Les petits baigneurs de rien

Les petits baigneurs de rien

baïne-à-marée-basse[1]

« Je suis un ordinateur avec le logiciel Macron et l’application Philippe »

Christophe Castaner, chef du parti Macron et petit baigneur de rien

………..

  • Notre renoncement  au monde d’Emmanuel Macron, un monde qui va très au-delà de l’homme parvenu, du carriériste sans autre dimension que celle offerte par les idiots de l’heure – philosophes, romanciers, éditorialistes et creux – n’est pas simplement d’ordre économique. S’il n’y avait que cela, il suffirait de changer l’homme pour changer de monde. Hélas, notre rejet est autrement plus fondamental. Il est d’ordre symbolique, quasi métaphysique. Lorsqu’un de ses sbires, aujourd’hui chef de parti, dont les compétences professionnelles pourraient aussi servir à vendre des aspirateurs au Boulanger de Toulon (1), affirme qu’il a « le logiciel Macron et l’application Philippe », le problème, n’en déplaise au dernier folklore de la simulation marxiste, n’est pas d’ordre économique. Il s’agit de décider du type d’homme que nous voulons devenir.

 

  • A partir du moment où vous vous attaquez à l’anthropologie, le véritable fondement du politique quand celui-ci n’est pas l’anti-chambre du dogme et de la posture facile, vous faites passer la ligne de fracture à l’intérieur de vous-mêmes. Vous ne pouvez plus simplement vous contenter d’être du bon côté, avec les gens de bien, les tolérants, les progressistes, les révolutionnaires, les critiques. Vous quittez les rivages confortables des prises de positions horizontales (qu’elles soient en faveur du Oui ou du Non) pour vous engager dans un chemin beaucoup plus escarpé sans savoir à l’avance si vous en sortirez indemne, si vous vous en sortirez tout court. Vous acceptez de sortir de la carte, d’être, au sens strict, illisible topographiquement. Bien sûr, cette illisibilité est toujours relative, d’autres sont aussi en train de cheminer, de creuser leurs galeries d’illisibilité afin d’échapper, pour vivre encore, aux démissions valorisées de l’homme.

 

  • Ceux qui affrontent réellement, autrement dit symboliquement et quasi métaphysiquement, les logiques de l’hégémonie font le moins de vagues. Ils sont pourtant la lame de fond, la baïne fatale qui entraînera les petits baigneurs de rien au large pour les noyer. Les petits baigneurs ne le savent pas encore. Pour ces flotteurs d’insignifiance, les Macron & co, ce qui ne se voit pas, n’est pas. Ils ignorent que l’opposition à leur monde diminué a changé de nature, qu’ils dérivent déjà. C’est que la lame de fond qui répond à l’obscène saturation n’est pas simplement une opposition. Elle ne se situe pas contre. Comment le pourrait-elle d’ailleurs quand la ligne de fracture passe à l’intérieur de nos vies ? Elle se tient dessous.

 

  • Dans un univers surchargé de positivités, où chacun veut en être et barboter à son tour dans le pédiluve du moderne, plus moderne encore, l’opposition à l’hégémonie prendra une forme inédite. Si les grandes idées (libération, émancipation, progrès, révolution etc.) qui faisaient jadis échec à la domination sont aujourd’hui partie prenante de la domination, l’affrontement doit changer de niveau. Non pas en lançant depuis la grève les moules vides du retour à mais en emportant le tout vers le large. Tout engloutir symboliquement afin de faire droit à une forme de renoncement quasi métaphysique. Le monde d’Emmanuel Macron, celui des petits baigneurs de rien, n’est pas simplement une option économique que l’on pourra corriger avec un nouveau plan budgétaire comme le croient quelques soumis du marché. En ajustant autrement des variables financières et des plans de croissance mieux maîtrisés. Car ce monde est aussi, et plus fondamentalement, un naufrage de l’homme. Le mot bien sûr est intriguant. Homme, qu’est-ce que ceci ? Salarié-e-s, engagé-e-s, diplômé-e-s, concerné-e-s, nous voyons bien mais homme, qu’est-ce que ceci ? Les petits baigneurs de rien n’ont plus idée – et cela ne date pas de l’élection en France d’Emmanuel Macron – de ce que peut l’homme, de ses ressources imaginaires, de sa capacité à se déprendre. Les petits baigneurs de rien ont avec eux la force de l’évidence, leurs bouées de com, leurs sourires gonflables et la morgue au nez. Tout noyer, voilà une idée neuve en Europe.

….

(1) Le vendeur d’aspirateur tirera peut-être de cette injustice une occasion de révolte politique.

Laisser un commentaire