Les fossoyeurs de la réflexion

Les fossoyeurs de la réflexion

(Pierre Mathiot, ex-directeur de science po Lille, communicant et idéologue de l’adaptation)

  • La question à se poser est de savoir si nous pouvons laisser la formation des esprits à de tels fossoyeurs. Une première évidence : la culture générale science po n’est qu’un critère de différenciation mondain en rien une formation de l’esprit. L’enseignement de la philosophie, et cela ne date pas d’hier soir, s’est fait laminer en quelques décennies – avec une accélération évidente ces dernières années. Le paradoxe d’une omniprésence de la philosophie dans les médias, du causeur professionnel au critique de salons, en passant par le designer des magazines Philo plus et le promoteur de théâtralité saupoudrée de Nietzsche entre deux verres de rouge, ne doit pas étonner. Il s’agit bien des deux faces d’une même pièce.

 

  • Les malins ont assez vite compris, sur les ruines de l’école républicaine, que ce qu’ils faisaient entre les murs, avec les contraintes structurelles inhérentes au métier, pouvait être fait hors les murs avec de biens meilleurs subsides et une toute autre reconnaissance. En philosophie, la démission hautement médiatisée du cuistre hédoniste, aujourd’hui définitivement englouti dans la purée de papier qu’il imprime fiévreusement tous les mois aux frais de maisons d’édition publicitaires, est une des manifestations en France de ce mouvement. Les demi-habiles médiatiques étaient fiers d’inviter sur leurs plateaux un professeur du secondaire qui leur révélait enfin le grand secret : on ne peut plus philosopher dans l’école publique (il appelait cela, sottement comme le reste, l’administration platonicienne). Mieux, les agrégés sont des cons, des « sorbonnagres ». Un propos heureux enfin pour un public flatté  n’ayant pas la formation pour étalonner la densité du jus chaussettes anti-philosophique proposé à son entendement méprisé. Centrale, la critique de l’institution, farcie de retentissement, restera le fil directeur de cette errance intellectuelle subventionnée. Naïf d’ignorer les effets politiques d’une telle caisse de résonance, effets qui ne seront jamais pensés. Quel philosophe médiatique en vue avait intérêt à instruire cette question fondamentale pour l’école républicaine, quel journaliste, quel éditeur ? Il s’agit bien d’un affrontement larvé entre la République et le marché. Le reste, la quincaillerie libertaire, hédoniste, anti-philosophique ne sont que des amuse-bouches, des sottises. Par contre, à défaut d’école républicaine, on peut philosopher ailleurs, à la télévision, devant des parterres de retraités endormis, dans les centres culturels et des amphis bondés en partenariat avec France culture qui le lâche aujourd’hui. La médiocrité des productions ne dérangea personne. « On ne tire pas sur la vache à lait », je l’ai entendu dire. Il serait pourtant injuste de faire reposer sur le seul poujadiste lettré national la responsabilité de ce vaste mouvement historique.

 

  • Un magazine de philosophie emboîta le pas, lénifiant, accueillant tout à condition de préserver la paix des commerces afférents à cette nouvelle manne. La philosophie comme jeu d’enfant et art de vendre. Un emperruque, un temps ministre, fit fructifier la chose en croisières philo. Un autre, plus médiocre encore, se recycla dans le rap et le tapin générationnel. Qui n’a pas eu l’occasion d’écouter l’un ou l’autre de ces vaniteux ? Qui ne s’est pas demandé alors avec un reste de jugeote : c’est ça la philosophie ? Science po enfin et la ringardisation des études de lettres qui trouve son couronnement dans la destruction sans appel de la série littéraire.

 

  • En général, les professeurs de philosophie sont restés insensibles à cette vague de fond qui montait des profondeurs du médiocre, ce nivellement par la communication philosophique qui accueille tout et n’importe quoi pourvu que l’on passe une bonne soirée. Certains par adhésion (quelle formidable offre démocratique), d’autres par snobisme (ce n’est pas de la philosophie sans pour autant justifier réflexivement les fondements de ce rejet hautain) ont laissé faire, se repliant dans leur salle de cours, le dernier espace de leur liberté. Il y avait pourtant là matière à penser. Pour moins que ça, à d’autres périodes de l’histoire, des philosophes prirent la plume pour se battre et défendre cette pensée qui n’était pas seulement un mot décoratif mais l’engagement d’une vie.

 

  • Celui qui attend la liberté d’un autre ne restera pas libre longtemps. Il est vrai que les forces en présence sont colossales et que les bénéfices mondains ne sont pas sans attraits. S’il n’y avait eu les élèves, j’aurais certainement sombré dans ce marasme, baratinant mon Nietzsche à la radio sans aucune probité. A la fin de l’histoire, à coups de stratégies perverses (dissertation universelle et grand oral bidon à part égale), des roquets imbus, par la place surfaite que leur offre ces temps médiocres, achèvent le travail.

 

  • Curieusement, c’est un constat empirique, les professeurs qui arrivent encore un peu à intéresser leurs classes ne font ni de la culture générale (personne ne s’intéresse aux amas informes), ni de la communication (les élèves ont vu trop de publicistes pour les accueillir favorablement ), ni des cuistreries mondaines (celles-ci ne passeraient pas l’année). Ils s’efforcent de penser dans des conditions parfois ubuesques, devant et avec leurs élèves. Cet effort n’a pas de prix car il échappe au marché. Mais comme l’écrit à juste titre Annie Le Brun dans Ce qui n’a pas de prix, « c’est la guerre, une guerre qui se déroule sur tous les fronts et qui s’intensifie depuis qu’elle est désormais menée contre tout ce dont il paraissait impossible d’extraire de la valeur.  » Il est logique que cette guerre soit aussi menée contre l’école. Cette guerre est cohérente, structurée. Elle a des objectifs définis. Que ces objectifs ne soient pas apparents ne surprendra que ceux qui ignorent l’art de la guerre, les somnolants.

 

  • L’alternative est simple et doit être posée simplement. Soit nous abdiquons et nous sombrons dans une mélancolie glauque. Soit nous menons cette guerre avec quelques outils critiques efficients. Au-delà du narcissisme des petites différences, heureuse trouvaille de Freud, il est dés lors cohérent en retour de cette agression de créer une RESISTANCE CRITIQUE structurée et efficiente, située. Nos élèves, nombreux, leurs parents aussi, peuvent témoigner des mensonges de ces gestionnaires de rien. Cette résistance est celle du bien commun, de l’Etat, d’une certaine idée de la République. Que cette guerre soit menée par une kyrielle de singularités doit nous avertir que les forces sont en train de se disperser. Il faut les regrouper, montrer la cohérence de ce combat. A défaut, sans la lutte implacable contre les fossoyeurs de la réflexion, nous ne serons plus, à courts termes, dans la même France.