Le grand débat des idées à la française

Le grand débat des idées à la française

 

(Ridicule, Patrice Leconte, 1996)

  • Dans une scénographie qui n’a rien à envier aux symposiums de l’URSS, en direct sur France culture, les plus courageux (ou les plus masochistes, j’hésite) ont pu suivre hier soir le « grand débat des idées ». L’annonce de France culture laissait présager le pire : « Le climat, les inégalités, les nouvelles formes de démocratie, l’Europe… Emmanuel Macron débattra avec 65 intellectuels, ce soir dès 18h20 en direct sur France culture et en vidéo sur franceculture.fr. » Il n’est pas si simple d’être à la hauteur de cette bouffonnerie, difficile de traduire dans un langage rationnel ce qui s’apparente plus à une performance Dada ou à un show de prestidigitation avec, au centre de la scène, Macron Majax en gourou de toutes les synthèses. La cuistrerie de l’ensemble m’a évidemment rappelé à mon pays, la France, une étrange contrée tout de même, la seule nation au monde où le fait de péter dans la soie peut faire symphonie.

 

  • Une chose est certaine : aucun problème de discours en France . Nous sommes très officiellement les incontestables champions du baratin conceptuel, les maîtres planétaires des mondanités culturelles, de l’obséquiosité académique et des courbettes épistémiques. Nous excellons dans l’art de faire passer la servilité pour de la profondeur, la cuistrerie pour une vertu sociale et la démence sénile pour la fine fleur de la sagesse des nations. J’avoue, ce matin, l’esprit encore embrumé, mesurer la chance que nous avons de vivre dans un pays aussi policé, avec des intellectuels aussi tempérés, garants d’un idéal d’équilibre (ce peut être aussi un sujet d’oral à l’agrégation de philosophie) susceptible de faire tenir une cuillère à thé sur l’auriculaire en se pâmant, une belle oeuvre reliée derrière soi, sur la crise de la démocratie. Que demande le peuple ?

 

  • Passée cette juste satisfaction, qu’avons-nous eu exactement en guise de « grand débat des idées » ? Un parterre docile d’intellectuels (c’est le titre officiel) à la botte du maître des synthèses. Chaque potier vante son pot pendant que le maître de chai rappelle à tous à quel point le gouvernement est bon, juste et sage dans tous les domaines évoqués, du climat à l’immunologie, du social au sociétal, du consensus à l’hétéronormativité (1), en passant par toutes les cimes de la recherche la plus épineuse. Le monsieur martial de cette ménagerie de cour en crinoline précisait, comme de juste, les titres de noblesse des orateurs : prix nobel, collège de France, normalien. Une présentation typiquement française : on se pâme, on ergote, on en est.

 

  • Bien sûr, les esprits réfractaires auront toujours beaucoup de mal à comprendre le manque d’estime de soi dont il faut faire preuve pour accepter de participer à ces jeux de bouches quand une colère sourde et profonde monte dans le pays. Ceux qui connaissent, j’en suis, la nature de ces milieux, les servitudes qu’il faut porter pour défendre sa place dans ce parterre, sans être surpris, s’étonnent au fond que rien ne change. A part Gilles Kepel,  en termes feutrés, qui fit allusion, sans prononcer le mot, aux godillots en marche qui usurpent la fonction de parlementaire et à qui le maître de chai ne daigna répondre, le reste fut affligeant. Tous ces intellectuels au salon, prompts à faire la leçon aux ladres en gilets tout en cirant les bottines du poulbot de synthèse, s’accommodent fort bien de la médiocrité crasse du personnel politique au pouvoir. Le concept peine durement à rejoindre la réalité. En retour, Macron Majax brasse tout et n’importe quoi avec l’aisance de celui qui se croit. Un résumé sur France culture de la relation très française au savoir et au pouvoir : des postures convenues, une déférence hypocrite (j’ai la faiblesse de penser que tous ces intellectuels ne prennent pas Macron Majax pour le Phénix de Bourgtheroulde) et une vie des idées conflictuelles inexistantes. Nous sommes bien, avec feu Rochefort, dans ce ridicule à la française.

 

  • Ce qui arrive en France, et qui ne s’éteindra pas avec des lois répressives, n’est pas simplement une énième crise de la démocratie en Occident mais plus profondément une crise de la politique à la française. Emmanuel Macron fut adoubé par la France culturelle, celle qui compte, qui délivre les bons points, qui trace les limites du dicible avec les bons titres de noblesse. La France du bon goût et des belles manières, la France de Molière et des marquis de cour. Ce grand débat des idées (qui n’avait d’ailleurs rien d’un débat mais là n’est pas l’essentiel) est une sorte de cerise sur la pièce montée de la macronie. Un couronnement ridicule après des mois de contestations sociales historiques.

 

  • Aujourd’hui, je suis en grève. Des professeurs du secondaire, du collège et du primaire manifesteront à Bordeaux pour ne pas laisser la rue aux bas du front. Pour les causeurs emperruqués, ceux d’hier soir sur France culture, dans les salons de l’Elysée, nos revendications sont d’un ennui mortel. A 18h, à la bourse du travail, nous parlerons moustiques, santé publique et déséducation nationale. Les mots ne seront pas choisis par des chargés de communication. Aucun d’entre nous ne gagne sa vie en faisant des petites conférences feutrées à des parterres dociles mais nous avons les moyens de botter le cul des cuistres, de les faire se pencher bien bas. Nous ne jouons pas le jeu, c’est aussi cela que ce gouvernement de courtisans veut nous faire payer, révélant ainsi, derrière le vernis de la culture, sa vraie nature. Pas besoin de grand débat des idées pour cela, le bon sens suffit.

 

(1) Concept lâché par une jeune courtisane affublée de Ray-Ban aviator. Un sommet.