocrate imaginent même un destin commun avec le philosophe. Sur l’échange d’Isocrate reprend certains topoï de l’Apologie de Socrate de Platon.

  • L’ampleur de ce mouvement nous incite à faire du procès de Socrate un événement critique révélateur des fondements du consensus démocratique en Grèce antique. La question est de savoir pourquoi Socrate a-t-il pu constituer une menace pour les athéniens – car il s’agit bien de l’unique procès pour délit d’opinion en Grèce antique. Question d’autant plus troublante que l’agôn logon, la lutte des discours est admise en Grèce antique comme une condition essentielle et irréductible de l’activité politique.

 

  • Parmi les éléments déterminants de la culture grecque au Veme siècle Av J-C, il faut certainement mettre au premier la plan la culture agonale. Il s’agit d’un élément essentiel du politique à Athènes aux Ve-IVe. « L’esprit de compétition », écrit Elsa Bouchard, « est aspect emblématique de la culture en Grèce antique » (776 Av. J-C premiers jeux olympiques). Le mot est très ancien, déjà présent chez Homère qui parle de Theion-agôna, Iliade, 7, 298. Il s’agit de la compétition de 12 dieux réunis dans une même salle. Cette rivalité est pensée en termes de jeux – surpasser un tiers dans un ensemble de règles. Dans tous les cas de figures, l’agôn logon est le conflit qui se règle au moyen de la parole. (réf. René Girard, La violence et le sacré / Roger Caillois, Les jeux et les hommes). Cet agôn est l’arche protê de l’esprit de compétition en Grèce antique. Il a un sens judiciaire clairement établi : faire triompher sa cause dans un procès. Autrement dit, le procès est le test agonal par excellence. Cette dimension se retrouve chez Protagoras, Antilogia, lutte éristique ou approfondissement dialectique. N’oublions pas les dialogues de Platon ne sont pas des discussions mais des combats qui peuvent mal tourner (ex. Calliclès dans le Gorgias). On peut défendre l’idée que l’agôn théâtralo est situé à mi-chemin entre l’agôn somatikos et l’agôn logon. L’agôn nécessite enfin un lieu, un espace : arène, stade, prétoire, agora. Circulaire de préférence. Les spectateurs sont les souffrants : hoitheomenoi. L’enjeu est de nature mimétique (René Girard, La violence et le sacré). L’agôn n’est pas la conflictualité épidermique, la critique superficielle, mais une « lutte à mort ». L’agôn logon est cohérent. Sa fonction est d’éclaircir afin de nous sortir « de l’océan sans fond de la dissemblance ». (Platon, Parménide, 142.c). C’est ici que l‘agôn est la fonction critique de la pensée se recoupent. Nous y reviendrons. Il ne peut y avoir éclaircissement de la pensée sans lutte. Celle-ci permet d’échapper à la mise en demeure, à l’assignation à résidence. Cette lutte peut être mise en scène, comme c’est le cas dans la conception de la tragédie chez Aristote. Aristote, Poétique, 1449b : « La tragédie est une imitation qui est faite par des personnages en action et non au moyen d’un récit et qui, suscitant pitié et crainte, opère la purgation (katharsin) propre à de telles émotions. »

  • Cet esprit de compétition ne vise pas la domination mais l’excellence, cette valeur supérieure nommée arête. Cette excellence correspond à une quête aristocratique devant ses pairs. Cette culture agonale venue de la Grèce archaïque est essentielle à la compréhension du Ve siècle. Le mot agôndu grec agein – signifie mettre en mouvement, diriger, conduire. D’un point de vue conceptuel, « l’agôn peut être défini comme une propension à créer des rapprochements entre des options diverses qui se prêtent, sous un regard critique, à l’épreuve de la comparaison. » Ce geste critique précède la grande figure critique du Ve siècle, Socrate. On en retrouve la trace chez Hérodote avec le concept d’enquête – historia ou chez Héraclite – polemos – le principe actif et universel par excellence. Quant aux sophistes, ils pratiquent l’antilogia, le renversement des thèses symétriquement opposées. Ainsi Jacqueline de Romilly dans Les grands sophistes dans l’Athènes de Périclès parle d’une « critique radicale » de toutes les croyances. En cela, la première impulsion de la pensée offensive vient de la pensée sophistique à la quelle la philosophie (Platon, Aristote) devra répondre désormais. Ce geste critique fondamental est, pour de Romilly, originairement plus essentiel que ce que l’on retient de la philosophie de Platon.

  • L’agôn-logon est celui d’un tribunal des idées, d’une fonction de test (chez Platon l’amphidromie, présentation des idées, pose la question philosophique : les idées sont-elles viables?). Ces tribunaux critiques, qui ne sont pas sans une forme de violence symbolique acceptée, font partie intégrante du consensus démocratique athénien et on ne peut pas les réduire aux réfutations socratiques. Le terme critique n’est pas précisément fixé au Ve-IVe siècle. Aristote, Poétique, I, l’associe aux « poètes vulgaires » (1448b). Autrement dit, la critique représente avant tout le vil, le vulgaire, la laideur. Elle contredit le bel ordonnancement du monde. La critique, c’est le cosmos à l’envers. Dans cette perspective, il faut resituer le geste critique dans une dimension autrement plus large que la seule « critique rationnelle » des philosophes. L’injure (psogos) ou le blâme font partie de cette dimension agonale, plus large que la seule « critique ». Les critiques agonistiques n’étaient pas masquées ou cachées. Curieusement, les critiques les plus acerbes étaient offertes au public dans la Cité, placées au centre du dispositif démocratique. Les notions de « licence », de « liberté » voire même de « critique » ne sont pas des catégories toujours pertinentes pour rendre raison de la parole publique en Grèce antique.

  • Socrate est condamné à mort dans un contexte où les procès en diffamation (dike kakegoria) et le procès public pour outrage (graphe hubreos) sont rares et ne conduisent pas à des condamnations à mort. Il existe des règles tacites (ne pas faire outrage aux morts, ne pas accuser un homme su métier qu’il exerce sur le marché). Il est aussi certains que les rites dionysiaques bénéficiaient d’une faveur particulière. Il semble que l’antiquité ait été particulièrement tolérante sur les questions de satire publique et de réception de la satire. Ainsi Plutarque, De l’éducation des enfants : « Socrate, à la question de savoir s’il acceptait les insultes ! Ma foi pas du tout ! Quand on se moque au théâtre c’est comme un grand banquet. » Une remarque qui prend le contre-pied de ce que dit Socrate dans l’Apologie à propos de la rumeur et des pièces de comédie. Pour Aristophane, la liberté est posée comme une condition du discours. Ainsi dans les Nuées : « Spectateurs, c’est en toute liberté que je vais vous expliquer la vérité, je le jure par Dionysos qui m’a élevé. » (518-519). Socrate en appelle aussi à la vérité mais comme exigence, pas simplement comme une condition. Ce droit fondamental, c’est celui de la parrhesia. Poussé jusqu’à ses limites, ce droit permet à celui qui en use de pratiquer la critique, l’injure, l’insolence en toutes circonstances. Dès lors, la question se pose de l’ambivalence de l’insolence et avec elle des limites de la critique et avec elle de la parrhesia. Cette limite n’est pas codifiée, elle relève d’un ethos critique lui-même résultat d’une éducation. Dissocier l’ethos de la critique c’est être incapable de trancher entre l’impudence et la liberté inaliénable du jugement. Ainsi, Aristophane se targue de faire « les plaisanteries les plus fines ». (Paix, 750) il en va de toute une construction sociale du regard qui rattache à cette tradition de la honte. Comme l’explique Xénophon dans les Mémorables, réfuter quelqu’un (elenkhos) c’est aussi lui faire honte de mal penser. Mais cette honte contre soi-même n’est pas dépréciative. Honte de ne pas être à la hauteur de ce que l’on pourrait être. Nous retrouvons ici le principe de l’arête, de l’excellence qui peut apparaître au terme de la lutte, de l’agôn logon. Pierre Bourdieu reprend ce point lorsqu’il parle de la critique comme d’un « effet d’épinglage ». De ce point de vue, la critique est un art premier au sens où elle est créatrice d’une culture. Il s’agit toujours de limiter la démesure (hubris). Les poètes ont en cela, par la mise en scène d’une critique, une fonction sociale de limitation de la démesure publique, un rôle régulateur. Équilibre particulièrement instable, rompu dans le cas de Socrate, mais nécessaire au consensus démocratique athénien. D’un côté time, le courage d’une liberté franche et publiquement exercée ; de l’autre l’hubris. Le graphe hubreos, au sens le plus strict, est un agôn logon pour limiter la démesure dans un régime qui ne fixe aucune règle a priori aux expressions de la critique. Au sens que Castoriadis donna à ce mot, il s’agit bien d’une auto-limitation de la société par elle-même. Sans cette auto-limitation, il ne saurait y avoir ni politique ni démocratie. Paradoxalement, Aristophane dans les Nuées met sur le même plan le fait d’aller au bain et de se défendre contre les railleries. Il faut les accepter car elles délimitent la place de l’individu dans la cité. En ce sens, la critique publique fonctionne comme une régulation sociale. C’est pour cette raison que les skommata ne sont pas poursuivis en justice. Il font partie intégrante de la vie politique. On distingue donc deux logiques : l’injure qui a une portée rituelle avec une omniprésence de l’élément sexuel et scatologique (aischologia) ; et celle qui a une portée politique. Le procès de Socrate montre à quel point la critique politique est autrement plus intolérable que la critique ritualisée qui peut servir à soutenir des thèses conservatrices – c’est le cas d’Aristophane contre les réformateurs culturels que sont les sophistes, voir texte de Critias, Sextus Empiricus, Contre les savants.

Réponse au contre-révolutionnaire Zemmour (avec une petite référence au poujadiste anti-républicain Onfray)

Réponse au contre-révolutionnaire  Zemmour

(avec une petite référence au poujadiste anti-républicain Onfray)

Résultat de recherche d'images pour "pena ruiz zemmour"

  • « Monsieur Pena-Ruiz, je ne suis pas comme vous, je ne parle pas au nom de principes universels. Vous connaissez le fameux mot de Joseph de Maistre, je ne connais pas d’homme, je connais des italiens, des anglais, je sais même, grâce à Montesquieu qu’il y a des persans mais je ne connais pas d’homme. Moi, je connais des cultures, je connais des civilisations et donc je parle d’une civilisation. D’où je parle comme disaient les communistes. Deuxièmement, vous dites la laïcité, mais vous ne seriez pas laïque si vous n’étiez pas dans une culture chrétienne et en particulier catholique. C’est uniquement dans le catholicisme que l’on a inventé la séparation du spirituel et du temporel. Dans l’Islam il n’y a pas le mot [laïcité], ça veut dire incroyance et il y a d’autres civilisations, la civilisation chinoise etc., personne n’a la laïcité, les seuls qui aient la laïcité, c’est les catholiques. Le retournement de la Laïcité, c’est la rébellion de la fille contre la mère. Si il n’y a pas de mère, il n’y a pas de fille. […] La laïcité elle naît avant la révolution que cela vous plaise ou non. Elle naît dans le terreau chrétien, catholique et les monarques français font respecter la différence entre le spirituel et le temporel. » (6/11/2019)

………….

 

  • Eric Zemmour, par d’autres chemins, partage une détestation de la République, celle de Rousseau pas de Macron, que l’on retrouve également dans une partie de la gauche française. Une partie seulement, celle qui voit dans l’Etat républicain le bras armé de la bourgeoisie et qui ne voit que cela. Cette gauche farouchement anti-jacobine, celle qui ne veut rien entendre de « la philosophie de la révolution » pour reprendre la formule de Bernard Groethuysen. Cette gauche qui n’a jamais lu Rousseau et qui ne le lira jamais. Cette gauche parfaitement compatible avec l’arbitraire de l’ordre social à condition que cet ordre ne lui soit pas trop défavorable. Lire des beaux livres révolutionnaires dans des brasseries à la mode lui convient très bien. Cette gauche qui veut l’émancipation politique pour elle et le libre choix pour les autres. Cette gauche qui, malgré ses vaines protestations, ne se donne pas les moyens politiques réels de l’égalité entre les hommes. Pour cette gauche-là, Zemmour est un chiffon utile, un adversaire commode, le faire-valoir de sa bonne conscience. Lui oppose-t-elle l’égalité ? Lui oppose-t-elle la liberté ? Non, elle lui oppose une petite morale, devenue l’anti-racisme ou l’anti-fascisme, au choix. Elle nous sert du Voltaire quand il faudrait convoquer Rousseau. Sans l’avoir lu, elle s’accommode au fond de de Maistre : je ne vois pas des hommes mais des musulmans et des juifs. Parlez-en à Plenel, il s’y connaît. Quant aux chrétiens, cela fait bien longtemps qu’elle ne  les voit plus.

 

  • Revenons à Zemmour puisqu’il fait du tapage : la laïcité naîtrait dans le « terreau chrétien, catholique » ? Regardons cela de plus près, avec Rousseau justement. Rousseau ne fait pas profession de foi d’athéisme et c’est pour cette raison que l’Emile est interdit en  1762 quand Du contrat social passe, la même année, presque inaperçu. La profession de foi du vicaire savoyard  qui compose un chapitre du livre est un crime de lèse-majesté pour une raison qui peut surprendre : la foi ne s’oppose pas à la raison. C’est justement cela que ne supportera pas Voltaire, le faiseur et le mondain. Mais cette foi n’est pas celle du catholicisme. Dans une République, fut-elle protestante, celle de Genève au début du XVIIIe siècle, être un bon citoyen, c’est être un bon chrétien. Cette association était celle du pouvoir. Pour justifier la domination patriarcale des magistrats de la ville en nombre de plus en plus restreint, une oligarchie de la finance, la soumission à l’autorité cléricale était indispensable. C’est pour cette raison que Rousseau achèvera Du contrat social par un chapitre étonnant consacré à « la religion civile » (Ch.VIII, Liv. IV).

 

  • L’enjeu est bien la fonction politique de la religion plutôt qu’une critique des dogmes de l’église. La laïcité dont parle Zemmour vient de là. Elle naît d’une décision philosophique et politique : celle de comprendre la religion comme une puissance de dépolitisation du peuple. Soumis aux dogmes de l’église, le peuple se retrouve impuissant face aux puissances politiques qui en usent avec cynisme. C’est le sens du mot de Saint-Paul : « Obéissez aux puissances car toute puissance vient de Dieu » (Épître aux romains, ch. XIII). Lorsque Zemmour affirme que « la laïcité naît dans le terreau chrétien, catholique », il nie cette décision philosophique et politique. Pour deux raisons.

 

  • La première, il le dit clairement d’ailleurs, c’est qu’il ne parle pas au nom de principes universels. Zemmour pense bas, c’est une des tares des contre-révolutionnaires. L’élévation de l’esprit, j’ose dire de l’âme, est pour eux toujours suspecte. Cela tombe plutôt bien, ils en sont souvent incapables. Ou comment faire d’une impuissance un argument philosophique. Vous avez là tout Onfray. Les décisions philosophiques et politiques sont pour Zemmour des chimères spéculatives comme le contrat social est pour Onfray (il est très mauvais mais son audience justifie, pardonnez-moi, qu’on le cite deux fois plutôt qu’une) une fiction. Ce qui est, en passant, la thèse de toutes les théories contre-révolutionnaires, lui le petit poujadiste qui se fantasme en tribun de la plèbe avec le soutien des maisons d’éditions les plus dépolitisées.

 

  • La seconde est plus profonde. Zemmour, comme tous les défenseurs d’un patriarcat conservateur et contre-révolutionnaire, affectionne tout ce qui peut dépolitiser le peuple. La thèse d’une guerre de civilisation sert d’ailleurs à cela et elle est portée par tous ceux qui veulent réduire l’activité politique à néant qu’il s’agisse d’intégristes musulmans, chrétiens ou juifs. Il est d’ailleurs notable que Zemmour ne fasse aucune distinction entre christianisme primitif et catholicisme tout en prenant bien soin de ne surtout pas parler du protestantisme. Celui de Thomas Munzer par exemple et de la révolte des paysans au nom de l’égalité et de la justice contre le pouvoir inique de l’Eglise catholique.

 

  • La stratégie de Zemmour est de rabattre la laïcité sur un dogme culturel afin de lui retirer toute prétention à l’universalité. Il fait en cela exactement ce que font les chantres de la « laïcité inclusive » qui pousse des hauts cris, pour les plus enténébrés, contre le « racisme d’Etat » sans prendre le temps ni la peine de distinguer ce qui relève d’une stratégie de dépolitisation opportuniste (Macron) et d’une exigence fondamentale de l’Etat républicain. Cette exigence n’est pas athée, elle est laïque et c’est aussi pour cela qu’elle est révolutionnaire.

 

  • L’athéisme politique n’est pas l’esprit de la République. C’est justement sur ce point fondamental que la droite zemmourienne et la gauche ethno-différentialiste se retrouvent dans une attaque à double front contre la laïcité, autant dire contre la République et son destin révolutionnaire. Le conservatisme patriarcal (on notera la fascination ridicule de Zemmour pour une virilité arabo-musulmane fantasmatique) et le pseudo progressisme dépolitisé de la gauche américaine ont  besoin de démolir toute forme de spiritualité laïque. Ce qui fédère un peuple sur une décision à la fois philosophique et politique est autrement plus menaçant pour le confort des uns et des autres que l’athéisme politique et sa bouillie « pro choix » ou la guerre de civilisation qui fera s’affronter le pauvre contre le pauvre. C’est aussi pour cette raison que l’on place aujourd’hui Zemmour en face d’Onfray, deux anti-républicains, deux contre-révolutionnaires. Le premier au service de la grande bourgeoisie, le second au service de son nombril volcanique. Les deux crachent sur Rousseau. En bonne dialectique, je leur retourne, publiquement, leur glaviot.