Le Gorafi ou comment rentabiliser l’insignifiance

Le Gorafi ou comment rentabiliser l’insignifiance

DOGr5aAU8AEnwz-[1]

  • Avec ses 700000 abonnés en ligne, le Gorafi est un poids lourd du vide. Alors que la moralisation de la vie politique avance à grands renforts de slogans, il est de première nécessité d’imposer dans les esprits la promotion massive de toutes les falsifications spectaculaires. Le Gorafi contribue à l’épandage subventionné de messages post-logiques insignifiants et par principe immunisés contre la critique. Perché. A perchépolis justement, le langage ne permet plus de nommer ce qui est mais d’inhiber toute forme de discours signifiant. Invités sur France Inter, les rédacteurs du Gorafi font partie de ce que Guy Debord appelait la critique intégrée. Double intérêt : divertir les masses et inhiber leurs résidus par un surcroît de bouillie. Parmi les hauts faits d’insubordination, à propos de Christophe Barbier, perruche libérale  et tuteur du bon peuple, le Gorafi fait ainsi état de la démission de son écharpe. L’intéressé aurait répondu « avec humour ». Nous voilà rassurés, Barbier n’est pas rasant. Tout est en place, tout sauf Cuba, roulez Mickey.
  • La post-logique n’a que faire de toutes ses raisons, n’a que faire des analyses critiques. Pour elle, politique et morale ne sont que des prétextes utiles pour recouvrir ses nouvelles formes de falsification idéologique. Idéologique au sens d’un renversement complet du vrai et du faux afin d’imposer un indiscutable état de fait. La post-logique, si elle détruit les capacités de raisonnement en imposant un ordre soustrait à toute réflexion, n’est pourtant pas dénuée de visées économiques : la promotion du dérisoire est rentable. la preuve, les éditions Flammarion sont de sortie. Le Gorafi fait partie de ces organes de médiatisations perchés, acritiques, inodores, incolores et sympas, aux mains du nouvel homo comicus (1). Repris, cité, retweeté, recopié massivement, il normalise l’insignifiance. Aucun complot là-dedans. Une simple convergence entre l’imaginaire des sujets et la volonté des dirigeants. Harmonie préétablie entre la post-logique et le post-politique, le Gorafi est un symptôme de notre temps. Sous couvert d’humour décalé, une acceptation bon ton s’affiche. Inutile de renvoyer cette entreprise de démolition au néant qui l’a vu naître, il suffit simplement de former des esprits immunisés contre l’insignifiance.

……..

François L’Yvonnet, Homo comicus ou l’intégrisme de la rigolade, Paris, Mille et une nuits, 2012.

Alain Badiou connaît-il les chiottes turques ?

Alain Badiou connaît-il les chiottes turques ?

1540-1[1]

  • Parmi les innombrables professionnels de la causerie révolutionnaire, Alain Badiou occupe certainement une place de choix. Au théâtre de la Commune d’Aubervilliers – chacun sait que les révolutions se jouent et se déjouent dans les théâtres – il donna « un séminaire exceptionnel » le 23 novembre 2015. Les éditions Fayard proposèrent à la vente un petit livre blanc au prix de cinq euros. Son titre : Notre mal vient de plus loin, Penser les tueries du 13 novembre. Je l’ai lu, il va de soi. Mieux, je l’ai à cet instant sous les yeux, souligné ici ou là. La colle, de mauvaise facture, se craquelle déjà au centre et ma dernière lecture, dans la salle de bain, a eu raison de la couverture. Les éditions Fayard ont des progrès à faire en matière de thermocollage.
  • Je le dis sans trop de détours, si un de mes proches avait figuré sur la longue liste des blessés et des morts, je serais allé personnellement, avec deux trois amis, me taper Alain Badiou. Discrètement, en finesse. Pour cette phrase : « Il n’y a plus rien, ni victimes, ni assassins. » Cette phrase, qui apparaît à la page 50, n’est pas sans justification. Voici l’argument. Les tueurs, de « jeunes fascistes », seraient « les produits typiques du désir d’Occident frustré, des gens habités par un désir réprimé, des gens constitués par ce désir. » Ils représenteraient le « symptôme nihiliste de la vacuité aveugle du capitalisme mondialisé, de son impéritie, de son incapacité à compter tout le monde dans le monde tel qu’il le façonne. » Relisez bien la dernière phrase. Prenez le temps nécessaire à la rumination intellectuelle. Posez-vous.
  • La pseudo-recherche sur l’identité du tueur dans un chapitre intitulé « Qui sont les tueurs ? » aboutit à l’incapacité du capitalisme à compter tout le monde dans le monde tel qu’il le façonne. Ce qui, en bonne rationalité, signifie exactement ceci : les tueurs, ces symptômes d’un désir frustré réprimé, sont des laissés pour compte. La méthode est rouée : de qui les tueurs sont-ils le nom ? Peu importe le sujet responsable de l’action criminelle. Le sujet, pour Alain Badiou, n’est qu’un symptôme, un effet de surface sans autonomie. On se souvient de la magistrale leçon du maître : le sujet n’existe pas. Objectivement, à lire aujourd’hui quelques spectres de l’université de Paris VIII, la leçon a fait son petit effet.
  •  Mais revenons au texte. Que vaut conceptuellement cet improbable « désir frustré réprimé » qui expliquerait tout ? Pour répondre à cette question fondamentale, j’ouvre, à côté de la brochure mal collée de Fayard, un recueil publié en 1977 par les éditions François Maspero. Le papier est jauni mais la brochure est impeccable. Le volume, dégageant une rassurante odeur de poussière froide, a tenu quarante ans. Le livre de Fayard, blanc immaculé, semble déjà réclamer la poubelle. Celui de Maspero rayonne. Objets inanimés avez-vous donc une âme ?
  • Le livre de Maspero a pour titre : La situation actuelle sur le front de la philosophie (Cahier de Yénan n°4). Situation sur le front actuel de la philosophie. Rendez-vous bien compte ? Réalisez-vous le chemin parcouru ? Le front actuel de la philosophie ? Je ne vois aujourd’hui que le pastiche pour répondre à une telle question : l’affront actuel de la philosophie. Mais laissons cela à de futures joyeuses dérives. Dans ce recueil publié par Maspero figure un texte du dénommé Alain Badiou, Deleuze en plein. Ce texte, initialement publié dans la revue Théorie et politique en 1976, sonne la charge marxiste-léniniste contre Gilles Deleuze et Félix Guattari. Le sérieux révolutionnaire, celui des masses opprimées, articulé à un solide appareil d’Etat ne fait pas dans la dentelle. Lisons plutôt : « Le parti, c’est, plus que tout autre objet historique, un en deux : unité du projet politique du prolétariat, de son projet étatique, dictatorial. Et, en ce sens, oui : appareil, hiérarchie, discipline, abnégation. Et tant mieux. Mais aussitôt l’inverse historique : l’aspiration essentielle des masses, dont le parti est l’organe, le bras d’acier au non-Etat, au communisme. Et cela donne tout le contenu stratégique du parti comme direction. »
  • Le sérieux révolutionnaire c’est pour Alain Badiou, en 1977 et en bonne rationalité, celle que je n’ai pas envie de lâcher aujourd’hui, pouvoir dire deux choses contradictoires tout en justifiant cette contradiction au nom de la stratégie. De la stratégie, autrement dit du pouvoir étatique. Je tiens là une première idée : toute pensée qui sacrifie la vérité à la stratégie déclare la guerre à la pensée. De quoi « le contenu stratégique » d’Alain Badiou en 1977 est-il le nom ? D’une subordination de la critique intellectuelle à un modèle de pouvoir. L’essentiel n’est pas la justesse du propos mais son efficacité opérationnelle sur le terrain de la guerre. Ironique pour quelqu’un qui la vomit. Ce qui sera condamné un jour, le désir deleuzien par exemple au nom du sérieux révolutionnaire, pourra très bien être utilisé le lendemain ou quarante ans après. Il suffit pour cela que la stratégie l’exige, en haut lieu idéologique.
  • Voyons ce qu’Alain Badiou écrit à propos de la référence au désir en 1977 à la page 31 de ce Cahier de Yénan  n°4 à la douce odeur de poussière froide. Une fois encore, prenons le temps de la lecture : « Je me suis longtemps demandé ce que c’était que leur « désir », coincé que j’étais entre la connotation sexuelle et toute la ferblanterie machinique, industrielle dont il le revêtent pour faire matérialiste. Eh bien, c’est la liberté de la critique kantienne ni plus ni moins. C’est l’inconditionné : impulsion subjective évadée invisiblement de tout l’ordre sensible des buts, de tout le tissu relationnel des causes. C’est l’énergie pure, déliée, générique, l’énergie en tant que telle. Ce qui est à soi-même sa loi, ou son absence de loi. La vieille liberté d’autonomie, repeinte hâtivement aux couleurs de ce qu’exigeait légitimement la jeunesse en révolte : quelques crachats sur la famille bourgeoise. » En 1977, cracher sur la famille bourgeoise c’est faire partie des « adversaires haineux de toute politique révolutionnaire organisée » et autant dire « couler comme un pue ». En 2015, massacrer des hommes et des femmes parce qu’ils ont le tort d’être là, c’est tout au plus le « symptôme d’un désir réprimé », de cette incapacité qu’à le capitalisme « à compter tout le monde dans le monde tel qu’il le façonne. »
  • La différence entre le désir purulent (injustifiable) et le désir frustré (à comprendre) est une différence de classe. Le désir du bourgeois, celui d’hier ou d’aujourd’hui, s’écoule comme le pue. La désir des déclassés – hier, « prolétaires parisiens« , « gens des soviets« , « paysans du Hounan » , « jeunes ouvriers de Sud-Aviation » ; aujourd’hui, prolétaires nomades, gens du voyage, paysans de Syrie, jeunes ouvriers dominés par le capitalisme mondialisé – est réprimé, frustré mais il sent la violette. Haut diagnostique stratégique délivré dans le confort des théâtres occidentaux, il va de soi. Reste « l’intellectuel de la classe moyenne » dont je suis. Alain Badiou m’explique avec force détails que je vis, moi et mes semblables, avec 14 % des ressources disponibles. Une peur m’accompagne, celle « de se voir balancer, à partir des 14 % qu’on partage, du côté des 50 % qui n ‘ont rien. » Alain Badiou ne nous dit pas s’il figure dans cette belle moitié. Mystère. « Et la peur constante d’un petit privilégié, c’est de perdre ses privilèges. » Alain Badiou, lui, n’a pas peur puisqu’il dit que la peur est de mon côté. Il en est le metteur en scène en émargeant (dixit l’intéressé) à environ 5000 euros par mois. Celui qui fait être l’être s’en exonère aussitôt. Surplomb, hauteur, contenu stratégique, toujours. A cette peur s’ajoute « un extrême contentement arrogant de soi-même. » Le profil du vrai petit connard occidental en somme, flippé, merdeux, prêt pour le fascisme. Je suis prévenu.
  • Causer dans des théâtres à la place du prolétariat nomade pour accuser l’arrogance de la classe moyenne occidentale apeurée qui fait de l’œil au fascisme en incitant les rares intellectuels de cette même classe à aller « consulter le prolétariat nomade », voilà la grande idée révolutionnaire d’Alain Badiou et de quelques-uns de ses sbires. Si vous arrivez à faire cela en fixant en plus, du coin de l’œil révolutionnaire, l’Idée platonicienne dans une zone de guerre dévastée par le capitalisme mondialisé qui rend, en fin de compte, les assassins et les victimes indiscernables, c’est que vous êtes prêt, mes amis, à chier debout.